Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
02 Feb

Chroniques Féministes d'après Paul. Chapitre I : Mal baisée !

Publié par Circé  - Catégories :  #Femme, Société et politique

 

Il est des petits matins comme cela, où alors que sonne l'heure du réveil, vous avez bien du mal à vous extraire des efforts conjugués d'Hypnos et de Morphée pour vous garder dans leurs limbes et divins bras. Vous n'avez qu'une envie : Tourner le dos à cette fichue et incongrue radio qui vous claironne qu'il est temps de sortir du tiède et doux cocon de votre couette.

 

Pfff...Mais elle est têtue cette satanée radio et elle continue à vous distiller perfidement les infos qui pour l'heure en sont à la météo. De quoi définitivement appuyer sur le bouton arrêt du démoniaque engin et poursuivre votre nuit. Car à l'extérieur, il semblerait bien que les températures se disputent allègrement et sournoisement les degrés sous zéro.

 

Mais vous n'avez pas le choix, des impératifs à respecter.


Alors vous voici sous la douche où vous paresseriez volontiers si vous en aviez le temps, puis le confort d'une grande serviette éponge où vous vous lovez et séchez, pour finir par un habillage rapide. Reste à prendre l'incontournable et indispensable bol de café noir fumant. Et si l'horloge le permet, à en prendre un second avant que de filer à vos activités.

 

Mais bonne nouvelle, finalement vous avez quelques minutes d'avance devant vous. Vous allez donc prendre le temps de vérifier si vous avez des commentaires sur votre blog, trop négligé ces derniers temps, pour constater qu'il y en a bien un certain nombre en instance de lectures et validations.

 

Vous commencez à les lire, tout en buvant à petites gorgées l'élixir noir qui coule lentement dans votre gorge.

 

Un commentaire, une réponse, un commentaire, une réponse, et puis, deux mots s'affichent sur votre écran d'ordinateur. Un temps d'arrêt et...Le fou rire, le fou rire en cascades, inextinguible vous secoue, vous réveille définitivement.

 

Deux mots, brefs, concis, péremptoires, imagés suite à un billet qui relate la 1ère action anti-sexiste du Collectif auquel j'appartiens.

 

Me voici passée du vous au je. Je suis maintenant parfaitement éveillée, alerte, mon cerveau en ébullition. Cette journée qui s'annonçait difficile au moment du réveil prend une tournure drôle, caustique, me donne des idées.

 

Deux mots qui résonnent en écho à l'après-midi d'hier. Celui où trois jeunes filles sont venues au Planning Familial afin d'y poser des questions quant à son histoire, mai 68, le MLF, les avancées du féminisme.

 

Près de trois heures à être celle qui avec Sarah sera la passeuse de l'histoire des femmes, à échanger, discuter, donner des clés de compréhension quant aux luttes toujours actuelles des femmes pour la liberté à disposer de leurs corps, contre les violences dont elles sont toujours victimes, le patriarcat, la domination masculine, l'égalité de droits, de salaires, la parité, contre les stéréotypes sexistes, la marchandisation de leurs corps...

 

Deux mots qui s'affichent qui se veulent insulte et qui ont raté leur cible. Deux mots et bien d'autres dont nous avions discutés hier, toutes ensemble : Mal baisée...

 

Et oui, mal baisée, car c'est bien connu les féministes sont des mal baisées, frustrées, des camionneuses poilues, velues voulant ressembler aux hommes, être comme des hommes, être des hommes...

 

Fous rires, gros fous rires toujours en écrivant cela.

 

A l'auteur anonyme de ces deux mots, ayant pris pour pseudo "Paul", voici ce que j'ai répondu ;


Paul :

Qu'en de termes choisis et concis, ces choses-là sont dites.

M'est avis que si votre ramage se rapporte à votre plumage, vous êtes en matière de joutes dédiées à Aphrodite et Eros, autrement dit à l'art du plaisir de la couche et du boudoir, ce qu'un lapin est à la tortue : éjaculateur précoce !


Nul doute en ce cas que nombre de vos "connaissances" puissent ainsi se reconnaître en vos propos, et se sentir un rien frustrées...


Pour ma part, n'étant pas dans l'aréopage de vos connaissances qui puissent apporter témoignage de vos expériences et désastres lutinesques, je m'en sens donc parfaitement heureuse et épanouie.


Cependant, je vous remercie de m'avoir inspiré le sujet de mes prochaines chroniques qui en votre honneur seront intitulées : " Chroniques Féministes d'après Paul ", la première ayant pour thème "Mal Baisée ".

 

Du coup j'en viens à regretter de ne pas avoir gouter la campagne "Osez le Clito" . A me dire qu'il y a bien des éducations à faire et parfaire, et que finalement les frustré-e-s ne sont pas du côté que l'on voudrait nous faire croire. Ainsi, nombre devraient lire Rosemonde Pujol et son petit bout de bonheur. Autrement plus drôle que ces deux pauvres mots que sont : mal baisée.  

 

Deux mots, qualificatifs complémentaires à cette insulte suprême que serait, pour certains, le mot "féministe". Rebecca West, qui s'exprimait ainsi, est décidément toujours d'actualité, et c'en est misère et pauvreté intellectuelle de constater à quel point le sexisme sévit toujours : "Je n'ai jamais réussi à définir le féminisme. Tout ce que je sais, c'est que les gens me traitent de féministe chaque fois que mon comportement ne permet plus de me confondre avec un paillasson".  

 

Le pire étant que nombre font du sexisme, du machisme, pérennise la domination masculine, un peu comme Mr Jourdain faisait de la prose sans le savoir. Est-il inné dans notre société de faire de l'attribution des roles, des genres, un mode de vie de celle-ci ? Quitte à en faire aussi une activité lucrative, comme à Orléans sous couvert de Passion habillé de culture ? Au sexisme, sans aucun doute.


Pour le reste, vous avez bien lu, me voici au début des "Chroniques Féministes d'après Paul " . Chroniques que je veux bien évidemment participatives.

 

Aussi, si vous aussi copines et amis féministes, avez envie d'être chroniqueu-se-r d'un jour, faites-moi parvenir votre texte, via la fiche contact ou mon adresse mail, ou encore en commentaire ou sur vos propres blogs vers lesquels je mettrai des liens.

 

Nous avons toutes et tous des anecdotes à faire partager, des attitudes et paroles crétines à rapporter, des insultes, propos à dénoncer, des comportements sexistes à combattre.

 

Que le sexisme et le machisme deviennent si ridicules et datés que la société puisse enfin évoluer .

 

Parce que c'est bien en le faisant que nous pourrons faire évoluer les mentalités, comportements, et que le mouvement féministe participe aussi de l'éducation populaire.

 

Accessoirement aussi, parce que sans doute l'ami "Paul" a trop fréquenté ce style de boutique cela lui permettra, ainsi qu'à tous les amis "Paul" de France et de Navarre, de s'éduquer réellement à l'égalité et à étoffer leur vocabulaire.

 

feminisme.jpg

 

Même là nous aurons fait oeuvre utile.

Commenter cet article

snoring aids now 26/11/2013 07:55

hanks for such a great post that on a refreshing day we all feel the urge to get rid of those radio and keep quiet for a while away for all untidy stuff.I am totally impressed! Keep stuff like this coming.

jmplouchard 02/02/2012 21:22


En effet Circé, il doit y avoir de l'écho entre nos deux billets, même si le sijet en est différent. Tiens, à Monsieur Paul, ou Popol, moi je lui aurais répondu, dites, pourquoi dit-on "con comme
une bite", mais jamais l'inverse ?


Bonne soirée

popol 28/11/2013 01:25

A une question d'Yvonne Printemps "Tiens nous sommes à Macon, c'est drôle, non ?"
Guittry aurait répondu "Ben, on dit bien Sa cha"
Bonne soirée.

Circé 02/02/2012 21:47



Cher JMPlouchard :


Mais que voilà une belle répartie, à laquelle il faut rajouter je crois cette question fondamentale : Pourquoi la bite, organe masculin est-il du genre féminin, et que le con, organe féminin est
du genre masculin ?


Voilà un questionnement qui n'est pas hauteur des termes choisis de Mr Paul ou Popol .


Bonne soirée à vous aussi.



pierrot le sailorman 02/02/2012 20:46


Désolé, me voici rassuré et compatissant avec vous et nabum.


Bonne soirée.

Circé 02/02/2012 20:55



Sailorman :


Pas de quoi vraiment.


Il est vrai que la plupart des blogs fonctionnent avec des commentaires validés à priori.


C'est ce que je faisais auparavant, et puis il y a eu l'affaire Fansolo, autrement dit Antoine Bardet (tapez son nom dans google) qui a fini par gagner en cour de casation, après deux procès
perdus. Trois années où il a tout perdu professionnellement, socialement ici à Orléans puisqu'il a fini par partir, tant il a été affecté, sans compter les problèmes financiers mais aussi sa vie
familiale qui a énormément souffert de cette affaire.


Cela nous a tous beaucoup marqué.


Il était un ami pour chacun d'entre nous, un blogueur avant l'heure sur orléans, et si mon blog a été créé, c'est grâce à lui. Je le lui dois et je ne saurais jamais trop l'en remercier.


Bonne soirée à vous aussi.


 



pierrot le sailorman 02/02/2012 19:54


Vous n'aimez pas mon commentaire ?

Circé 02/02/2012 20:21



Pierrot le Sailorman :


N'interprêtez pas voulez-vous des validations en différé ou tardives des commentaires pour une opinion ou un à priori quant aux commentaires.


J'habite voyez-vous une ville où l'un de nos blogueurs a été attaqué en justice par notre maire actuel qui n'a pas gouté l'humour de celui-ci ( affaire Fansolo ) et a pris pour prétexte que son
blog aurait été anonyme.


Des commentaires sur d'autres ont fait polémique.


Depuis, j'ai décidé de valider chaque commentaire car le blogueur est tenu pour responsable des commentaires laissés sur son blog.


Comme je suis militante féministe engagée auprès du Planning Familial, associative (CNL) et politique (PCF-FDG) sans compter que je suis porte-parole du CODF ( Collectif Orléanais des Droits des
Femmes), je prends simplement quelques précautions d'usage.


Et comme je suis aussi très très occupée je tarde parfois à valider. Rien de plus, ne vous en faites pas.


Et merci de votre passage.


Nous sommes C'est Nabum et moi-même de la même ville. Peut-être avez pu lire sur son blog quelques échos de la situation de cette ville quant aux libertés.


Rien de plus.



pierrot le sailorman 02/02/2012 16:54


Ce paul a peut etre mal interprèté cette chronique faisant l'éloge de l'ancètre fondatrice du féminisme rural :


http://popolsky.over-blog.com/categorie-12290382.html


 


Très drôle votre billet.


Bonne soirée.

Circé 02/02/2012 20:22



Pierrot le Sailorman :


Pas encore eu le temps d'aller lire ce billet, mais vous promet d'y aller.



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "