Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 Sep

Petit précis de fatalisme, rejet de l'autre et xénophobie ordinaire en Sarkozie...

Publié par Circé  - Catégories :  #Non-acceptation, Révolte et Politique

 
 

 

Ce matin, comme hier matin j'étais sur l'un des marchés de ma ville de Cenabum, autrement dit Orléans .

 

Hier comme aujourd'hui j'y ai distribué des tracts appelant bien évidemment à une grande mobilisation pour la manifestation de ce jeudi 23 septembre prochain, contre la réforme inique des retraites que veut nous imposer ce gouvernement.


Mais aussi pour faire grandir cette autre mobilisation qui est en train de se faire jour, pour un après grand 23 septembre qui ne doit pas rester lettre morte.

Nombre de syndicats ont déposé des préavis de grève reconductible dans nombre d'entreprises, publiques ou privées. Mais il s'agit aussi d'éveiller d'autres consciences.


Car comment amener à résistance des chômeurs, des intérimaires, des personnes en CDD, en emplois précaires qui galèrent chaque jour, disposant à peine, et pour certains pas du tout, du minimum vital ?


Comment les faire venir à cette lutte, où ils ont pleinement leur place ? Comment faire pour que le fatalisme, le poids des avanies quotidiennes entre manque d'argent, factures impayées, coupures d'électricité, menace d'expulsion locative ne les accablent pas à tel point que le mot résistance ne soit plus ni de leur vocabulaire, ni de leur vécu ?


Comment leur redonner espoir de changement en leur expliquant qu'ils sont eux des acteurs à part entière de cette mobilisation ? Faire tomber ce chacun pour soi qui est devenu la gangrène de notre société ? Que l'on peut réinventer la solidarité, toutes les solidarités ?


Expliquer que la misère dans laquelle ils sont maintenus, qui nous guette tous au détour d'un chemin de vie hasardeux, devrait nous amener à nous unir, parce qu'à plusieurs, on est toujours plus fort ?


Entendu donc ce matin comme hier sur ces deux marchés, de la part de personnes qui pour la plupart prendront part à cette journée de grève, et attendent un lendemain de lutte ( grèves générales, blocage, etc..etc...) :


- " Ah oui, que j'y serai jeudi, vous pouvez comptez sur moi, plutôt deux fois qu'une, même ! Mais moi j'vais vous dire ( Nicolas, quel dégât ! ), tous ces basanés et ces foncés, hein , On les voit bien, là, à frauder dans les transports en commun, hein, Mais dans les Manifs, ils sont où ? "


- " La retraite à 60 ans, bien sûr qu'il faut la défendre, il y a d'autres moyens de la financer, mais quand même regardez le trou de la sécu, tous ces étrangers qui bénéficient de l'aide médicale d'état, et c'est nous qui payons pour eux...Je les ai vus, la dernière fois chez mon dentiste, ils étaient cinq dans la salle d'attente et je lui ai demandé à mon dentiste, il m'a dit qu'il ne pouvait refuser de les prendre..."


- " Pfff...Moi, j'm'en fous, qu'ils se démerdent, j'y suis maintenant à la retraite, alors les autres, ils feront comme moi..."


- " Oh vous savez Madame, moi j'ai 25 ans, si j'arrive à la prendre à 80 ans ...


- " Regardez-moi tous ces jeunes, çà pour faire des conneries dans les cités, ils se posent là, mais pour défendre nos acquis..."


- " Moi j'ai dû la prendre à 64 ans ma retraite, tout çà parce que j'ai eu des enfants et que ma carrière a été en dents de scie, alors les autres...Moi, on ne m'a pas fait de cadeaux, alors ils n'auront qu'à faire comme moi..."


- " Et toutes ces voilées, là, qui font un môme tous les ans, elles ont droit à tout et nous ?..."


Bon, je m'arrête là. Je suis effarée de ce que le populisme d'Etat a pu faire comme ravage dans les cervelles. Combien le basique de ces formules fleurant le nationalisme de mauvais aloi ne souffre aucun recul, aucune analyse pertinente, de la part de ceux qui les tiennent.


Bien évidemment je n'ai pas fait qu'écouter.

Je bondissais littéralement intérieurement. J'ai donc échangé, recadré les analyses, expliqué exemples concrets à l'appui, bataillé pour que le regard de ces personnes se tournent vers les véritables responsables, tenants de ce capital qui lamine la solidarité, l'humain au profit du dieu argent.


Ils n'ont pas peur, eux, d'agiter opportunément des épouvantails ( Roms, étrangers, jeunes, malades...) devant ceux qui seraient à même de se révolter et de les renvoyer à d'autres activités que la gouvernance de notre République moribonde de tant d'attaques et de déshonneur.


 

Notre responsabilité à tous est engagée. Nous ne devons plus laisser ainsi dériver notre pays dans ce bourbier vert de gris.


Unissons-nous, il est plus que temps.


Relevons la tête et dès ce jeudi montrons un autre visage de la France !

Celui des lumières, de la Solidarité, de la Liberté retrouvée, de l'égalité où femmes et hommes feront enfin côte à côte l'Humanité, loin des discriminations de genre, couleur, culture, nationalité, enfin de la Fraternité  envers et contre la volonté délibérée de ceux qui font vibrer tous les relents les plus nauséabonds de la xénophobie érigée en valeur d'Etat.


Le 23 septembre 2010, redonnons de l'espoir à nos vies ! Résistons, montrons-leur notre détermination, faisons-les reculer !


 

 

* on ne bat pas en retraite

Commenter cet article

Tryphon 21/09/2010 22:11



Samedi 4 septembre : « Face à la xénophobie et à la politique du pilori : liberté, égalité, fraternité ! » Manifestation à Orléans : environ un millier de
personnes.


 


Mardi 8 septembre : « Contre la réforme des retraites. » Manifestation à Orléans : entre dix et quinze mille participants.


 


Localement, à part chez toi, je n'ai lu de mise en rapport de ces deux "chiffres". Pour la communication d'un parti, c'est sans doute embarassant. Le "politiquement correct" oblige à éluder
quelques interrogations !


Tu as le courage [mais c'est ta nature :-)] de dire les choses telles qu'elles sont...  L'individualisme n'a pas de couleur (politique s'entend.) Souvent c'est la peur qui fait son lit ;
celle de voir s'effondrer ses repères, de voir partir son bien, ou la pire de toute : celle du lendemain.


Je ne partage qu'à demi ton analyse quant à la responsabilité exclusive du sarkozysme en l'affaire : bien sûr la haine et l'ignorance érigées en vertus font un bon levain. Mais ici, les vrais
clivages sont dans notre cœur (qui n'a pas de couleur...).


Merci de savoir crier : "Relevons la tête et dès ce jeudi montrons un autre visage de la France !"


 


Jeudi, je n'irai pas travailler, mais je n'irai pas non plus manifester. Ce sera ma façon à moi de dire, contre d'autres, que je n'ai pas peur d'un visage de la France un peu plus bronzé.



Circé 21/09/2010 22:21



Tryphon :


Simplement merci...



Floréal 20/09/2010 22:38



Bonsoir Circé,


Je vous lis asssez souvent parce que vous savez écrire et la plupart du temps votre prose est agréable à lire. Et puis je vous trouve sympa, et chaleureuse. Généreuse aussi. Sincère aussi.


Tant que vous parlez d'acquis sociaux à défendre, de retraites, de condition féminine, je vous suis. Quand vous parlez d'immigration... non. Je ne crois plus au vivre ensemble. Non seulement je
n'y crois plus, mais ne n'en ai pas envie. Sincèrement, je suis contente de ne plus avoir de jeunes enfants et de ne pas avoir à me coltiner des histoires de cantine hallal, de sorties scolaires
pour aller visiter des mosquées et ainsi de suite.


Et quand vous m'aurez chanté les joies du "vivre ensemble" sur tous les tons, je n'en aurai toujours pas plus envie qu'avant. Pas envie d'avoir de voilées dans mon horizon, encore moins d'en
avoir pour voisines ou collègues. Que voulez-vous, on ne se refait pas, désolée...



Circé 20/09/2010 22:59



Floréal :


Vous vous arrêtez au mot "voilée", pourtant ...


Les rejeter, c'est en faire d'autres. Ne pas échanger, ne pas communiquer, c'est enlever toute possibilité de le faire tomber ce voile, comme l'on tombe un masque.


Vous parlez de cette école qui a organisé la visite de cette mosquée, je peux comprendre votre colère, cette école n'était pas une école laïque, mais privée. Pour avoir été dans une mosquée pour
le mariage d'une de mes amies, nul ne m'a fait obligation de me voiler, voyez comme tout cela est surfait, car il s'agit de texte mal interprêté. Par contre, je me suis retrouvée déchaussée.


Couvrir une extrêmité, contre dévoiler l'autre, avouez que c'est amusant, non ?


Le vivre ensemble a du plomb dans l'aile, du gros devrais-je dire et je ne sais si nous nous en relèverons.


Pas seulement en ce qui concerne ce que vous soulignez, car je n'ai pas tout retranscrit, trop long et puis surtout fort décourageant.


Mais cela a été : Moi je travaille, ils ont qu'à se bouger le c... tous ces chômeurs, c'est à cause d'eux qu'on est dans la merde...


Et puis aussi ; " Tous ces vieux cons qui sont à la retraite et qui partent sans arrêt à l'étranger, et dire que nous bossons pour qu'ils se dorent la pilule sous les cocotiers..."


Et encore :


-" Pfff, moi je suis intérimaire, et quand je vois comme je bosse alors qu'il y en a qui ont des contrats en CDI alors qu'ils se tournent les pouces "


Ou encore :


- " Nous dans le privé, c'est sur les 25 dernières années que l'on va calculer nos pensions, tout çà c'est à cause de ces bons à rien de fonctionnaires qui sont le cul sur leur chaise à ne rien
foutre, tandis que nous, on nous en redemande sans arrêt..."


La liste est non exhaustive, à tous les sujets, sur tous les tons. Bientôt les voisins se détesteront, se renverront tous les maux de la société, alors que...


Je vous remercie de votre fidélité, de votre passage ici ce soir, et de votre commentaire.


 



BCT 19/09/2010 20:15



Tu vois que tu peux mieux faire...



Circé 19/09/2010 20:28



BCT : Il suffisait de demander...



BCT 19/09/2010 20:06



"Nous ne devons plus laisser ainsi dériver notre pays dans ce bourbier vert de gris." Ouh la la tu vas avoir des
ennuis... vert de gris ??!



Circé 19/09/2010 20:12



BCT : Tu crois ? Veux-tu que je change par fange, bassesse, turpitudes, ignominie, immondices, abjection...?



Didier Goux 19/09/2010 19:34



Penser que toutes ces voix "nauséabondes" que vous entendez – et que vous entendrez de plus en plus, soyez-en assurée – ne sont causées que par quelques mois de maladroite et brouillonne
propagande sarkozienne, c'est encore une façon de demeurer aveugle et sourd.


Tant que vous refuserez d'admettre que Sarkozy et sa clique sont tout aussi immigrationnistes que leurs pseudo-ennemis de gauche, qu'ils souhaitent tout autant qu'eux la dissolution du peuple,
vous vous condamnerez à ne rien comprendre et, du coup, à rester coincer dans vos schémas explicatifs qui n'expliquent plus rien depuis au moins trente ans.


De ce point de vue, il faut rendre grâce à la lucidité de Georges Marchais qui, le premier, vers 1976 si ma mémoire est bonne, a bien vu le danger qu'allait représenter une immigration massive et
incontrôlée pour les travailleurs français (et les retraités, et les chômeurs, etc.) Bref, sur le niveau de vie de ce pays, déjà mis à mal pour d'autres raison comme la mondialisation, avec
laquelle, du reste, l'immigration folle n'est pas sans rapports de cause à effets, loin de là.



Circé 19/09/2010 19:45



Didier Goux :


Je ne pense pas contrairement à ce que vous en déduisez que c'est depuis l'élection de Sarkozy qu'a lieu ce que je rapporte ici. Vous ne pouvez à ce propos me dire que je me voile la face, sans
mauvais jeu de mots.


Pour moi, Sarkozy était à l'oeuvre bien avant son élection, il a été Ministre de l'Intérieur...


Pour le reste, je sais que nous ne serons pas d'accord dans l'analyse, mais j'apprécie ici le ton de votre propos et vous en remercie.



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "