Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 Apr

La semaine mythomane de Nicolas Bedos du 29 avril 2011 !

Publié par Circé  - Catégories :  #Tout et n'importe quoi !

 

 Provocateur, hérétique, païen, sexiste, pamphlétaire, mal élevé ou mal embouché, irritant, dérangeant...Mais en tout cas, moi il m'a fait rire !

 


En réponse à une journaliste qui nous faisait hier de la guimauve de pacotille à trois francs six sous, sirupeuse et dégoulinante de bêtise, alors que zappant en soirée sur les informations, j'ai entendu entre autres l'un de ces commentaires débilitants :


- " Aujourd'hui toutes les petites filles rêvent d'être à la place de Kate Middleton..."


C'est oublier facilement que : " Princesse un jour, Bonniche Toujours !"


Pour le reste, " Bonne écoute "...

Commenter cet article

Js 06/05/2011 12:20



Il y a du Desproges chez ce Bedos...



Circé 06/05/2011 12:40



Js :


Oui, vous avez raison, il y a de cet esprit caustique et sans concession aucune. Mais il y aussi de grandes ressemblances avec son père.


Même si cela doit sans doute bien l'agacer. Ceci dit, il a été à bonne école...



Le ch'timi 01/05/2011 23:06



Bonsoir..Tel père, tel fils...l'émission sera supprimée à la rentrée..merci l'inculte Sarko...


GUY BEDOS a brillamment réussi sa première de « Sortie de scène », hier soir au Théâtre Hébertot. Guy et Nicolas
Bedos, devrait-on dire, car c'est bien la prestation du père dans une pièce écrite à sa mesure par son fils que le public a longuement applaudie après deux heures de représentation ponctuées de
rires et d'émotion contenue. Bourru à souhait derrière sa barbe blanche, la voix volontairement éraillée, l'humoriste est apparu très crédible dans la peau de Pierre Montceau, ce personnage de
vieil auteur de boulevard malade, ruiné, acariâtre et odieux, qui vomit son fiel sur la terre entière et se rêve sur le tard un destin de pamphlétaire révolté. « Ce rôle lui colle vraiment à la
peau. On retrouve le Bedos qu'on aimait en one-man-show, avec ses colères, ses intonations, ses mimiques », observait Corinne, admirative. « On reconnaît le ton vachard, les expressions, la
gestuelle du Bedos qu'on apprécie. On dit que la pièce a été proposée à Trintignant, mais on sent bien que Nicolas a écrit ça en pensant à son père », estimait pour sa part Michel, un passionné
de théâtre parisien. Si la petite musique familiale des Bedos n'a échappé à personne, les spectateurs se sont montrés unanimes sur la qualité du texte de « Sortie de scène ». « Les dialogues sont
drôles, d'une vraie finesse, et le thème abordé est vraiment intéressant. Cette pièce est intelligente. Elle s'écoute autant qu'elle se regarde, et on ne s'ennuie pas un instant », résumait une
jeune spectatrice. D'autres mettaient l'accent sur la juste sobriété de la mise en scène signée Daniel Benoin, et la qualité de l'ensemble des comédiens, en particulier Elisabeth Margoni dans le
rôle de la femme de ménage tête de Turc de Montceau. « Elle est impeccable, une formidable sparring-partner ! » s'exclamait un spectateur bluffé. La joie de Guy Bedos et de ses partenaires
sautait aux yeux à l'heure des rappels, et l'humoriste, ému, a eu un geste de reconnaissance affectueux envers son fils venu sur scène à ses côtés


souce...le point..où le parisien..


bref, une pièce du fils pour son père..


bonne soirée et bonne fête du chômage !


amitiés


Patrick



Circé 01/05/2011 23:55



Patrick :


Surtout que sa majesté Sarko ier ne soit pas égratignée, me semble-t-il derrière tout cela...


Là, et bien, chacun reçoit sa part...



Fansolo 01/05/2011 22:40



C'est trash, décapant et ça ne vole pas toujours super haut mais qu'est-ce que c'est jouissif et salutaire après une semaine où l'on nous a effectivement bassiné qu'avec ça !


Bravo pour la trouvaille, Circié !



Circé 01/05/2011 23:57



Fansolo :


Ce soir-là, le 29 en particulier, oui, moi cela m'a fait rire compte-tenu de tout ce battage où ils nous fallaient nous esbaudir d'un mariage de pacotille. Les pendules ont été remises à l'heure.



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "