Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
09 Jul

Coups de Chaleur...

Publié par Circé  - Catégories :  #Femme, Société et politique

 

Voici plusieurs jours que j'étais inquiète. Un rien angoissée.

 

La lecture de mes textes prévue ce mercredi dernier approchait à grands pas et je sentais monter l'anxiété : Comment allais-je réagir à cela, entendre lire mes écrits, par une jeune comédienne de talent de surcroît ?

Ce mercredi soir était donc pour moi une date fatidique.

 

Des invitations avaient été envoyées, à des ami-e-s, connaissances, militant-e-s...

Mais cette période de vacances n'est pas toujours la plus propice à ce genre d'exercices, de soirée.

Pourtant, ils furent une quarantaine au rendez-vous.

 

De grandes surprises pour moi entre ceux que j'attendais et qui ne pouvaient être là et d'autres présents alors que je n'escomptais que vaguement la leur.

Et enfin les « cadeaux » qui arrivent sans crier gare.

 

Ces deux amies que je sais très prises dans leurs activités militantes.

Toujours sur la brèche même en été, comme en toutes saisons d'ailleurs, et qui sans coup férir sur simple appel téléphonique se rendent disponibles pour celles et ceux qui auraient besoin de leurs connaissances en matière de lois ou protection des travailleurs certes.

 

Mais pas seulement.

 

Leur engagement auprès des femmes et des hommes que l'on stigmatise allègrement de ce vocable honteux de « sans-papier », dans cette société où l'on voudrait ne mettre en avant que « l'identité nationale » fait aussi partie de leur portrait.

Et je les remercie vivement ici d'avoir pris du temps sur leur vie personnelle et d'avoir fait ce déplacement, pour m'en faire la surprise, m'ont-elles dit toutes deux.

 

Et puis bien sûr, ma « cerise sur le gâteau », pour paraphraser le titre du dernier spectacle de Céline, - une petite merveille que je conseille vivement aux un-e-s ou aux autres qui n'auraient pu assister à son spectacle de courir le voir - , ma cerise sur le gâteau, donc, mes filles de la plus jeune à la plus âgée.

 

La soirée a commencé avec deux textes très récents, sur ma vie personnelle et qui se devaient justement d'être présents.

Sans aucun doute possible en tout début de soirée, ma vie actuelle étant encore très imprégnée de ces « épisodes » là.

 

Je me dois de vous confier ici que nous ne sommes absolument pas concertées, Céline et moi, dans le choix des écrits.

Je lui ai laissé toute latitude, lui ai fait pleine et entière confiance, et n'en ai nullement été déçue, bien au contraire.

 

La petite histoire de fille a suivi, puis mon enfance à Sarcelles.

L'évocation de ma grand-mère que j'aimais tant et enfin un texte que j'ai dédié à ma fille Léa, pour le jour de ses 13 ans.

 

La lecture terminée, le silence était assourdissant.

 

Pour ma part, j'étais dans une bulle que je tentais en vain de garder hermétique, mais le dernier texte a battu en brèche mes tentatives d'être en retrait. La voix de Céline, émue elle-aussi avait vacillé.

Je ne pouvais retenir mon émotion.

 

J'ai osé un regard sur le côté durant ce silence, et j'ai vu des larmes qui coulaient aussi sur le visage de certain-e-s, comme sur le mien, et les applaudissements ont fusé.

 

J'étais cotonneuse et heureuse.

 

Pour Céline qui n'a pas hésité un seul instant en lisant pour la première fois mes textes et qui m'a proposé cette soirée.

 

Et puis aussi parce qu'en discutant ensuite avec les un-e-s et les autres, je me suis rendue compte combien tout cela pouvait être partagé, combien chacun-e pouvait s'y reconnaître à un moment ou un autre de sa vie.

 

J'étais invitée ensuite à participer à un dîner organisé par l'équipe du Grand Bûcher de France Bleu Orléans, émission à laquelle j'ai participée cette année, en tant que blogueuse engagée, féministe et communiste.

 

Mais nous devions reconduire la plus jeune chez son père chez qui elle est en vacances actuellement, et j'ai préféré partager un peu de temps avec ma fille aînée, celui d'un trajet où nous avons beaucoup conversé, échangé, trajet qui nous a conduit en Sologne.

 

Une soirée agréable, une belle nuit étoilée et le petit matin.

 

Et puis, de nouveau Orléans, la température qui s'envole, une chape de chaleur écrasante qui s'abat autant sur moi que sur les personnes présentes lors de ce rassemblement de soutien à cet ami, qui passait en audience de médiation avec sa direction, en cet après-midi du jeudi.

 

La bonne nouvelle, c'est qu'il a obtenu gain de cause, ainsi que la jeune femme qui le suivait dans cette instance.

Tous deux s'étaient vus mal notés et rétrogradés pour les mêmes raisons, engagements syndical et politique.

 

La moins bonne étant que même à l'ombre, la chaleur était en train de faire de moi une loque : Maux de tête, vertiges, nausées et vomissements ont eu raison de moi.

 

J'ai passé mon après-midi au lit, dans la pénombre, à tenter de m'hydrater et de garder un peu de fraîcheur avec des linges humides, le tout avec l'aide un ventilateur qui est toujours en fonction à l'heure actuelle.

 

Ceci dit, je n'ai pu poser le pied à terre qu'hier, en fin de soirée.

 

Et encore, les vertiges étaient toujours au rendez-vous et c'est lamentablement que j'ai du regagner mon lit, moi qui répugne tant à y être enfouie.

Le sommeil est pour moi une perte de temps.

 

Dans la nuit quelques coups de tonnerre, la colère lointaine de Zeus, les éclairs, le ciel sombre déchiré des flammes de l'irascible déité.

 

Ce matin la pluie salvatrice a redonné un peu de fraîcheur.

Quelques relents nauséeux vont me conduire chez le médecin.

 

Aussi, Ami-e Lectrice ou Lecteur, pour que la chaleur du corps ne vous soit pas épreuve, le mieux est encore de vous en préserver.

 

Conseil de l'indocile et imprévoyante Circé...

 

Commenter cet article

Polyb 09/07/2010 20:13



Le 7, je l'attendais.


Mariage de Caleb d'abord, puis son déménagement.


Nous avons fini de vider le dernier camion à 23h30, épuisés, aucun de nous n'avait mangé, chacun de nous avait eu envie de craquer à un moment ou à un autre de la soirée.


Et pourtant, nous n'avions pas tout à fait terminé, il restait du boulot dans l'ancien logement, et un ultime voyage à faire le lendemain.


Il n'empêche que j'aurais vraiment vraiment aimé être là.


Le genre de moment rare que je n'aime pas louper.


Plein de bises.



zouzou 09/07/2010 20:01



Heureuse, pour vous CIRCE, c'est vrai que vos textes sont beaux et me touchent beaucoup......



BCT 09/07/2010 14:18



J'ai cru que je pouvais venir...mais petit fils oblige, non. Activité de Grand-Père on ne peut plsu agréable mais voilà... En tout cas heureux de te savoir bien entourée.



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "