Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 Jun

Maman, j'ai grandi...

Publié par Circé  - Catégories :  #Naissance, Filiation, Généalogie.

Avez-vous constaté comme moi que le printemps, l'approche de l'été sont souvent des saisons propices aux naissances ? Et bien évidemment ensuite aux dates anniversaires à souhaiter ? Pour notre part, notre famille ne déroge pas à la règle.

 

Ma plus jeune fille, ma petite dernière, celle que je surnomme toujours ma "Poussinette", sans qu'elle m'en ait encore fait interdiction formelle de l'appeler ainsi - ce qui ne saurait tarder -, est la première à étrenner les festivités.

Déjà 14 années écoulées, et pourtant qu'il me semble proche, ce 30 mars là...

 

Je savais qu'elle avait organisé pour l'occasion un après-midi copines, tandis que le soir nous serait réservé à sa soeur et moi-même. En attendant il me fallait envisager un cadeau qui serait surement un vêtement.

 

Cependant,  j'avais constaté qu'en une petite semaine passée chez son père à Noël dernier, mon ado en avait profité pour rejeter en bloc tout ce qu'elle avait "adoré" quelques jours auparavant.

Ben tiens...Les prémisses du "Monstre" qui sommeille en elle. C'est ainsi que j'appelle l'adolescence cette monstruosité si nécessaire où plus rien n'a grâce aux yeux de nos enfants en cette période, et surtout pas nous, leurs parents.

 

Aussi j'évitais soigneusement un choix qui n'aurait pas eu un quelconque assentiment de la donzelle, que bien évidemment je sondais auparavant.

 

Comme à son habitude, Poussinette me réservait surprise, amusement et émotion dans son choix. Pourtant rien que de plus banal que cette longue chemise à carreaux turquoise et bleu marine sur fond blanc, munis de pans arrondis. Oui, rien que de très banal. A une exception près, sa chemise, celle qu'elle voulait était une chemise...d'homme !

 

Rires intérieurs teintés d'émotion de ma part, tout autant pour le choix que pour la gêne qu'elle ressentait à l'idée d'entrer dans le magasin de vêtements pour homme où elle l'avait repérée.

 

Comme cela me ramenait loin en arrière, au même âge, lorsqu'avec mon premier argent de poche gagné en faisant du baby-sitting en fin de semaine, je m'étais offert une chemise, une chemise d'homme aux motifs psychédéliques.

Ah, les années 70...

 

Lui en avais-je jamais parlé ? Je sais que non.

Une bouffée de tendresse m'a alors assaillie, que je ne lui ai pas révélée.

Elle n'est pas moi.

 

Entrée dans le magasin, taille -la plus petite- repérée, essai dans une cabine devant des jeunes gens aux regards surpris. C'est bien celle-là qu'elle veut, la bonne, celle qu'elle portera ouverte sur le t-shirt truc, le short bidule, avec ses chaussures machin et ses collants chose...

 

La voilà jeune fille, ma Poussinette. Celle qui depuis quelques mois se plaignait de douleurs au bas du ventre, parfois de maux de tête, celle à qui j'expliquais qu'elle grandissait et que tout cela n'était que les inconvénients de cette période où elle allait basculer définitivement de l'enfance à l'état de jeune fille puis de jeune femme.

 

Des mots à ne pas prononcer, gêne immédiate occasionnée, mot tabou, mot pourtant attendu et redouté : "règles". Aussi avais-je fini par lui rétorquer à chaque fois qu'elle se plaignait de douleurs annonciatrices de cette prochaine étape qu'elle était en train de grandir...

 

Un vendredi soir, il y a quelques semaines, au sortir des toilettes ma fille m'a interpellée : " Maman, çà y est, j'ai grandi..."

- " Oui, ma fille c'est vrai, je l'ai constaté ces dernières semaines, tu as beaucoup grandi..."

- " Mais non Maman, ce n'est pas cela, j'ai grandi je te dis..."

- "......" Sourire, je viens de comprendre...

- " Et cela va ? "

- " Oui, tout va bien"...

 

Que de changements, oui décidément tu grandis ma fille...

 

L'anniversaire de ma Poussinette, l'appel de ses frères et soeur qui n'habitent pas notre département, puis les leurs en avril, mai et début juin, et puis dimanche dernier le mien .

 

Une très jolie lettre confectionnée tel un parchemin, ornée de fleurs, de papillons et de chenilles, de coccinelles, d'enveloppe ailée, une belle écriture ronde et déliée, des mots qui chantent la douceur, la tendresse, les caresses enfantines, les bras noués autour de mon cou...

Mots que je garde pour moi tels des trésors, sauf ceux-là que je veux bien partager avec vous : " Maman, je t'admire..."

 

Depuis dimanche, je marche la tête haute et dans la lumière : je ne suis plus une ombre.

 

Merci ma fille, toi aussi tu viens de me faire grandir d'un coup.

 

img-1.jpg

Commenter cet article

Duchesse 19/06/2011 22:15



Bon anniversaire à la Poussinnette ! Et bravo à toi d'avoir su nous transmettre ton émotion et ta joie sans mièvrerie...


Je trouve qu'il n'y a rien de plus magnifique que de voir son enfant devenir, jour après jour, année après année, lui-même...



Circé 19/06/2011 22:46



Duchesse :


Oui, c'est cela, voir son enfant, sa fille devenir...Elle-même !


Merci de l'avoir ressenti ainsi.



zouzou 17/06/2011 18:27



Allez une chanson pour la miss http://www.facebook.com/l.php?u=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3Dd86bV6zHxwI%26feature%3Dshare&h=9e314



Circé 17/06/2011 20:27



Zouzou :


 


Merci pour elle !



zouzou 17/06/2011 09:43



Bonjour circé,


Félicitation à la jeune femme, c'est pas rien çà fait bizarre ...


Moi même ayant deux princesses, mais plus petite ben çà fait drôle les voir grandir....


 



Circé 17/06/2011 10:09



Zouzou :


Oui, cela fait bizarre, d'autant que c'est ma petite dernière.


Chacune a sa place dans la généalogie de la famille : Moi déjà grand-mère, elle petite dernière, mais plus la petite de la famille, des frères et soeurs qui la voient toujours comme telle, mais
c'est dorénavant une jeune fille, bientôt jeune femme en devenir.


Elle apprend et m'apprend aussi à les laisser partir.



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "