Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 Nov

Je suis Blonde.

Publié par Circé  - Catégories :  #Violences faites aux femmes, sexisme, machisme

A lire aussi ICI

Bonjour,

Sans doute me connaissez-vous, me rencontrez-vous même au coin de nombre de conversations sexistes prétendûment drôles.
On m'y présente sans cesse comme une jolie gourde sans cervelle.
Pas une histoire sans que l'on ne parle de moi.
Pas un spot TV sans que mes Mânes un rien demeurés, n'y soient convoqués.


Mais je me présente.
Je m'appelle Chantal et je suis trentenaire.
Une trentenaire étourdie, célibataire, bien entendu.
Comment voudriez-vous je me marie ?
Car j'ai un défaut de fabrication, rédhibitoire s'il en est : j'oublie tout !
Enfin, quand je dis que j'oublie tout, j'oublie surtout...un fromage.

Pour le reste pourtant, tout semble bien aller.
Je réponds en tout point aux critères de la bimbo, version syndrôme Barbie.
Blonde, poitrine généreuse, taille fine, jambes fuselées, joli minois aux lèvres pulpeuses, regard fallot, rires chichiteux, voix de crécelle...
Bref l'archétype des fantasmes imbéciles qui ne font de moi qu'une poupée gonflable et objet sexuel.
Un sex-toy sur pattes quoi.

Bonne à être tirer, baiser, sauter, biter, niquer.
Pas de prise de tête, enfin pas tout à fait...
Suis-je sotte, vous voyez bien que je suis une ravissante idiote écervelée :
Hormis dois-je préciser, les têtes de glands, de noeuds aussi différentes que la trombine des "Mâles" qui se succèdent dans la campagne de pub pour ce fromage que j'oublie !

Bon je sais faire les bagages. Mais cela ne compte pas.
"Mr" a bien brique son coupé sport, prolongement obligé de sa virilité dressée, fière et sourcilleuse.
Moi ? Ben...J'ai oublié le fromage !
Un crîme odieux, véritable lèse-majesté.
Stupide que je suis de ne pas avoir répondu à son oralité primaire.
C'est que je dois combler tous ses désirs paléozoïques.
Ainsi que ses frustrations "orificielles".
Pauvre fille d'Eve que je suis, porteuse de la tache originelle.

La punition ne se fait pas attendre.
Je me retrouve balancée, éjectée de la voiture...
Et c'est normal que voulez-vous : Je suis blonde, gourde et accessoirement femme.

Bon, c'est vrai que si j'avais été noire, publicitairement, cela n'aurait pas été possible !
Toutes les associations et collectifs anti-racistes se seraient levés d'un(e) seul(e) homme/femme pour protester, manifester, vitupérer, attaquer en justice, ... et auraient obtenu gain de cause.
Les vilains publicitaires désignés à la vindicte populaire en auraient été pour leur frais, vilipendés et boycottés pour des années...

Et si j'avais été une femme voilée ?
Bien entendu chacun y serait allé de son petit couplet sur la soumission des femmes musulmanes, l'état perpétuel de sous-être humain dans lequel les maintiennent maints intégristes de tous poils .
Comment, Odieux publicitaires, vous osez surfer sur cette condition nauséabonde, cet esclavage déguisé et habillé d'arguments religieux ?
Non, non et non, vous êtes sommés d'arrêter, de rhabiller vos spots de dignité et de tolérance à la française !
Laïcs nous sommes et laïcs nous resterons.
De cette violence là, nous ne voulons pas !

Et si j'avais été un autre homme prénommé Chantal ( j'en ai connu un !) ?
Comment ? Vous osez vous moquer des homosexuels qui reproduisent pour les besoins d'une pub les poncifs hétérosexuels, soumission du dominé au dominant, parce que bien entendu, il ne peut y avoir que des rapports de force dans un couple ?
Non, non et non, toute la communauté gay s'en serait émue et aurait crié au scandale.
A raison. Sexuellement et sociétalement encore incorrecte au regard d'une grande partie de cette société hypocrite.
Pas touche, scandale assuré, boîte coulée !

Alors quoi, une ravissante idiote, blonde, crûche, possédant tous les attributs d'une sexualité archaïque et indigente au regard de chaque rustre qui perdurerait "évidemment" dans la mâle attitude, en voilà une idée qu'elle est bonne !

Pauvreté stéréotypique, archétype décomplexé des violences de genre affiché sur petit écran.
Publicitaires en mal d'idées.

Alors, voilà, je m'appelle Chantal et je suis malmenée, maltraitée, violentée pour les besoins d'une pub faisant la promotion d'un fromage.
Et c'est drôle, ah, ah, ah...Qu'est-ce que je ris.
Même que Madame La Directrice du JDP, Mme Marie-Dominique HAGELSTEEN prétend que ces saynètes n'ont rien de dégradante.., qu'elles doivent être regardée comme n'excédant pas ce qui est aujourd'hui admis au regard des recommandations déontologiques applicables à l'activité publicitaire.

Car si vous ne le saviez pas, et bien vous voilà avertis !
Mesdames, Gaffe à vous, sachez dorénavant que les publicitaires ont le droit de banaliser les violences qui vous sont faites !
Elles sont même devenues des normes admissibles !

Quant au fromage d'appellation d'origine protégée ( plus que les femmes ?) un concours est ouvert pour créer d'autres versions :
" Le ton sera empreint d'originalité et d'humour : privilégier les situations cocasses, décalées, drôles, surprenantes...mais TOUJOURS valorisantes pour le cantal.
Contraintes : rester dans le ton drôle et décalé des spots, ne pas inciter à des comportements dangereux et moqueurs vis à vis de la marque et du fromage "

Les femmes ?
On s'en fout, du moment que l'honneur du fromage est sauf !
Commenter cet article

Monique LEMOINE 08/11/2009 17:38



De l'humour dans l'analyse des stéréotypes sexistes conscients et inconscients de notre belle société patriarcale.
C'est une façon de dire que l'on a mal, très mal au coeur et au corps pour la moitié de l'humanité.

Les publicitaires, des hommes et des femmes sont là pour faire vendre.
Lorsqu'ils ne prennent pas le corps des femmes ou maintenant des petites filles et des petits garçons (une marque de voitures) ils prennent les vieux stéréotypes sexistes qui circulent plus vite
que n'importe quel air à la mode.

C'est encore plus insidieux et dangereux, puisque la population ne se rend même pas compte de la violence de ces messages.

Il faut dire qu'il y a l'humour, il paraît que nos amis du grand bûcher ont bien ri en voyant ces spots.
Il paraît que dénoncer tout ce que Circé dénonce c'est être triste et ne rien comprendre aux relations entre les femmes et les hommes.
C'est du deuxième degré !
C'est comme la chanson d'Orelsan "sale pute", c'est pour rire !!!!

Mais l'humour, le vrai, c'est lorsqu'on peut rire sans dévaloriser ou discriminer celui ou celle dont on parle.

De plus nous sommes dans le domaine de la publicité. N'oublions pas qu'il s'agit de provoquer l'envie de passer à l'acte d'achat ou de valoriser le produit ou l'entreprise ou une
organisation.
Pourquoi il n'y a plus de publicité au détriment des noir-es ou des arabes.
Parce que c'est interdit par la loi.
Parce que cela rentre dans l'esprit des publicitaires et qu'ils risquent d'être interdits de diffusion.

Espérons que nous verrons les choses changer de notre vivant !
Alors mettons nous y tous et toutes, nous sommes toutes et tous mortels !!!

Le sexisme tue, nous n'en avons pas besoin pour vivre ensemble.

Monique Lemoine



Circé 08/11/2009 18:17


Merci Monique.

Faudra-t-il que les rieurs soient un jour les payeurs pour qu'ils comprennent.
Je pense que nul(le) n'a besoin de cela.

Peut-on rire de tout dit-on à chaque fois .
Et de répondre tous en choeur : OUI mais pas avec tout le monde.
Et bien moi je suis heureuse qu'un certain Jean-Marie ait été jugé sur certain jeu de mots Durafour...
Là Tout le monde s'est levé d'un seul homme et femme.

Encore que certain(e)s aient tenté de minimiser et de dire que c'était du second degré.
Pour nombre de femmes malheureusement leur vie n'est donc ramenée qu'à un détail dans une colonne d'une page "faits divers" de n'importe quel journal, magazine tous les deux jours et demi...

Est-ce moi qui suis triste ou bien est-ce tous ces gens qui préfèrent avoir leurs yeux embrumés jusqu'au jour où malheureusement cela va se passer au plus près d'eux pour qu'ils ou elles réalisent
?
Sais-tu que les statisitques sont tellement épouvantables que lorsqu'il y a dix femmes réunies dans une salle, au moins l'une d'entre elles est vicime de maltraitance.

Récemment j'ai assisté à une formation.
Nous étions 23 femmes. Ce chiffre a été annoncé avec à la clé ceci : Si j'en crois ces statistiques, je peux affirmer qu'au moins deux femmes dans cette salle a été, est ou sera maltraitée.
Nous nous sommes regardées. Deux d'entre nous ont avoué faire partie de ces chiffres.

Pathétique d'éluder aussi facilement une réalité aussi crûe, et en plus d'en jouer avec de l'argent public pour vanter...un fromage.

Je crois que je vais finir par créer un blog : " Les Chantal " où les femmes qui le voudront pourront déposer leur témoignage de femmes victimes.
Après les quolibets et les railleries, je commence à avoir des retours pathétiques.


polikarpov 08/11/2009 12:52


Lucia je m'insurge contre cet humour de beauf !


lucia mel 07/11/2009 18:33


Il paraît que l'assimilation de "la blonde" à l'image de "la fille bête", vient du Québec où blonde veut tout simplement dire "fille"... donc les histoires de blondes, c'est les histoires de
filles... (la thèse étant femme=neuneu). La pub, je l'ai vue... et il me semble que l'homme est dix fois plus ridiculisé que la femme... si j'étais un homme je protesterais pour l'image qu'on
donne de moi (le beauf misogyne dans toute son horreur). Bon, je sais qu'au Brésil il y a les histoires de "Portugais", les mêmes que pour les "Belges" en France...

Sinon, je connais une histoire drôle:

C'est le cerveau d'un homme où il reste un seul neurone, il est seul, déprimé... depuis fort longtemps, il se morfond sur son sort. Enfin, au bout d'un certain temps, surgissent
deux autres neurones. "Mais qu'est-ce que tu fous là ? Viens faire la fête avec nous, on est tous en bas !".



Circé 07/11/2009 19:40


En fait, il me semble Lucia que la " Blonde " signifie plus la copine, qu'il y a un sentiment de proximité.

Que le/les types de la pub so(e(nt) des beaufs, oui, sans doute.
Il n'empêche que ce n'est pas là-dessus que se situe le véritable problème ( pour ma part tous les hommes violents sont des beaufs !) mais bien sur le fond, un oubli de nourriture signifie être
punie, maltraitée et même suggéré sur le net, perdre la vie.

Merci pour ton histoire, fort drôle.


polikarpov 06/11/2009 17:06


"Ah non ! on n'a pas changé de voiture ..."


Circé 06/11/2009 17:29


Comment ? Polikarpov, c'était toi derrière cette affreuse casquette ?


Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "