Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 Mar

Indignation face à l'Incitation des violences faites aux Femmes

Publié par Circé  - Catégories :  #Femme, Société et politique


Pour faire du fric, des putains d'rimes de merde, peut-on et doit-on tout se permettre ?

Je suis furieuse, en rage.
Chaque jour des femmes sont victimes de violence, je suis "l'une de ces survivantes", tous les trois jours, une femme meurt sous les coups de son compagnon, mais voilà que le printemps de Bourges s'apprête à recevoir...

Je ne sais même pas comment le qualifier, puisqu'il fait l'apologie des violences les plus sordides, répugnantes, haïssables et inqualifiables qui soient !

Ce n'est pour moi, ni un chanteur, ni un poète, ni un artiste, tout juste l'un de ses petits coqs  véhiculant ce qu'il y a de plus abject, obscène et mortifère dans l'attitude des hommes envers les femmes, des jeunes hommes envers les jeunes femmes, des garçons envers les filles.

Je vous laisse juge de sa prose spirituelle :

Titre “SALE PUTE”

Intro : Attends bouges pas j’ai un mail d’Orel j’te rappelle
Ce soir j’suis rentré du taff plus tôt que d’habitude
Je suis passé chez toi pour te faire une surprise
Quand j’suis arrivé t’étais dans ton hall avec l’autre type
qui est en cours avec toi
Et je vous ai vu...
Je vous ai vu vous jeter l’un sur l’autre il passait les mains
sous ton pull pendant que tu l’embrassais
Putain j’avais envie de vous tuer j’étais choqué j’ croyais
que tu étais différente des autres pétasses
J’te déteste j’te hais
J’déteste les petites putes genre Paris Hilton les meufs qui
sucent des queues de la taille de celle de “Lexington”
T’es juste bonne à te faire péter le rectum
même si tu disais des trucs intelligents t’aurais l’air conne
J’te déteste j’veux que tu crèves lentement
J’veux que tu tombes enceinte et que tu perdes l’enfant
Les histoires d’amour ça commence bien ça fini mal
Avant je t’aimais maintenant j’rêve de voir imprimer de mes
empreintes digitales
Tu es juste une putain d’avaleuse de sabre une sale catin
Un sale tapin tout ces mots doux c’était que du baratin
On s’tenaient par la main on s’enlaçait on s’embrassait
On verra comment tu fais la belle avec une jambe cassée
On verra comment tu suces quand j’te déboîterai la mâchoire
T’es juste une truie tu mérites ta place à l’abattoir
T’es juste un démon déguisé en femme j’veux te voir brisée
en larmes
J’veux te voir rendre l’âme j’veux te voir retourner brûler
dans les flammes
Refrain x2
Poupée je t’aimais mais tu m’as trompé
Tu m’as trompé tu l’as pompé tu es juste une sale pute
Une sale pute une sale pute une sale pute une sale pute
J’déteste les sales traînées comme Marjolaine
Les petites chiennes les chichiteuses les filles à problèmes
J’rêve de la pénétrer pour lui déchirer l’abdomen
Je t’emmènerai à l’hôtel je te ferai tourner dans ma villa
romaine
Tu suces pour du liquide tu te casses à marée basse
Pétasse tu mériterais seulement d’attraper le DAS
Le seul liquide que je t’ai donné c’est mon sperme
Si j’te casse un bras considère qu’on s’est quittés en bons
termes
J’t’aime j’ai la haine j’te souhaite tous les malheurs du
monde
J’veux que tu sentes la chaleur d’une bombe j’veux plus
jamais que tu me trompes
J’étais trop fidèle (sale pute)
J’ai les nerfs en pelote (sale pute)
J’vais te mettre en cloque (sale pute)
Et t’avorter à l’opinel
’’Oh mais c est de ta faute t’étais jamais là pour moi’’
Oh je m’en bas les couilles c’était de la faute à qui
J’te collerai contre un radiateur en te chantant ’’tostaky’’
J’veux que tu pleures tous les soirs quand tu t’ endors
parce que t’es du même acabit que la pute qu’à ouvert
la boite de pandore
Refrain
J’ai la haine j’rêve de te voir souffrir
J’ai la haine j’rêve de te voir souffrir baby
J’ai la haine j’rêve de te voir souffrir
J’ai la haine j’rêve de te voir souffrir baby "

Je ne sais qu' ajouter tant je suis outrée, sinon le relais pour la pétition demandant une loi-cadre contre les violences faites aux femmes et la lettre adressée par Marie-Georges Buffet et Laurence Cohen, à cet individu.

Laurence COHEN, Commission nationale du PCF Droits des femmes/féminisme


A l’attention de Monsieur Orelson


Monsieur,


Nous venons de prendre connaissance de votre chanson intitulée “Sale pute”. Votre texte est une véritable incitation à la haine et à la violence à l’égard des femmes.

Les termes employés sont de nature discriminatoire, infamante, donnant

des femmes une image particulièrement dégradante et encourageant tous les crimes.

Comment est-il pensable qu’un jeune artiste puisse distiller autant de haine ?

Dans une société où la vie est déjà si dure dans les quartiers, où la politique gouvernementale oppose le “chacun pour soi” au “tous ensemble”, où la différence devient un obstacle et non un complément, une richesse, le texte de votre chanson aurait pu prôner la solidarité, l’égalité, le mieux vivre ensemble.

Nous vous rappelons qu’une femme tous les trois jours meurt sous les coups de son compagnon, qu’une jeune femme nommée Sohane est morte brûlée vive dans un local à poubelles, que les associations féministes se battent pour obtenir une loi cadre contre les violences faites aux femmes, que le gouvernement ne fait rien pour s’attaquer à ce fléau.

Vos propos, qui vont dans le sens d’une banalisation des crimes commis contre les femmes, ont peut-être été écrits sans anticipation des conséquences.

Nous vous demandons donc de bien vouloir retirer cette chanson de votre

répertoire et sommes à votre disposition pour en discuter avec vous.

Dans cette attente, recevez Monsieur, l’expression de nos salutations féministes.


Marie-George BUFFET Laurence COHEN, responsable nationale de la

Secrétaire nationale du PCF Commission du PCF Droits des Femmes/Féminisme


Elles ont par ailleurs interpellé Daniel Colling, Directeur du Printemps de Bourges.


Commenter cet article

louletta 03/04/2009 07:56

on a du chemin a faire pour aquerir un jour une once d'égalité réelle. Je n'apelle pas ca une chanson, ni lui meme un artiste, j'apelle ca un manifeste plus que sexiste , un manifeste de violence et d'irrespect, c'est tt a fait une incitation à la haine.le sexisme est inconsciemment accepté dans notre société dite moderne et égalitaire... je suis contre la censiure des idées, mais il ne presente aucune idée ici, juste de la haine... je pense pas qu'une société devienne plus libre en autorisant parce qu'elle ce genre d'incitation a la haine se trimballer sur internet.

Circé 03/04/2009 08:15


@ Louletta : Nous sommes d'accord
J'ai restranscrit les paroles, parce que tout de même, voir les mots dans leurs plus grandes brutalité et violence, à moins d'être d'une mauvaise foi sans nom, c'est se rendre compte effectivement
du sexisme, du machisme de cette société.
Et je le redis à mes lecteurs, je ne fais pas d'amalgame entre eux et ce genre de comportement qui tend bien malheureusement, même plus à s'étendre mais à devenir d'une banalité absurde de
crétinisme.
L'acceptation de l'inacceptable comme norme.
A quand une chanson vantant la pédophilie qui serait à prendre au énième degré comme je l'ai lu et entendu pour cette chanson sous prétexte de liberté de s'exprimer ?
Clairement la société condamne les violences faites aux femmes .
En faire l'apologie, c'est à vomir.


Baptiste 01/04/2009 15:57

Je vais surement m'attirer les foudres de Circé, mais sur le coup je trouve la réaction "décalée". Je m'explique...Je ne comprends pas l'acharnement contre ce rappeur. Certes sa chanson (datant de 2007) avance des propos outranciers, qu'il faut condamner unanimement. Mais cette chanson n'est ni sur son album, ni sur son site web. Il s'est engagé à ne pas la chanter lors de ces concerts (ce qu'il n'a jamais fait auparavant) .Je trouve dommage de condamner cet artiste "à vie" pour une chanson scandaleuse. Il faut certes se mobiliser sur ces propos mais de là à l'empêcher d'accèder à tous les festivals....Je regrette l'absence de publication de ces excuses et de ses réactions....

Circé 01/04/2009 19:39


@ Baptiste : Je pense qu'il faut aussi que tu situes cet article dans son contexte.
Il est apparu avant que le chanteur ne présente ses excuses, il est apparu avant qu'il ne s'engage à ne pas le chanter au printemps de Bourges, au moment où des groupes de femmes féministes,
blogueuses, politiques ( Marie-Geoorges Buffet ) intervenaient tant auprès de lui qu'auprès du Directeur du Printemps de Bourges ainsi que de la Secrétaire d'état à la Solidarité.
Le clip, puisque clip il y a eu aussi était toujours visible sur dailymotion il y a peu !
Pour le reste, tu dis que c'est dommage de grever ainsi sa future carrière, mais ne dit-on pas que c'est au " premier coup" reçu qu'une femme doit partir ?

Ce n'est pas par simple communiqué ou simple engagement que l'on peut juger de la sincérité d'une personne, mais avec le temps.
Et là, il n'a rien prouvé.

Il semblerait qu'il passe toujours au printemps de Bourges. Peux-tu être sûr de ce qu'il va chanter ?Que fera-t-il sur scène ?

A-t-il vouloir faire de l'argent facilement, puisqu'il semblerait que ce soit la course actuellement aux textes et clips les plus hards, trashs, barbares et odieux en matière de présentation de la
femme-objet sexuel, punching-ball à loisir.

Je pense qu'ici, ce ne serait que justice sa maison de production soit condamnée conjointement avec lui, car co-responsable de la diffusion de telles idées !


dame Lepion 28/03/2009 16:11

Il m'arrive d'aller à contre-courant, c'est le cas à propos des réactions sur cette "chanson" (et spécialement sur la pétition qu'elle suscite), opposée que je suis aux actes de censure. Toutes les idées, même abjectes, doivent pouvoir être exposées, sous réserve expresse d'être débattues pour pouvoir le cas échéant mieux être combattues. Jeter sur ce véritable appel au meurtre et à la torture un manteau vertueux, un cache, une occultation, me paraît inapproprié. Je crois qu'il faut au contraire diffuser outrancièrement, jusqu'à la nausée, ce texte-tract. Diffusé sur France-Inter encore récemment, je l'ai bien sûr écouté attentivement et en ai conçu le haut-le-coeur que vous imaginez. Mais il fallait là de toute urgence, de toute nécessité, qu'un commentaire, une présentation, une explication, fût imposée par le programmateur de l'émission. Si on considère que ce texte est une oeuvre artistique, le droit (le devoir en l'occurrence) à la critique doit en encadrer étroitement la diffusion. Là je pense serait la vraie, efficace et pertinente dénonciation. Comme d'ailleurs vous le faites, Circé, en le publiant accompagné d'indispensables ingrédients émétiques salvateurs.

Circé 28/03/2009 16:21


@ Dame Lepion : Merci.


sixtine 27/03/2009 17:26

Je suisi sidérée, effondrée, horrifiée ! Quelle abomination !Monstrueux...

Kamizole 27/03/2009 11:52

C'est bien pour cela que je précisais qu'il ne fallait pas occulter les pères...Mais une autre analyse que j'ai entendue soutenir par certains travailleurs sociaux et que je partage entièrement, c'est que l'autorité des parents s'est délitée à cause du chômage. Avant, même quand les salaires étaient très bas, les parents avaient néanmoins un statut social et le peu qu'ils gagnaient contribuait pour l'essentiel à la vie de la famille.Dans les banlieues déshéritées, certains enfants n'ont pratiquement jamais vu depuis plusieurs décennies leurs parents travailler régulièrement. Certains ont carrément démissionné à la fois sur le front du travail - on ne leur propose rien - et sur le plan de la famille. Parfois, certains enfants sont les premiers à se lever le matin.Or, s'ils ne vont pas à l'école, la famille risque de perdre les alloc qui aujourd'hui constituent une grande part des subsides de la famille. Ils ont donc un pouvoir démesuré sur leurs parents (même si cela relève souvent du symbolique et de l'inconscient).Il faut donc redonner du travail aux parents - les hommes comme les femmes. En même temps, c'est leur rendre la dignité pour eux et vis-à-vis de leurs enfants.Bien entendu, il ne s'agit pas de supprimer les alloc !

Circé 27/03/2009 11:55


@ Kamizole : C'est vrai au niveau de ton analyse pour cette dernière décennie, je dirais même les 15 dernières années.
Cependant, en ce qui concerne la politique des " grands frères", cela a commencé bien avant.
La conjugaison des deux est détonnante.


Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "