Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 Jul

D'une Loire à l'autre...

Publié par Circé  - Catégories :  #Tout et n'importe quoi !

Le temps...

L'été, le temps changeant, et la Loire qui comme le restant de la Nature en subit les conséquences.

En ce dimanche 24 juillet, journée sans pluie, du moins l'après-midi.

Envie d'une balade en bords de Loire et puis aussi d'en voir les modifications à deux semaines d'intervalle.

Le soleil était doux, le vent léger, les grillons chantaient, les feuilles des peupliers bruissaient d'antiques histoires. Mais triste constatation, déjà les hirondelles se regroupent et les couleurs virent à l'automne...

L'été est-il encore là ? Dernières nuances de celui qui il y a deux semaines encore nous assommait de chaleur.

000

 

Début d'une promenade, le 11 juillet dernier.

La Loire ? En eaux basses, évaporée, asséchée, et le canal en est une triste réalité...

 

001

 

Deux semaines plus tard, aujourd'hui 24 juillet.

Même endroit, le canal est pratiquement remonté en eaux pleines.

Et la Loire, de l'autre côté a repris plus d'ampleur mais s'étale malgré tout encore paresseusement.

 

003

 

Du coup, les hérons reviennent de ce côté-là et scrutent l'onde.

Un poisson peut-être à pêcher ?

 

005

 

Malheureusement, la Nature n'aime pas les gros changements et les poissons ont mal enduré l'étape sécheresse, puis remontée des eaux.

 

006

 

Une aubaine pour les corbeaux, corneilles ou autres pies.

Je venais de déranger celui-ci qui attendait patiemment que je passe mon chemin pour commencer à dépecer le cadavre de ce poisson.

 

010 

 

Les canards quant à eux ont repris leurs droits, tant dans le canal que sur ses berges.

 

011

 

Mais de l'autre côté, même si Dame Loire s'écoule plus voluptueusement, le compte n'y est pas...

Toujours de très grands bancs de sable et des bras de Loire asséchés. 

 

014

 

Par contre, sous l'influence de la pluie, les bancs de sable ont verdi...

 

016

 

Le canal à Combleux recommence à déverser ses eaux...

 

017

 

018

 

020

 

023

 

024

 

Mais je poursuis mon chemin en direction de Jargeau pour y franchir son pont et revenir par l'autre rive.

 

026

 

Dernières couleurs de la végétation qui risquent fort de tourner rapidement à l'automne.

 

  030

 

Le ciel moutonne, et le soleil joue à cache cache avec les nuages.

Pas de nuage sombre à l'horizon, tant mieux.

 

031

 

034

 

Flûte, les hirondelles commencent à se rassembler.

Bientôt le ciel ne retentira plus de leurs trilles enchanteresses, de celles qui me ramènent en enfance.

 

Les hirondelles, celles dont l'arrivée me confirmaient que moi-aussi j'allais échapper à la grande ville pour rejoindre mes grands-parents, durant tous les mois d'été.

 

035

 

Mes Hirondelles, mes chères hirondelles qui se préparent.

Trop tôt, bien trop tôt à mon goût.

 

37a

 

37b

 

Même maison, mais cliché pris en ce dimanche 24 juillet, soit deux semaines plus tard.

Le rouge mordoré envahit la façade, derrière la moisson a été effectuée.

 

039

 

043

 

Jeux de fleurs et de couleurs en bords de Loire.

 

045

 

047

Chardons et bourdon, un hyménoptère...

Tiens il va falloir que je poursuive ma saga : " Des Mœurs légères des Papillons de Loire..."

 

049

 

055

 

060

 

Tiens un papillon, un lépidoptère, décidément, ils se sont donnés le mot avec le bourdon...

Il va réellement falloir que je la termine ma saga...

 

063


Eux aussi commencent à proliférer...

 

065

 

067

 

070

 

La Loire, le 24 juillet...

 

 

70a

 

La même, deux semaines jours pour jours auparavant.

 

073

 

Elle remonte doucement, fin de l'été, déjà un automne précoce ?

 

079

 

Fin de ma balade en ce dimanche 24 juillet .

Etape obligée de l'île Charlemagne, surtout pour tenter de fixer les acrobaties aériennes de ces cerfs volants juste entre les arbres et les tours de la cathédrale visibles à des kilomètres à la ronde.

 

Notre plat pays à nous...

Commenter cet article

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "