Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 May

Le voleur de Bicyclette.

Publié par Circé  - Catégories :  #Non-acceptation, Révolte et Politique

Rien à voir avec le film emblématique de Vittorio de Sica, encore que...

Information ubuesque de ce matin :
- Deux gamins de six et dix ans ont été arrêtés hier à la sortie de leur école par des policiers.
Deux voitures, six hommes en tenue !

Sans doute de très grands délinquants, multirécidivistes, terroristes en herbe adeptes d'un certain Julien Coupat dont la culpabilité n'a toujours pas été prouvée, mais qui croupît depuis plus de six mois en prison.

Alors pensez donc, il fallait au moins tout ce déploiement de force pour ces criminels aguerris qui auraient sans doute été détectés " graines de violence " si la loi qui visait à détecter les gênes de la violence dès l'âge de trois ans avait bien été mise en oeuvre.

Mais bon, ne désespérons pas.
A 13 ans on peut désormais les mettre en prison, nul doute qu'il  va être très bientôt ressorti des cartons ce glorieux projet que les " neuro-politico-penseurs-censeurs" ont offert en oblation à leur divin maître.

Mais au fait, qu'ont-ils donc fait ces bandits de grands chemins, ces affreux malandrins qui ont menacé et troublé l'ordre public ?

Et bien ils ont été tout simplement suspectés d'avoir dérobé une bicyclette à un autre élève, la mère de l'enfant de celui-ci étant formelle quant à la reconnaissance de l'objet du délit.

Je rappelle à toutes fins utiles que l'âge de la majorité est encore dans ce pays de 18 ans.
Certes comme je l'ai dit plus haut, on a cru bon d'abaisser l'âge de la majorité pénale à 13 ans.
Mais même dans ce cas, nos deux aigrefins non encore reconnus coupables, n'ont en l'occurence que six et dix ans.

Peu importe donc, six policiers en tenue, deux voitures, arrestations devant élèves et parents et deux heures passées au commissariat avant que la mère des enfants ne viennent lever la suspicion de culpabilité, attestation de possession de la dite bicyclette à l'appui !

Alors que rajouter sinon l'insanité croissante de telles méthodes dignes des prémisces d'un état policier pour ne pas dire dictatorial !

J'ai pour ma part, par deux fois, eu à intervenir sur des soupçons de fort mauvais aloi quant à des vols de bicyclette qu'auraient évidemment pu commettre mes filles.

Premier soupçon :
J'ai accompagné chaque jour mes filles à l'école en bicyclette tant qu'elles étaient en primaire.
Economies du prix du trajet oblige, l'abonnement à une carte de bus, même en scolaire étant particulièrement onéreux sur la ville d'Orléans.
Près de 50 euros par mois pour les deux !
On est bien loin des 130 euros annuels que l'INSEE prend en compte pour calculer le coût des trajets scolaires pour un enfant.

Bref, mes deux filles avaient donc reçus chacune en cadeau d'anniversaire une bicyclette.
Cadeau offert en commun avec les grands parents ainsi que les frères et soeur aînés.
Ce qui avait permis de ne pas prendre un bas de gamme, mais de belles et solides bicyclettes estampillées d'une marque de sport, de plus agrémentée d'un semis de petites fleurs sur fond rose et bleu pour la plus jeune.

Un modèle qui a été vendu à quelques exemplaires.
Avec cependant un seul désavantage que j'ai comblé illico-presto en faisant installer un porte-bagage nécessaire pour que ma fille n'ait pas à trimballer son sac d'école sur le dos.
Heureusement ! 

Sortie d'école un mercredi midi.
Ma plus jeune fille prend donc son vélo et passe comme d'habitude sous le porche de l'école pour ensuite se retrouver à m'attendre sur le bord de la route.
Une petite fille qui tient la main de son grand-père s'écrie aussitôt :
- " Regarde Papy, elle a volé mon vélo " !

Sourcils froncés du grand-père qui regarde plus attentivement la bicyclette et fait remarquer à sa petite fille que celle-ci possède un porte-bagage et pas la sienne.
Ce qui n'empêche pas la petite d'insister l'air renfrogné en demandant instamment à son grand-père de bien vérifier si la sienne est toujours à sa place, dès leur retour à la maison.

L'instituteur de ma fille qui passait par là et qui avait entendu l'échange intervient alors que j'allais répondre, pour expliquer qu'elle peut être rassurée, Poussinette venant depuis plus d'une année avec celle-ci (de bicyclette) et que par conséquent, ce n'est pas la sienne.
J'insiste au passage en déclarant très simplement qu'elles ont tout bonnement la même.
Air malgré tout dubitatif et peu souriant du grand-père.

Quelques jours plus tard, je les ai vus tous deux arriver à l'école à bicyclette en même temps que ma fille et moi-même. Les deux vélos étaient bien identiques à l'exception du porte-bagage présent sur celui de ma fille.
Nous avons donc franchi le porche de concert.
Mais pas un mot, pas un regard qui aurait pu simplement exprimer une excuse quant à l'accusation.

Deuxième soupçon :
Juillet dernier, vacances à Orléans et balades sur les bords de Loire avec mes filles le long du canal en direction de Chécy où habitent des amis.
Lieu hautement fréquenté lorsqu'il fait beau.

Mes filles comme tous les jeunes aiment se lancer des défis, en particulier lorsqu'il y a des pentes ou côtes à monter.
C'était ici le cas, en rentrant chez nous.
Qui serait la première à l'arrivée au "sommet" ?
Pas d'exagération, toutefois, ce n'est tout de même pas le tourmalet ! 

Elles s'élancent, dépassent un groupe de personnes, une famille élargie en promenade après visiblement un repas de fête.

J'ai pour habitude de rester à quelque distance derrière mes filles, histoire de rappeler parfois quelques conseils de prudence et sécurité lorsqu'il le faut.
Je dépasse donc le groupe peu après elles et entend ceci de la bouche d'un des hommes présents :
- " Ces deux-là, il n'y a pas besoin de demander où elles les ont trouvés, leurs vélos !".

Consternation et révolte.
Je m'arrête aussitôt lui demandant ce qu'il voulait dire par là.

- " De quoi vous mêlez vous ? "
- " Il se trouve que ce sont mes filles qui viennent de passer "
- ...silence... puis :
- " Ah désolé, je ne pouvais pas savoir, vous savez il y a tellement de vol partout maintenant, et puis avec ces gens-là..."
- " Pardon ? Qu'insinuez-vous encore ? "
- " Tout le monde sait que ces enfants-là..."

Je l'interromps immédiatement avant qu'il ne débite les ganacheries poujadistes et racistes habituelles :
- " Que vous le vouliez ou non, elles sont françaises, nées en France et sont tout autant respectables que vous ou même vos enfants qui sont là à vos côtés, en train d'écouter vos propos complètement et honteusement déplacés.
Elles ont des parents, grands-parents, frères et soeur qui les aiment et qui leur font des cadeaux, comme vous le faites sans doute vous-même à vos enfants...
Que diriez-vous si je laissais entendre que vos enfants sont des voleurs ? "
- " Oui, mais eux ce n'est pas pareil..."
- " Quelle différence ? la couleur de peau  ? Et bien sachez Cher Monsieur, que la connerie et la xénophobie n'ont pas de couleur, vous en êtes le meilleur exemple qui soit, je ne vous salue pas et plains vos enfants... "

Je suis repartie, laissant l'individu bougonnant tandis que celle qui devait être sa femme le morigénait sur ses propos qu'il ferait mieux de garder pour lui.
Il faut dire que l'échange avait commencé à attirer l'attention de nombreux passants qui ralentissaient le pas.

J'ai rejoins mes filles qui n'étaient pas bien comme à chaque fois que ce genre de choses se produit.
Elles ont maintenant pris conscience que pour certains leur belle couleur de peau pain d'épices semblait poser problème !

En particulier lorsque la plus grande -avant que cela n'arrive pour la plus jeune lorsqu'elle aura grandi elle-aussi - entre dans un magasin de vêtement ou une parfumerie.
Elle a souvent droit à la vendeuse ou au vigile qui la tâlonne...

Ah les inconscients collectifs en Sarkozie !
De bien belles études psychiatriques en vue !
En attendant, ma fille aînée s'est fait voler son vélo l'année dernière.

Il était pourtant bien attaché aux bornes adéquates, sous l'oeil rassurant des caméras installées place de la République.

Visiblement les deux individus sus-nommés ont commencé plus jeunes que prévus !
Et en plus ils ont écumé la France !
Mais que fait donc la Police ?

A vomir de tant de bêtise et de droits bafoués !
Commenter cet article

loulou 04/06/2009 22:01

merci pour tes idées

plikarpov 21/05/2009 17:58

J'aime bien "l'abruti de service" !

Circé 21/05/2009 18:05


Et s'il n'y en avait qu'un !


polikarpov 21/05/2009 13:50

Je me suis levé à 8h et j'ai ouvert la radio...et qu'oui-je ?C'est vraiment une journée riche en conneries ! Il y a une autre info qui me fait marrer jaune ou grège beige comme dirait Coluche. Un collège dans le nord que des CRS voudraient investir comme caserne. Le Président du Conseil Régional (PS) s'y oppose en disant "Des gens qui vont chasser le migrants dans le Pas de Calais n'ont pas à être loger dans un collège qui s'appelle "collège Martin Luther King" ! On va dire que c'est politique !?!

Circé 21/05/2009 14:19


Rien d'étonnant en Sarkozie.
Tu sais bien que c'est un adepte de Jean Jaurès, de guy Mocquet et qu'en conséquence il est normal de faire investir un collège qui s'appelle Martin Luther King pour en faire une base arrière en
temps de chasse aux sans-papiers.
Elle est où la marche pour les Droits Civiques ?
Et dire qu'il y a toujours l'abruti de service pour trouver cela normal !


Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "