Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Jun

Quand les luttes paient...

Publié par Circé  - Catégories :  #CNL, #droits des femmes, #Egalité, #Précarité, #Amiante

Communiqué de presse de la CNL Loiret du 23 juin 2014.

« Quand les luttes paient… »

De bonnes nouvelles ce matin en Conseil d’Administration de LogemLoiret.

La loi ALUR, enfin parue au journal officiel entérine ce que de nombreuses associations, collectifs et commissions féministes ainsi que La CNL demandaient depuis de nombreux mois. Ainsi et désormais, il suffira pour une personne en instance de divorce de présenter une simple attestation d’avocat confirmant la demande, pour pouvoir faire une demande de logement en son nom propre et la prise en compte de ses seuls revenus.

Rappelons que la loi Boutin imposait expressément qu’une ordonnance de non-conciliation soit prononcée et présentée, tout d’abord pour la désolidarisation du bail, mais également pour faire une demande de logement social.

Compte-tenu des délais importants que génère le manque récurrent de juges dans les tribunaux, cette situation était extrêmement discriminante pour les personnes mariées en cours de divorce, tandis qu’il suffit de 3 jours pour rompre un PACS. Sans compter le risque important et malheureusement effectif dans certains cas, d’engendrer des violences conjugales provoquées par cette situation, qui de fait, imposait à un couple qui ne s’entendait plus, de vivre sous le même toit.

La seconde bonne nouvelle est une mesure que vient d’abandonner le Conseil Général du Loiret. Celui-ci retirait tous moyens aux associations telles l’AHU, l’AIDAPHI, l’UDAF pour organiser et suivre les personnes en grande précarité, en demande de location de logement social : suivi de budget, suivi social, sous-location, etc. Ceci pour internaliser les demandes.

Le Conseil Général a décidé de revenir sur cette mesure, ce qui permet aux associations de continuer leur excellent travail au sein de l’ERL (Espace Ressource Logement) et auprès des personnes, (jeunes, moins jeunes, couples, retraitéEs, salariéEs pauvres …) en grande précarité dans leur parcours pré- et locatif.

Malgré tout, toujours rien du côté du diagnostic amiante, sinon à renforcer la législation pour les OPHLM, sans leur donner de moyens supplémentaires.

Rappelons, là-aussi que la CNL appuyait la proposition de l’USH de demander aux entreprises qui utilisaient ce matériau, d’abonder des fonds spécifiques pour contribuer au désamiantage des logements sociaux (mais pas seulement). La CNL demande quant à elle une grande politique de relance et de rénovation des logements sociaux avec des prêts à taux zéro ainsi qu’une TVA très réduite, et formation de nombreuses entreprises qui seront ensuite qualifiées pour faire ces travaux.

Outre le fait que cela permettrait de relancer le secteur du bâtiment, avec créations de nombreux emplois, cela participerait d’une véritable prise en compte ET solution quant à ce grand problème de santé publique qu’est la présente de l’amiante dans les bâtiments construits avant 1997.

Enfin, les comptes des offices HLM seraient préservés, et ces essentielles et vitales rénovations n’impacteraient pas de manière trop drastique (voire catastrophique) leur capacité à construire de nouveaux logements.

Pour la CNL du Loiret,

Dominique TRIPET,

Administratrice chez LogemLoiret.

Commenter cet article

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "