Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 May

Les Libéo et PPDA .

Publié par Circé  - Catégories :  #Liberté, Pluralité de la Presse et Politique

libé

 

La vidéo de Stéph réalisée durant l'ultime défilé clôturant chaque 08 mai les fêtes de Jeanne d'Arc à Orléans.

 

Journée relatée ici  et ici .

 

 

 

 


A voir ou revoir aussi les deux précédentes vidéos réalisées par Stéph pour le Comité de Défense de Libéorléans :

Commenter cet article

Raphaël Zacharie de IZARRA 11/06/2011 16:13



PATRICK POIVRE D'ARVOR, AUTEUR SANS TALENT



Consternante de fadeur, la plume de Patrick Poivre d'Arvor !

Tant dans ses livres que sur son blog officiel http://www.poivredarvor.com/ (où j'ai même relevé quelques fautes).

Aucun style. Peu d'imagination. Beaucoup de clichés.

Platitudes, bavardages, banalités s'accumulent au fil de ses livres et articles, la plupart du temps sur un ton familier.

Sans éclat.

Une écriture terne à la portée du quidam normalement éduqué et honnêtement instruit sachant construire des phrases (et encore, en faisant abstraction des quelques fautes rencontrées sur son
blog).

C'est du niveau d'un rédacteur honorable de classe de seconde, mais guère plus.

Voilà le talent de plume de ce personnage public assimilé par certains à un authentique écrivain !

Patrick Poivre d'Arvor n'a aucun talent d'écrivain, je ne comprends pas que ses "admirateurs" ne s'en aperçoivent pas. Au bout de deux pages, n'importe quel lecteur un tant soit peu exigeant
devrait s'en rendre compte (moi, je m'en suis aperçu au bout de deux pages).

Entendons-nous bien, je n'ai personnellement rien contre ce monsieur. Il est parfaitement libre de se prétendre écrivain de la même manière qu'un vulgaire cancre de classe de sixième est libre
d'affirmer être un petit génie incompris...

Il a le droit de se proclamer écrivain, disais-je... Á ses risques et périls car il faut reconnaître que ce journaliste se targuant de défendre la littérature et d'aimer les Belle Lettres ne sait
tout simplement pas écrire.

Je le dis sans méchanceté ni ironie, son écriture incolore, sans flamme, sans saveur, sans odeur est plus adaptée aux recettes de cuisine allégée qu'aux romans.

Aussi devrait-il s'abstenir de faire l'écrivain. Á l'image de Bernard Pivot qui, plus décent, préfère donner la parole aux vrais auteurs au lieu de tenter de les singer.

Comment peut-on berner à ce point des milliers de lecteurs avec une plume aussi pâle ?

Raphaël Zacharie de IZARRA



Circé 11/06/2011 16:49



Bonjour Raphaël :


Voyez-vous, il n'était pas question pour nous ici de faire le panégyrique de PPDA, dont nombre d'entre nous ( au Comité de Défense de LibéOrléans) avons des vues assez identiques aux vôtres quant
à ses talents d'écriture.


Mais peu importe.


C'était au journaliste que nous nous adressions, même si je dois avouer que je ne regarde jamais le journal de TF1. Une grande aversion pour moi que cette chaîne privée qui ne s'adresse pas à la
population en tant que femmes et hommes pouvant raisonner, mais à ce qu'il y a de plus populiste en nous, les idées les pires, tout ce qui fait résonner la part la plus sombre de l'Etre.


Et puis, dois-je vous avouer aussi que nous n'assistons ( la plupart des membres du Comité de Défense )  jamais au défilé du 08 mai à Orléans ? Défilé dédié à Jeanne d'Arc et non à la
libération et à la fin de la guerre de 39-45.


Cependant, ce 08 mai dernier, nous avons pris un malin plaisir à nous imaginer la tête des élus umpistes orléanais. Et nous n'avons pas parlé de notre action avant pour ne pas éventer cette
initiative.


Et nous n'avons pas été déçues, bien au contraire ! Nous avons même senti une certaine colère froide du Maire qui en assez de cett histoire : "LibéOrléans" et son comité de Défense. Dire que nous
sommes pour lui un repaire de gauchistes qui ne faisons rien qu'à le contrarier, à l'embêter et autres fadaises, n'est rien dans sa forme de rejet qu'il a vis à vis, rejet qui ressemble à de la
paranoïa.


Mais n'étant pas médecin, je ne peux ici établir ce genre de diagnostic, je vous laisse cependant si vous en avez envie lire le billet que j'avais fait en mars 2010 sur l'inauguration du centre
Olympe de Gouges.


Alors que nous attendions ( le Collectif Orléanais des Droits des Femmes)le Préfet, ce Monsieur s'est senti visé par nos banderoles devant le centre culturel et il nous a fait sa petite crise de
: "tout le monde m'en veut..".Nous avons eu beau lui dire que nous attendions le Préfet rien n'y a fait ! Mais nous-même ne pouvions savoir qu'il avait démissionné ( le Préfet) le matin même
suite à l'affaire Najlaé...


Donc, rien que pour cela ( savoir que nous l'avons ennuyé car il voit d'un oeil fort agréable la fermeture de LibéOrléans), cela a été pour nous une excellente journée !



Le ch'timi 15/05/2011 04:30



Cirecé..une nuit tourmentée..comme chacun(e ) en connait...


Sujet : Invitation à lire ce poème d'un professeur des écoles

> poème d'une enseignante >
> Monsieur Le Président, merci de lire ce message:
>
> Un p'tit bonheur sur une page,
> Une douceur... pour l'Education Nationale.
>
> Je le confie à la toile,
> La grande toile du progrès,
> Afin qu'il tisse les voiles...
> De la solidarité,
> Et qu'il rayonne aux ondes..
> De l'humanité.
>
>
> Je suis Professeur des Écoles
> Dans un petit village de l'Eure,
> Trois cents âmes y demeurent,
> Et vingt-six élèves à l'école..
> Une classe, dite « unique »,
> Mais cinq cours, dits multiples...
>
>
> Dans cette école une chance,
> Un p'tit morceau de bonheur,
> Qui s'écrit avec ces trois lettres :
> Employée de la Vie Scolaire.. .
>
> Pour l'Éducation Nationale,
> Un p'tit bonheur, c'est pas banal,
> Un léger baume sur le coeur
> De cette Grande Dame
> Un peu... bancale !
>
> Notre bonheur, c'est Géraldine,
> En silence elle participe
> A la guérison d'la Grande Dame...
> Elle est... une Valeur Ajoutée
> HUMAINE rentabilité,
> Et c'est du bonheur... assuré !
>
> Dès le matin, elle s'active,
> C'est sur le net qu'elle s'incline
> Les courriers, les notes de service,
> Toutes les infos de l'inspectrice,
> Et celles de l'Académie....
>
>
> Mes mots notés au brouillon,
> Les compte-rendus de réunion,
> Tapés, imprimés, photocopiés,
> Enveloppés, adressés, timbrés,
> Prêts à être distribués...
>
>
> Encadrés, les derniers dessins des CP,
> Affichés, sinon... à quoi bon dessiner ?
> Un CM vient montrer son texte sur le musée,
> Elle l'aide à le recopier, à taper sur le clavier..
> Afin de ne pas gêner, le travail commencé,
> Un autre enfant vient finir avec elle l'exercice,
> Elle explique et décortique, redonne de l'énergie...
>
>
> Rangée la bibliothèque,
> Notés les livres prêtés,
> Elle prépare la maquette,
> La une du journal scolaire...
> Ah! Notre petit journal
> « Magique », ils l'ont appelé
> Quel travail de fourmi,
> J'y passerai......des nuits ?
>
>
> Sonne la récréation, une mi-temps pour souffler,
> Elle me rejoint, souriante, à la main nos deux cafés,
> Quelques chaudes gorgées, entre... deux conflits à régler,
> Des solutions à trouver, des mots à reformuler,
> Une écorchure à soigner, une blessure à consoler...
> Et puis... c'est reparti !
> Sur les chemins de la connaissance,
> Vaincre ainsi sans cesse l'ignorance,
> Avec labeur, effort, sérieux,
> S'ouvrir l'esprit, être curieux.
> Ne pas oublier l'insouciance,
> De tous ces êtres en enfance,
> La bonne blague !... On la mettra dans le journal,
> Les bons gags, et les rires, c'est vital !
>
> Dans les pots
> Les peintures sont bien préparées,
> Quatre enfants sur un chevalet,
> Deux à l'ordi pour recopier,
> Les autres en dessin sur papier,
> ...Sans elle, jamais...
> Ce ne serait si bien géré.
>
>
> Le soir, coup de fil...
> C'est Géraldine,
> A sa voix, je perçois,
> Une blessure qui abîme...
> Écoute, me dit-elle... c'est à pleurer !
> Du « Pôle Emploi » j'ai reçu... un imprimé,
> Dans quelques semaines, c'est marqué,
> Votre contrat est terminé...
> Ils me demandent ce que j'ai fait,
> Pour trouver un futur emploi..
>
>
> Sa voix se fêle... "J'ai..un emploi! »
> Ils me demandent ce que j'ai fait,
> pour me former, pour m'insérer,
> Sa voix se gèle.... puis accélère: « Je... suis formée,
> depuis trois ans, j'me sens utile, insérée et c'est varié,
> pas bien payé, mais... j'veux rester ! »
> Sa voix s'étrangle... c'est à pleurer...
> Ils me demandent mes compétences
> C'que j'ai acquis, que vais-je répondre ?
> Il y a l'espace... d'UNE LIGNE
> UNE LIGNE.... mais tu te rends compte !
>
>
> J'ai honte, honte... il aurait fallu UNE PAGE
> Au moins UNE PAGE pour répondre,
> J'ai honte, honte... pour notre Grande Dame
> Pour ceux qui l'ont créée, l'ont fait évoluer,
> Qui a tant appris aux enfants,
> Qui a tant encore à leur apprendre..
>
>
> Et Géraldine ???
> On n' lui dira même pas MERCI
> Bien sûr, pas de parachute doré,
> Et même pas d'indemnité
> Ils lui précisent... Oh!..comme ils disent
> D'étudier ses droits... pour... le R.M.I.
> Elle a raison... c'est à pleurer...
> Alors qu'on demande chaque jour,
> A nos élèves de dire « Bonjour »
> De dire « Au revoir » et.... « Merci »
> De s' respecter, d'être poli
> Comme vous dites, Monsieur Sarkozy...
> Que vais-je dire, à la p'tite fille,
> Qui l'autre jour, près de moi, s'est assise,
> Et, tout fièrement, m'a dit :
> « Tu sais, Maîtresse, moi, quand j'serai grande,
> J'irai au collège, comme mon grand frère,
> J'irai au lycée, j'passerai mon bac,
> Et je ferai... comme Géraldine! »
> Je sursaute... Mon coeur se serre...C'est à pleurer.
>
>
> C.Picavet
> Professeur des écoles
> à l'école des Livres Magiques Saint-Grégoire du Vièvre (Eure)
>
>
> En hommage à toutes les Géraldine, Florence, Sabrina, Laurence, Elodie, à tous les Philippe, Sébastien, et bien d'autres qui ont valorisé mon travail, et participé à la guérison d'la Grande
Dame...qui est encore bien malade...
>
>
> Je ne crois pas à la peur, je crois à la force et à la magie des mots,
> Et pour garder notre bonheur, il suffirait de quelque Euros...
> Quel patron, quelle entreprise, après trois ans de formation, Jetterait son salarié, pour prendre un autre, recommencer ?Quel jardinier, quel paysan, brûlerait sa récolte mûre, apres avoir
semé, soigné ?
> Je n'ai pas fumé la moquette
> Je veux seulement que l'on arrête, De prendre les gens pour des pions,
> Qu'on arrête de tourner en rond !
> Torpillé le « Chagrin d'école »En mille miettes de BONHEUR !
>
>
> En l'honneur de tous ces p'tits bonheurs..
> INONDONS LE NET
> les amis, les décideurs,
> les chômeurs, les travailleurs,
> les directeurs, les inspecteurs,
> employés et professeurs,
> députés, ministres,
> rmistes ou artistes,
> chanteurs, compositeurs, rappeurs, slameurs,
> radios, journaux, télés,
> et à tous ceux qui sont... parents... d'un enfant...
> enfin à chaque être humain de ce pays
> qui j'espère un jour dans sa vie,
> a bénéficié d'un peu de bonheur,
> de cette Valeur Ajoutée
> HUMAINE rentabilité,
> dans le giron de la Grande Dame.
>
>
> P.S. : Ironie..... A la rentrée, c'est presque sûr
> Notre petite école rurale
> Sera dotée d'une Valeur Matérielle Ajoutée,
> Des fonds ont été débloqués,
> Huit ordinateurs et un tableau interactif
> Nous serons à la pointe du progrès ! Et pour cela, je serai formée !
> Mais, qui m'aidera à installer, et à gérer, sans Valeur Humaine
> Ajoutée ?
>
> A LIRE, PUIS A TRANSMETTRE merci > Ce n'est pas la 1ère fois que l'&Ea



Patrick 13/05/2011 06:55



Cette image de Sartre brandie au milieu de la foule me disait quelque chose... En lisant un article sur le dernier Woody Allen j'ai trouvé la réponse. Dans le roman de Sartre "les jeux sont
faits" mis en scène au cinéma par Jean Delannoy, deux personnes mortes circulent parmi les vivants sans jamais pouvoir peser sur leur destin.


Sartre au coeur des fêtes de Jeanne d'Arc, ce pourrait être une scène des  jeux qui sont faits dans une fiction tragique  nous confrontant à l'absurdité de la vie.


Le film de Woody Allen est plus optimiste, une image d'un bonheur rêvé...où les morts sont actifs, il qui mérite d'être vu.



Circé 13/05/2011 07:21



Patrick :


Nous étions donc des fantômes dans ces fêtes de Jeanne d'Arc. A moins que ce ne soient les autres, tant c'était suranné, désuet. Mais l'absurdité est effectivement bien là.


Je viens de lire un billet qui me laisse dubitative .A force de ménager la chèvre et le chou, finalement je crains que la chèvre ne soit bouffée accompagnée de chou râpé.


 



Le ch'timi 12/05/2011 00:23



Bonsoir...je l'ai fait circulée sur ma page "facebook"..je sais que ce n'est pas la tasse de tout le monde..mais ! je fais avec les moyens du bord -


amicalement


Patrick



Circé 12/05/2011 00:28



Patrick :


Bien évidemment que ce ne peut pas être la tasse de thé de tout le monde, cependant, voilà plus d'un mois que nous sommes sur le pont pour défendre la pluralité de la presse en région et
notamment LibéOrléans.


Merci pour ton précieux relais.



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "