Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 Jan

Tunisie : France 2, encore une chaine d'information ?

Publié par Circé  - Catégories :  #Droits de l'Homme, des Femmes, Politique

dilem_photo_896_TV5140111-copie-1.jpgTunisie : Informations lapidaires, encore et toujours. Soulèvement , Emeutes ? Arrestations ? Censure ? Nombre de morts qui divergent ?

Comme bien d'autres je suis avec attention ces derniers jours, semaines, le soulèvement de la jeunesse, de la population tunisienne.


Leur ras le bol à vivre dans une société qui n'a rien de démocratique, c'est le moins que l'on puisse dire :

Informations censurées, opposants politiques et syndicaux arrêtés, - dont Hamma Hamani du parti communiste ouvrier de Tunisie arrêté à son domicile -, blogueurs dont seuls les « autorisés » peuvent s'exprimer, accès à internet, you tube, dailymotion interrompus pour tenter d'endiguer la réalité de terrain, la colère, le soulèvement, les tirs à balles réelles de la police sur la population...


Et puis aussi l'enrichissement de quelques-uns au détriment du plus grand nombre, le népotisme, le travail que l'on a que sur piston et bakchisch, les diplômés qui sont légion mais qui n'ont aucun travail, la pauvreté la misère...

Bref, je suis avec attention l'évolution de ce soulèvement, retiens mon souffle, moi qui ai de la famille de cœur juste de l'autre côté de la frontière.

Là où la tension monte aussi.


En tant que citoyenne payant entre autres mes impôts et la redevance audiovisuelle, il me semble que je suis en droit d'avoir accès à des informations dignes de ce nom ; sur des actualités de mon pays bien entendu, mais également à l'International et par conséquent, je suis en droit d'être informée correctement sur ce qui se passe en Tunisie, entre autres.


Quand je dis « informée », ce n'est pas de recevoir des éléments tronqués d'une situation explosive, ce n'est pas de recevoir des reportages orientés. Une information claire, objective avec autre chose que du sensationnalisme de mauvais aloi et du picorage journalistique insipide, sans fond et sans relief.

Comme je suis également en droit d'attendre de la France, du gouvernement de mon pays porteur normalement des valeurs de Liberté, d'Egalité et de Fraternité, une réaction à la mesure de ce qui se passe.


Las, depuis 2007, nous subissons nous-aussi une grande honte.Honte qui grandit, nous submerge, nous noie, nous rabaisse.


Car notre Président n'a de notion des Droits de l'Homme que celle qui rapportera à ses amis bien des subsides sonnants et trébuchants. L'humain lui importe peu, le besoin de Liberté, de Démocratie aussi.

Nous en faisons les frais chaque jour, du moment que les entreprises où nombre de ses amis et proches ont des intérêts, vendent qui avions de guerre, qui centrale nucléaire, etc...etc...


En 2008, il avait fait un voyage d'Etat en Tunisie.


Et je me souviens de cette honte grandissante, si cela était encore possible. Celle d'un Nicolas Sarkozy paradant aux côtés de Ben Ali, et s'exprimant ainsi au sujet des droits de l'Homme :

"Je ne vois pas au nom de quoi je me permettrais, dans un pays où je suis venu en ami et qui me reçoit en ami, de m'ériger en donneur de leçons", rajoutant de plus "Aujourd'hui, l'espace des libertés progresse (en Tunisie)."

Pourtant, il y avait déjà cela :


 

 


Comment ne pas s'écrier donc : quelle complaisance ?


Mais comment m'en étonner encore alors qu'il avait auparavant félicité Poutine, reçu Khadafi, rendu visite à Hu Jintao, accepté la présence de Sassou N'Guesso sur notre territoire, et tant d'autres qui entachent l'honneur de la France.


Mais tout était dit.


Notre ministre des affaires étrangères, MAM pour ne pas la nommer a donc réitèré en ce mois de janvier les mêmes preuves « d'amitié » que notre Président et a même proposé l'aide de la France pour intervenir aux côtés de la police de Ben Ali.

 

 



La honte vous dis-je, la honte qui m'étreint de jour en jour.

Nous remettrons-nous un jour de ces traitrises, de l'honneur bafoué de notre pays que nous vendons au rythme des contrats passés, des « amitiés » d'état ?


Ce matin donc, je fais ce que j'ai perdu l'habitude de faire depuis de nombreuses semaines, j'ose regarder France 2 et Télématin.

Ne serait-ce que pour avoir une autre source que France Inter qui elle-aussi laisse bien à désirer, même si ce n'est pas la pire en matière de radio.


A ce propos, je vous conseille cette vidéo, la langue de bois de l'ambassadeur de Tunisie auprès de l'Unesco Mezri Haddad, les questions parfois stupides du journaliste ( tentant une comparaison de la situation tunisienne avec celle de l'Iran en 1979 ), les questions auxquelles ne répond pas l'ambassadeur sans plus d'insistance du journaliste à le recadrer et le faire répondre sur LE sujet et non à côté, la langue de bois à tous les étages, vous dis-je.

 

 


 


Pour en revenir à France 2, que vois-je ?


Un reportage qui me laisse interdite, de sens, tétanisée et scandalisée !

Un journaliste nous annonce tout de go que tout est terminé en Tunisie, qu'une foule en liesse est descendue dans la rue hier au soir, pour manifester sa joie aux annonces télévisuelles d'un Ben Ali promettant de tout changer en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, alors que voilà plus de vingt années qu'il est au pouvoir !

Les promesses n'engagent que ceux qui y croient ou sont sommés d'y croire .


Ainsi à l'appui, un reportage, nous montrant des manifestants descendus dans la rue en soutien à Ben Ali après son discours d'hier au soir, « heureux », banderole et portrait grandeur xxx du Président brandis et ponctuant des cris de joie lors de cette soirée de fête (?).


Et tous les interrogés de dire que oui, ils y croient, oui Ben Ali a promis et tiendra, oui leur dirigeant a tout compris.


Quelle complaisance dans le tournage, dans la façon de filmer ces hommes, rien que que des hommes en service commandé.


Mais divine surprise, à la toute fin du reportage, une femme, la seule montrée à l'écran et qui n'hésite pas, visage fermé, traits tirés par la colère à s'exprimer ainsi :

«  Après les bains de sang que nous avons connus, la répression, la misère, la Tunisie serait en liesse ? çà – montrant ceux qui font mine de se réjouir -, çà ce n'est pas la Tunisie !!! ».


Une femme ! Et elle ose ! Elle n'a pas peur de s'exprimer et le journaliste qui relaie enfin une autre opinion que celle voulue par le pouvoir en place avec ses partisans potiches ou bien pire payés par ses services pour lui exprimer leur « soutien ».


Madame, grand-merci, qui que vous soyez.


Vous avez en quelques mots porté la parole de lutte et résistance de celles et ceux qui souffrent de cette politique, qui en crèvent devrai-je dire, de toutes celles et ceux qui ont été arrêtés et dont nul ne sait où ils/elles sont et des autres, celles et ceux qui l'ont payé de leur vie...


Pour vous, pour tous ceux-là, je serai comme bien d'autres en ce :

Samedi 15 janvier 2011 à 14H place de la République à Paris,

en soutien au peuple tunisien.

Quant aux dirigeants de mon pays ? Ils ne sont plus les représentants du Peuple Français et du Pays des Droits de l'Homme.

 

* Rajout à 16:17 L'ambassadeur de Tunisie auprès de l'Unesco aurait démissionné en ce début d'après-midi et annoncé celle-ci sur BFM-TV. Comme quoi dans la même journée, même un ambassadeur peut dire une chose le matin et son contraire l'après-midi. Mais où étaient donc passés ses "amis" ?

 

* A suivre également sur France Info

 

* Ce vendredi soir 14 janvier 2011, Ben Ali aurait quitté la Tunisie,

 

* Intervention d'Hamma Hammami, secrétaire du Parti Communiste Ouvrier Tunisien ( PCOT, parti interdit ) tout juste libéré,

Commenter cet article

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "