Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Jun

Un 06 juin suspendu dans le temps...(II)

Publié par Circé  - Catégories :  #Souvenirs et Petite Histoire

 

Ma fille, mon enfant,

Le temps est venu pour moi de te parler de ta naissance.

L'évoquer m'est toujours joie puisque tu es là,

Toi que je désirais tant et en grand secret espérais .


Tant de femmes de par le monde subissent encore et toujours cette horrible malédiction qu'est pour elles la venue au monde d'une petite fille, alors que celle d'un garçon leur est injonction terrible et comminatoire.

Souvent elles en paient le prix de l'abjection et de l'abomination.


Humiliées, abandonnées, répudiées ou même assassinées, mère et nouvelle-née, pour les diktats imbéciles de sociétés patriarcales et intégristes où la femme n'est rien ou si peu de choses.

Pourtant d'où sont-ils nés tous ces hommes qui se pensent d'essence supérieure sinon des flancs féconds d'une femme ?


Et moi, moi ta mère ?

Je n'osais imaginer une si grande joie que de te donner la vie.

Souvent je posais la main sur mon ventre rond comme fruit mûr et m'adressais à toi.

Qui seras-tu ? Fille ou garçon ? Je t'aimerai de toute façon...


M'est venu aussi le temps où je dois évoquer ici celui qui a contribué à te donner la vie.

Si parler de ta naissance m'est Bonheur, lui donner vie en convoquant ce passé, - « ma vie entre-parenthèses » comme je nomme encore cette période, m'est toujours souffrance et malheur.

Pour être juste, au moment de ta naissance, la violence n'était pas encore installée.

Les ferments étaient présents. Mais je n'ai pas su en reconnaître les prémices.

Peut-on reconnaître de toute façon ce que l'on n'a jamais connu ou vécu ?


Ce 06 juin 1978, j'étais donc en ce jardin, assise sur un banc à écouter les oiseaux et à tenter d'apprivoiser mon corps. Tu annonçais ta venue, alors que ne bruissaient autour de moi que mots parlant de retransmission de matchs de football.


Car oui, mon enfant, ma fille, mon aînée, mon aimée, tu es née alors que se déroulait sur le continent sud-américain la coupe du monde de football, et plus précisément en Argentine.


T'ai-je jamais raconté cette horrible époque où une sinistre junte militaire avec à sa tête le tout aussi sinistre général Vidéla officiait en ce pays ?

Des familles entières disparues : hommes, femmes et enfants.

Opposants ou supposés opposants au régime militaire.


Un bébé, un enfant est-il un opposant ?

Et ces sœurs françaises disparues, elles-aussi, l'étaient-elles ?

Et quand bien même, s'opposer est-il un crime qui mérite tortures et assassinat ?

Les charniers que l'on retrouve aujourd'hui encore confirment ces abominations.


T'ai-je jamais parlé non plus, de ces femmes courageuses, mères et grands-mères pour la plupart qui ont décidé un jour d'avril 1977 de se regrouper et de demander compte de la disparition des leurs ?


Sur la place de mai qui fait face au palais gouvernemental, chaque jeudi, elles se sont mises à tourner en silence, foulard blanc posé sur leur tête en signe de ralliement, autour de la statue symbole de l'indépendance de leur pays.


Elles ont été surnommées par ce gouvernement qui les raillait, croyant ainsi les discréditer : «  les Folles de mai ».

Ils n'avaient pas compris leur détermination de Femme, de Mère, de Grand-Mère .

Leur mouvement en a initié d'autres de par le monde. Le leur a duré....29 ans !


Ainsi ce pays, cette junte, ce général allaient recevoir les équipes de football qualifiées venues du monde entier.

Peu ou pas de protestation des nations dites démocratiques, quant à l'état des libertés et disparition de plus de 30 000 personnes. La France ? Et bien, silence...Nous allions y participer....


Et moi ? Moi j'allais te donner vie.

 

                                                                                     .../...

Commenter cet article

Polyb 14/06/2010 21:45



Bonsoir Circé,


Je ne te lis que maintenant, j'ai la tête dans le guidon, et pourtant, je ne trouve pas le temps de faire du vélo ! :-)


Réunions en tous genre, coups de fil sur coups de fil pour faire garder ceux qui en ont besoin, pendant que boulot boulot, asso asso... Y'a pourtant un jour, finalement, où je finirai par avoir
le temps !


Toujours est-il que ce soir j'ai lu cette deuxième partie, et que cela me parle.


La première lecture aussi, d'ailleurs.


Je t'ai déjà fait écouter cette chanson ?


http://www.youtube.com/watch?v=aI0ajKWPFN4


Je suis presque sûre que oui.


Mais c'est tout de même celle qui m'a portée quand j'étais aussi enceinte que tu le décris ici.


Je t'embrasse fort.



zouzou 10/06/2010 12:11



Et elles donnérent vie à des filles et eurent des petites filles comme KENNY ARKANA, qui dans sa chanson victoria continue le combat !!!http://www.youtube.com/watch?v=a4yK1jnPyCM


Merci, CIRCE de nous faire partager vos émotions.....................


 



Circé 10/06/2010 13:08



Merci Zouzou



Desencanto 10/06/2010 06:34



Sin aliento, emocionada, a la espera.


Besos.



Circé 10/06/2010 13:10



Désolée de mettre ainsi en attente.


Politiquement en préparation d'un congrès, au niveau engagement auprès des femmes, la Marche Mondiale des femmes qui aura lieu samedi à Paris.


J'en serai bien entendu, je suis par votre intermédiaire ce qui se passe en Espagne.


je vous embrasse



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "