Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
01 May

L' Utilisation des Commentaires est désactivée pour cette note ? Ma réponse à Libération !

Publié par Circé  - Catégories :  #Liberté, Pluralité de la Presse et Politique

" L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note."


Voilà ce que je trouve comme indication, lorsque je veux laisser un commentaire sur le dernier article de LibéOrléans. Cet article n'étant en fait qu'un communiqué de fermeture des 4 libévilles que sont LibéRennes, LibéLille, LibéStrasbourg et LibéOrléans, émanant de la direction de Libération.

 

Je pensais pourtant que Libération devait le respect à ses lecteurs .

 

Je pensais pourtant que Nicolas Demorand honorerait sa parole de nous donner réponse, nous le Comité de Défense de LibéOrléans, comme il s'y était engagé le 08 avril 2011, le 15 avril 2011, le 28 avril 2011...


6libéo

Quand je dis : « donner réponse », c'était effectivement détourner quelques instants de son précieux temps pour avoir le courage de nous répondre personnellement alors qu'il nous avait demandé nos coordonnées.

 

Il faut croire que la valetaille de province n'a aucune importance. 

 

Curieusement, la phrase de Sartre qu'arborait fièrement Patrick sur son T-Shirt  résonne à mes oreilles, celle-ci étant accolée à un portrait de Demorand :

« Ceux qui me voient se fient rarement à ma parole . Je dois avoir l'air trop intelligent pour la tenir ! » .

 

En fait nous avons affaire à un profond mépris de la part des dirigeants de Libération.

 

Mais pour nous, ce n'est pas une fin que ce communiqué lapidaire publié sans possibilité de réponse sur les 4 libévilles . On voit d'ailleurs l'état d'esprit qui règne dans cette direction pleine de condescendance et de morgue : "Taisez-vous et circulez, il n'y a rien à voir, à dire, à protester .

 

Et Libération se prétend un journal de gauche ?

Et Libération prétend vouloir couvrir une prochaine campagne présidentielle en faisant qu'à terme, ce soit un candidat de "gauche" qui soit élu ?

 

De qui se moque-t-on ?

 

A Libération comme au gouvernement ou à l'UMP, on a un discours, un langage qui fleure bon l'écoute et l'engagement, mais dans la réalité ?

 

Cependant, contrairement à ce qu'espère la Direction de Libération, pour nous, ce n'est pas la fin de tout mais au contraire le début !

 

Dès aujourd'hui nous avons continué notre mobilisation.

Dans la manifestation du 1er mai , plus d'une centaine de nouvelles signatures recueillies sur la pétition.


208.jpg

 

205.jpg

 

 

209.jpg

 

 

210.jpg

 


212.jpg

 

202.jpg

 

 

215.jpg 


 

Nous avons déjà d'autres actions à l'étude et qui seront mises en oeuvre très rapidement. Notamment et d'ores et déjà une grande campagne de désabonnement à Libération...

 

Mais aussi d'autres mobilisations qu'il convient pour l'instant de ne pas divulguer, sauf à indiquer à Nicolas Demorand, comme au soir du 15 avril dernier à Rennes, qu'il nous aura toujours en face de lui...

Histoire de nous rappeler à sa bonne mémoire .

 

Car c'est dit, nous ne démériterons pas de notre appellation de "morpions provinciaux" !

 

Quant aux dirigeants de Libération ? Ils nous méprisent ?

Rendons leur la monnaie de leur pièce en touchant à leur porte-monnaie !

 

* Rajout de ce matin lundi 02 mai 2011 :

La colère peut et doit être dite.

Libération tente de nous baillonner ? De nous intimer silence ?

Alors non !

La colère peut et doit être dite. En vous demandant instamment ne de pas envoyer des mails où l'insulte le disputerait aux arguments sensés et raisonnés.

Mettez-y "les formes", même à minima.

Notre langue a bien assez de mots pour exprimer nos maux et notre colère, utilisons-les. Nous ne sommes pas les bouseux que l'on pense en haut lieu !.

Voici donc les adresses e-mails des principaux intéressés, le premier étant le directeur de la publication, la seconde le "porte-monnaie" de Libé, le troisième celui qui est sensé développer le net :

n.demorand@liberation.fr

n.collin@liberation.fr

l.blecher@liberation.fr

Commenter cet article

BCT 02/05/2011 08:02



Bien vu ! C'est en touchant leur porte monnaies qu'ils daigneront répondre et se pencher peut être sur les "bouzeux" !


Le lecteur que je suis, comme beaucoup, lecteur des blogs, des journaux en ligne et autres sites d'idées, glane, s'arrête en général sur des articles de fond qui amènent la controverse, remuent
les méninges et dérangent mes convictions ou les affinent. Je suis navré de le dire mais depuis longtemps "Libération" ne fait plus parti de mes lectures... par contre "LibéOrléans" oui... et
d'autres bien plus pêchus...



Circé 02/05/2011 09:22



BCT :


C'est exactement ainsi que je l'avais expliqué à N.Demorand la première fois où nous sommes allés au siège de Libération à Paris le 08 avril dernier, alors quil nous faisait le coup du :


- " C'est gentil d'être venus d'Orléans, c'est vachement sympa..."


Pfff....La réponse n'avait pas tardé : Nous n'étions ni gentils, ni sympas et si nous avions pris de notre temps pour le rencontrer malgré son refus ainsi que celui de Nathalie Collin, c'est
qu'en tant que lect-rices-eurs, nous pensions essentielle la survie de LibéOrléans pour toutes les raisons évoquées dans mes précédents billets..


C'est parce qu'un site comme LibéOrléans existe ( - ait ?- Non !) que nombre d'entre nous achetaient ensuite Libération. Aucun respect donc pour le lectorat provincial.


Libé fait donc de l'ethno-centrisme, Paris et rien d'autre.


Quelqu'un m'avait répondu que Paris valait bien une messe et la journée d'hier ressemblait bien à cela.


Mais la traitrise à un prix, Nicolas Demorand pour brillant qu'il soit, n'est donc qu'une coquille vide au service des actionnaires...


Dans l'air du temps après des Besson, Kouchner, Val et autres...Le panier de crabes se remplit.



Patrick 02/05/2011 07:59



Je partage totalement cette indignation. Ce communiqué laconique interdisant numériquement tout commentaire exprime un mépris total des lecteurs de libéorléans qui se sont mobilisés et ont fait
plusieurs déplacements à Paris. J'ai vu que l'équipe autour de Nathalie Collin regroupait plusiseurs anciens collaborateurs de Messier l'ex-Président d'Universal, ce qui donne le ton. Vis à vis
du journal je demeure partagé, parce que ses journalistes et ses photojournalistes sont des gens souvent talentueux et qu'ils produisent un travail de qualité que j'ai encore envie de lire.
Majoritairement, le personnel de Libération était de notre côté. J'ai du mal à accepter que tous ces talents et ce travail soient confisqués par quelques détenteurs de capitaux et des managers
sans âme. Mais l'idée du désabonnement qui est une sanction financière me parait légitime. Dans la mesure ou le communiqué de libération n'autorise pas les commentaires sur site, on peut peut
être diffuser l'adresse email de Demorand afin de permettre aux lecteurs de lui adresser directement leurs réactions.



Circé 02/05/2011 09:26



Patrick :


Oui, diffuser son adresse e-mail en demandant toutefois ne de pas envoyer des mails où l'insulte le disputeriat aux arguments sensés et raisonnés.


La colère peut et doit être dite. Mais en y mettant "les formes", même à minima. Notre langue a bien assez de mots pour exprimer nos maux, utilisons-les. Nous ne sommes pas les bouseux que l'on
pense en haut lieu !.


Je vais faire un rajout en fin de billet que je vais moi-même faire parvenir aux principaux intéressés.



zouzou 02/05/2011 07:54



En colére aussi depuis hier, c'est pas digne d'un journal ...........



Circé 02/05/2011 09:27



Zouzou :


 


L'indgnité le dispute au mépris et à l'irrespect.


Campagne de désabonnemnt, commençons, dès maintenant, en plus du reste...



kamizole 02/05/2011 01:30



Comme tu peux l'imaginer, je bous de colère ! Je pense que les journalistes de Libé - qui n'étaient pas du tout chauds pour accueillir Demorand - vont mesurer la petitesse du personnage... S'il
espère améliorer ainsi l'image du journal - je regrette amèrement Laurent Joffrin ! qui lui avait su refaire un bon Libé - il se fourre digito in oculo et même ailleurs : quand il aura fini de
massacrer Libé, il ne restera plus qu'à tirer la chasse


Mais putain, le mépris - bien parisianniste - pour la province ! Un pöv petit c*** prétentieux. J'ai beau avoir vécu quelques années à Paris et maintenant à Montmorency - mais malgré ses 21.000
habitants, c'est un village - je reste une provinciale dans la tête.


Bon courage. Pour l'instant, je suis encore trop en colère pour écrire quelque chose de valable sur mon blog. Mais il ne perd rien à attendre. Il aura droit à un beau petit chien de ma chienne !



Circé 02/05/2011 06:09



Kate :


La colère est grande, comme tu peux le penser.


Même pas le respect du aux lecteurs, l'honnêteté d'assumer cette décision.


Un petit communiqué, et allez hop ! Vont pas nous emm... longtemps ces morpions de province.


J'espère simplement qu'il aura le même sort très rapidement et que lui aussi, du jour au lendemain passera par la ligne pertes et profit.


 



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "