Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Jul

Mon village à l'heure du Ramadan (I) Voyage en Berbèrie...

Publié par Circé  - Catégories :  #Tamazight, #Berbèrie, #Ailleurs, #Chez moi, #Voyage, #Chroniques, #Kabylie, #Algérie, #Ecriture

Mon village à l'heure du Ramadan (I) Voyage en Berbèrie...

Mon village...

Mon village...Comme j'y vais fort, tout de même...

Tout d'abord, ce n'est pas à proprement parler un village, mais l'une de ces petites villes kabyles qui poussent de façon anarchique. Comme une pustule sur les flancs du mont Djurdjura, sans but réel sinon celui de loger femmes, hommes et enfants, autrement dit des familles sans que rien d'autre ne soit pensé : ni urbanisme digne de ce nom, ni confort, alors sécurité, écologie, propreté, santé, loisir, parc, promenade, bien-être des enfants, place des femmes et des hommes dans la cité, éducation...Tout cela ne passe qu'à un plan dont il ne convient même pas de sérier la ou plutôt l'ordre de priorité relégué aux calendes grecques...

Et quand on connait l'état de la Grèce à l'heure actuelle, mise à genou par nos potentats européens via un Traité de Lisbonne, rejeté pourtant par la majorité des FrançaisEs, c'est tout dire...

Mais qu'importe, mon village...

Mon village...Comme j'y vais fort tout de même...

En plus d'être en réalité une petite ville de Kabylie, me voici bien présomptueuse de prétendre que c'est MON village. Tout au plus est-ce un "legs" d'amours défuntes, mais un legs si fort et viscéral que cette Terre et cette famille, celles de celui qui m'a attaché à ces deux là, sont désormais miennes jusqu'à mon dernier souffle de vie.

Alors mon village, oui...Car la ville telle que l'occidentale que je suis la connaît, ne peux aucunement la penser ainsi. Et il y a tant à dire sur cet attachement qui ne doit, il faut être honnête, absolument rien à la beauté du village...

De beauté il n'a point., plus...Hormis quelques oliviers et figuiers qui doivent à l'entêtement légendaire de la "berbèrie" à pousser envers et contre tous les outrages des hommes. Et puis aussi le soir quelques jasmins odoriférants qui chatouillent délicieusement le nez, mais qui ne peuvent faire oublier les odeurs pestilentielles des amoncellements de poubelles qui décorent tous les coins de rue...

Quoi ? Quoi ? Un ramassage anarchique des poubelles ? Une grève ?

Mais comment ? Je vous sens tout chose là ? Comment, on vous aurait menti ? Il y aurait des grèves en Kabylie ? en Algérie ? Quoi nos médias franchouillards nous auraient mentis ? Ce "triste privilège gaulois", comme ils aimeraient nous le faire accroire seraient maintenant universel ? Mais oui, je vous le confirme, même si pour l'heure, rien de tout cela...

Simplement la décharge qui recevait jusqu'à présent les ordures, a été fermée, sans autre forme de procès, ni surtout de solutions pour pallier à ce qui risque de devenir un problème de salubrité publique, mais qu'importe, me voici tout de même chez moi...

Donc, pas de grève pour le moment en ce qui concerne le ramassage des ordures, mais un problème tout même quasi insoluble si de véritables solutions pérennes ne sont pas pensées rapidement : la Terre continue à tourner, les kabyles à vivre, à consommer et à produire des détritus, mais ...n'ont aucun endroit où les déposer, les traiter, les faire disparaître...

Alors les poubelles s'entassent, sous la chaleur, en plein Ramadan, pour le plus grand bonheur des chats errants et faméliques qui fouillent avec ardeur, mais aussi des...rats.

Ah oui, j'ai oublié de vous dire, je suis arrivée ici le premier jour du Ramadan et les us et coutumes autrement dit la sociologie locale a de quoi interpeller.

Mais pour l'heure, il est l'heure de la sieste, et oui, moi la grande insomniaque que je suis...dors, dors et redors...Non, non, ne voyez pas là d'apologie de l'indolence, mais, la suite au prochain épisode...Et encore, sans vous faire l'affront de ponctuer ma phrase du rituel "Inch'Allah" que nombre utilisent ici...

A tout bientôt donc, dirait l'une de mes amies...

Commenter cet article

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "