Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 May

les Hirondelles (FIN)

Publié par Circé  - Catégories :  #Souvenirs et Petite Histoire

Une vie, c'est un peu comme un livre à rebondissements multiples.

Si nombreux parfois que vous devez l'écrire en plusieurs tomes.

 

Le premier commence par un cri qui prend souffle.

Tandis que le dernier s'achève en un ultime soupir qui se confond avec le mot : FIN .

Entre les deux, un nombre indéfini de tomes et de chapitres.


D'importance aléatoire selon les étapes et les chemins de vie de chacun-e qui se résument cependant si tout va bien à l'enfance, l'adolescence, et enfin l'âge de raison, autrement dit l'âge adulte.

Quoique la déraison mène souvent même chemin.

Et qu'interférence entre les deux, il y a maintes fois.

Mais cela est une autre histoire, encore que...

 

Donc des tomes et des chapitres de vie.

 

Les uns nous ballottent en des rivages sublimes.

Les autres nous entrainent dans de noirs abimes dont on ne supposait même pas l'existence , mais dont on se serait volontiers passé d'en jouer les exploratrices-eurs, bien malgré nous.

Comme à l'insu de notre plein gré comme aurait dit je ne sais plus qui...

 

Et tout cela est empli de joie ou de peine, d'étonnement ou de déception, d'aventures drôles ou mêmes dangereuses, d'engagements ou de fuites...

Le propre de la vie, quoi !

Nous emmener toujours en des territoires inconnus.

A la rencontre en premier lieu de nous-même, ce qui n'est pas une mince affaire mais qui se confirme chaque jour.


Du moins pour celles et ceux qui ne pensent pas que tout soit écrit à l'avance et pour qui tout n'est pas que simple programme du berceau à la tombe.

J'aime à croire que nous sommes nombreu-x-ses en ce cas.

A supposer que nous ayons quelques idées et curiosités, vélléités de prendre d'autres chemins pour y découvrir des ailleurs pleins de promesses.

 

Cependant sur ces chemins, il y a aussi des voies sans issue qui commencent pourtant comme de belles allées où le soleil joue à vous faire de grands clins d'oeil amicaux.

Vous vous y engagez, confiant-e.

Et soudain, se déchainent les tempêtes, hurlent les ouragans...

Emportant tout sur leur passage.

Le calme revenu, vous voici comme naufragée dans votre propre vie dont vous ne reconnaissez plus rien.

 

C'est parfois tellement difficile que vous avez envie de tout laisser tomber.

Avec l'idée incongrue et délétère d'inscrire le mot FIN prématurément, laissant un goût d'inachevé à votre histoire .

Et parfois aussi, vous vous raccrochez à des moments heureux de votre enfance que vous convoquez comme pour rompre un maléfice qui vous tiendrait enfermée dans la tristesse et le chagrin.

 

Pour moi, ce sont les Hirondelles.

 

Dans le livre de ma vie, je viens ainsi d'en terminer seule et douloureusement avec un chapitre.

Que voulez-vous, on ne tourne pas forcément les pages d'un livre à la même vitesse.

D'autant que votre livre n'est pas celui de l'autre, même si vous en partagez avec lui ou elle quelques chapitres.

L'histoire en est la même, mais vous finissez par l'écrire et la lire différemment.

 

Pour autant, je ne suis pas passée à "autre chose".

Mot vide de sens, absurde et même répugnant .

Comme si votre vie passée et la personne avec qui vous l'avez partagée n'étaient plus que papier toilette usagé, évacué aussi commodément qu'en tirant sur une chasse d'eau.

 

S'il faut savoir rompre avec une vie commune qui ne vous apporte plus rien, il faut le faire avec le minimum de respect que l'on doit à cet autre que vous avez autrefois aimé.

Alors, douleurs ou pas, les temps changent et le soleil finit toujours par revenir pour illuminer votre ciel.

 

Dans le cas contraire, le marasme guette et les Enfers ne sont pas loin.

 

C'est ainsi que j'ai clos dernièrement un chapitre de ma vie .

Tourné définitivement la page .

Cependant mon histoire se poursuit :


Hier, sur la page blanche du premier chapitre d'un nouveau tome, j'ai inscrit à l'encre des possibles, des lignes pleines de lumière.

 

Les Hirondelles, accrochées au firmament, ont continué leurs danses enchanteresses .

D'un passé sombre, elles ont effacé traces, et chanté les louanges du beau temps revenu.

Quant à moi, Hommage je leur ai rendu ...

Commenter cet article

Duchesse 25/05/2010 22:05



Ces hirondelles sont bellement écrites... paix.



Polyb 22/05/2010 01:12



Je ne lis la fin que maintenant.


A bientôt sur ma terrasse, le beau temps revient, il y a des oiseaux plein mon jardin.



monique LEMOINE 21/05/2010 13:40



Après les  hirondelles qui nous tenaient en haleine, j'espère qu'il va y avoir les tourterelles.


C'est également une petite animale si belle avec son gris cerclé au cou de noir.


Le mot FIN arrive dans tous les films, les bons et les mauvais. Mais nous savons aussi que nous sommes un TOUT. Chaque partie de notre vie nous construit ou abime. C'est ainsi que nous sommes
toutes et tous un peu féllé-es.


Nous sommes et c'est déjà bien de pouvoir se réjouir du retour des hirondelles. Le plus beau est d'être conscient-e de ce que nous faisons subir aux autres personnes connues ou inconnues.


C'est presque un travail à plein temps. Il est conseillé à certains et certaines de se mettre vite au travail de la conscience.


Je dis cela notamment pour Michel Guérin, le Maire de SARAN, qui n'en peut plus d'affirmer sa haine de toutes celles et ceux qui ne sont pas dans la NORME de l'homme blanc hétérosexuel. Nous
sommes majoritaires, qu'il le veuille ou non.


Cela ne fait de bien à personne et surtout cela ne peut le rendre heureux.


Vivent les tourterelles


MONIQUE LEMOINE


 


 



Circé 21/05/2010 14:01



Monique, tu sais combien je te rejoins sur ces questions ayant été l'une des premières à condamner les propos homophobes de M.Guérin.


Tout comme dès lundi, j'ai pensé que le Collectif devait se réunir rapidement.


Ce sera chose faite, tu recevras l'invitation dans l'après-midi.


Vivent les tourterelles, les hirondelles ...


Liste non exhaustive !



Desencanto 21/05/2010 06:50



Après vos mots magiques c'est dificil d'écrire rien...on vous sens plus sereine. Je vous embrasse.



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "