Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 Jul

" S.O.S 2150 euros ": Appel aux parlementaires .

Publié par Circé  - Catégories :  #Pauvreté, Misère, Révolte et Politique

 

Aux Parlementaires du Loiret,
-----------------------------------------
 
Madame Virginie D. qui était domiciliée, avec ses deux enfants et son ami, au 5, rue François Pagot à Orléans (45100), a été expulsée de son logement lundi 26 juillet.

L'OPH d'Orléans, "Les Résidences de l'Orléanais", leur bailleur, a fermé le logement en installant une porte blindée. Cette famille se retrouve donc à la rue. La cause de cette expulsion: une dette de 2150 euros environ qui était remboursée depuis février 2010 à raison d'un virement de 90 euros par mois ( 50 euros de loyer APL déduite + 40 euros pour apurer la dette) émanant de la banque de Madame D., le Crédit Agricole, vers l'OPH.

La direction de l'OPH que j'ai rencontrée ce vendredi matin, avec cette locataire, refuse de réintégrer cette famille. Elle évoque, également, un problème d'attestation d'assurance qui n'aurait pas été donnée à l'OPH. Ce que réfute Mme DELAMOUR qui assure avoir transmis, à deux reprises, ce document.

L'OPH a indiqué aussi que Mme DELAMOUR n'aurait pas été coopérative il y a quelques années lorsqu'elle commençait à avoir des difficultés.
A cette époque, celle-ci était au "fond du trou".

Depuis, elle a retrouvé du travail depuis avril 2010 dans une usine de cosmétiques sur la zone de la Saussaye. Son ami travaille chez MALLET, entreprise de déménagement. C'est donc au moment où cette famille retrouve de la stabilité et de l'espoir que l'OPH l'expulse.

En conséquence, je souhaite votre intervention auprès des organismes sociaux afin qu'un prêt de 2150 euros lui soit attribué pour que cette dette soit résorbée, prêt qu'elle s'engage à rembourser.

Prendre en considération cette proposition et l'appuyer, alors que dans notre pays, chaque jour, ce sont des milliards qui "valsent", permettrait à cette famille de retrouver stabilité et une vie normale. Toute autre proposition allant dans le sens de la solution de cette situation  qui est vécue comme un drame par cette famille, sera examinée avec attention.

Persuadé que vous comprendrez le sens de ma démarche, je vous prie de croire, Mesdames et Messieurs les Parlememtaires, à l'expression de mes respectueuses salutations.
 
Michel RICOUD
CNL LOIRET 
 
 

Commenter cet article

minijack 01/08/2010 19:51



Au temps pour moi ! Après relecture, je me rends compte que la somme était spécifiée dans le titre même.
2150/90 = 2 ans d'apurement. C'est en effet raisonnable au regard des retards souvent plus importants qu'on peut trouver dans le locatif privé et la raison de cette éviction doit être autre que
la simple dette.


 


 



Circé 01/08/2010 20:10



Minijack :


J'ai passé in-extenso le communiqué de Michel Ricoud, sans expilicier cette dette, mais voyez-vous, la dette de loyer en elle-même est bien moindre que cela, sachant que l'APL lui a été oté ainsi
que ses allocations familiales.


Pour aider quelqu'un, il n'y a pas mieux !


Mais comme je dois rencontrer cette personne demain, je n'ai pas voulu aller plus avant dans sa problématique sans son accord..


J'étais à ses côtés avec Michel Ricoud, Dominique Lebrun, Marc Brynhole et bien d'autres  vendredi dernier.


Le plus ignoble étant qu'elle risque tout simplement de perdre la garde de ses enfants.


Mais comme je vous l'ai déjà dit, je ne peux en dire plus pour l'instant.



minijack 01/08/2010 19:42



A première lecture, on a envie de crier avec vous : Procédé scandaleux ! On ne jette pas à la rue une famille avec des enfants, et il faut à l'évidence convaincre l'OPH de revenir sur cette
décision.


Toutefois, les explications que vous en donnez sont peut-être un peu partiales car, eu égard aux qualités humaines que nous vous connaissons, vous ne prenez en compte que les regrettables
conséquences.
Il serait intéressant de connaître aussi les causes :


Je ne connais pas ce cas spécifique mais selon ce que vous expliquez, on assiste à l'éviction logique d'un locataire qui ne payait pas son loyer
depuis longtemps et jusqu'à il y a quelques mois, et qui commence seulement, depuis Avril, à combler son retard.
Mais un plan d'apurement doit être accepté par les deux parties et sa proportion par rapport aux revenus est souvent objet de désaccord. Quel était le montant total de ce retard et sur combien
d'années le plan d'apurement aurait-il dû courir ?...
Le problème est que le temps n'est pas le même pour l'administration ou pour les victimes d'accidents de la vie. 
En fonction des sommes en jeu, peut-être était-il plus sage de proposer à cette famille un autre logement moins coûteux plutôt que continuer à lui faire payer un loyer au-dessus de ses capactés
financières, surtout augmenté d'un plan d'apurement ?...
Ce sont là des éléments d'appréciation du dilemne qui échappent totalement au lecteur de ce blog.


 


 



Circé 01/08/2010 20:12



Minijack :


Ayant eu l'avantage sur vous de lire votre dernier commentaire avant celui-ci, vous avez déjà une partie de la réponse.


 



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "