Drame Passionnel, et puis quoi encore ?

C'est une énième affaire de violences faites aux femmes. Sordide comme à chaque fois.

 

Les mots "actes de barbarie" y sont même accolés par les policiers qui, avertis par un riverain ont découvert le corps de "x", dans des toilettes publiques à Calais. Car le prénom de la victime est d'ores et déjà effacé de la mémoire collective, de notre société.

 

Une façon de ne pas reconnaître les violences faites aux femmes ? De les évacuer pudiquement ? De vouloir penser qu'elles ne sont qu'un épiphénomène ?

 

Plus les faits sont ignobles, plus les faits sont d'une férocité sans nom, et plus la victime est éffacée. Pourtant, on ne peut échapper à quelques énumérations cruelles où la bestialité le dispute à la sauvagerie : "x" a été scalpée, profondément scarifiée sur le corps, au visage, défigurée...

 

Et il se trouve encore des journalistes pour qualifier cela de drame passionnel !

 

Ah oui, c'est vrai, je ne vous ai pas encore dit ?

 

Il semblerait que le bourreau qui lui a infligé de telles tortures ( "x" est dans le coma) soit encore son "mari", bien qu'elle soit en instance de divorce et qu'elle ait subi de sa part bien des violences avant que d'oser s'en aller.

 

C'est ce qu'ont découvert les policiers chargés de l'enquête. Son prénom à lui, par contre, est révélé : Eddie. Donner un prénom, un visage à un tortionnaire, quoi de plus normal n'est-ce pas.


Sa victime ? Mais c'est un drame passionnel.

 

Alors peu importe, l'insconscient collectif en notre société judéo-chrétienne perdure encore et trop souvent. Et ce, malgré les luttes de nombre d'entre nous pour faire cesser cette mentalité du "pater famlias" ayant droit de vie et de mort sur les siens et sur sa "moitié"...

 

Domination masculine, patriarcat, discrimination, sexisme, image dégradée des femmes, inégalités entre femmes et hommes en notre société...

 

Jusqu'à quand allons-nous encore continuer comme cela ?


Combien de victimes encore ? Et non comptabilisées parce que notre Cher Gouvernement, de volonté délibérée, ne veut rien savoir. Outre que cela coûterait de l'argent, il est vrai que par ailleurs, cela plomberait gravement les statistiques sur la délinquance qui selon ses tenants, baisserait.

 

Il est sur qu'en ne créant aucun fichier unique et spécifique, utilisable, tant par la gendarmerie, que la police ou la PJ, voilà qui chaque année évite bien des comptes à rendre à la population quant à ces violences.

 

Mais poser des caméras, ficher des gamins dès 15 ans, voter et empiler plus de 18 lois sécuritaires en moins de 5 ans, voilà qui assurément nous protége. Non ? Ah oui, tout cela n'est pas mis en oeuvre pour nous protéger, mais nous surveiller.

 

Protéger les femmes n'est pas à l'ordre du jour, renforcer la loi de 2010 insuffisante à bien des égards, prévenir en mettant en place des lieux d'accueil et d'écoute pour les et/ou potentiels agresseurs, les écarter dès la première violence sur leur compagne, conjointe, non plus.

 

Pourquoi faut-il attendre d'en arriver là ?

 

Les élections présidentielles font l'objet, comme à leur habitude, d'une campagne où les petits mots, les buzz font florès dans la sphère médiatique.

 

Il est grand temps que tout cela change, que chaque candidat soit interpellé sur la condition des femmes en notre société : violences qu'elles subissent, discrimination, sexisme, machisme, inégalités salariales, professionnelles et autres violences sociales, régressions quant à la liberté de disposer de leur corps...

 

Interpellons-les sans cesse et qu'ils nous répondent et s'engagent IMMEDIATEMENT.

 

Quant aux journalistes, du Point ou d'ailleurs, déontologiquement, interrogez-vous quant aux qualifications inacceptables, irrecevables que vous utilisez pour traiter de ces violences.


 

jso13_3_un_reseau_dense_pour_soutenir_les_victimes.jpg

 


rosemar 25/01/2012


oui,cela paraît  assez incroyable:à notre époque ,les femmes sont  encore trop souvent victimes du machisme ambiant qui perdure :1 femme meurt tous les 3 jours en France sous les coups
de son conjoint,et je crois même que le chiffre a augmenté!Comment ne pas s'inquiéter aussi de l'indifférence et de l'acceptation de ce phénomène?

Achille Zasttrouffard 25/01/2012


Nouvelle affaire sordide, nouvelle victime de notre silence, du mépris d'une société qui ne prend jamais la dimension du drame souterrain.


une cause nationale affichée pour plaire à la galerie mais pour laquelle rien n'a été fait. Des hommes partout au pouvoir, des hommes dans les tribunaux et les journaux. Des hommes partout qui
relativisent toujours la responsabilité du bourreau, ce salaud qui n'a certainement aucune circonstance atténuante.


 


les coups par amour trompé, perdu, épuisé vous y croyez ? La loi toujours et feint de qualifier de drame passionnel des actes simplement monstrueux !

rosemar 25/01/2012


mon commentaire a disparu:je disais qu'il est scandaleux de voir une tel état des lieux en France:1 femme meurt tous les 3 jours sous les coups de son conjoint!


Il paraît même que le chiffre a progressé....inadmissible


ROSEMAR


 

rosemar 25/01/2012


ll

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog