Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 Feb

Alger-Paris : 12 février 2011, une marche pour le changement, des envies de Liberté, oui ...Mais lesquelles et pour qui ?

Publié par Circé  - Catégories :  #Femme, Société et politique

Cela se passait samedi dernier à Alger.

Une marche pour le changement. Plus ou moins 2 000 manifestants d'un côté, de l'autre 30 000 représentants des forces de l'ordre diverses et variées qui co-existent en Algérie.

 

Des manifestant-e-s arrêté-e-s avant même que de rejoindre la capitale algérienne, et pour tous les autres, celles et ceux qui ont réussi à franchir les barrages : molestage, censure, atteintes à la liberté de circuler, à la liberté d'expression, à la liberté de s'exprimer comme des citoyen-ne-s libres et égaux en droits !

 

Plus de 300 arrestations, dont des femmes arrêtées par d'autres femmes.

A rire si ce n'était à pleurer en ce pays où les femmes sont des mineures à vie, assujetties qu'elles sont, prisonnières qu'elles sont devrais-je dire d'un code de la famille qui les autorise à être membres des forces de l'ordre, magistrate, avocate, infirmière, enseignante, journaliste mais qui de toute façon les retrouve toutes sous tutelle permanente de leurs pères, maris, frères, oncles ou toutes personnes de genre masculin, qui de près ou de loin représentent la famille.

 

Marche pour le changement donc.

Et quelles en sont les principales revendications ?


- le changement et la démocratie

- la levée immédiate de l'état d'urgence

- la libération des détenus des émeutes

- l'ouverture des champs politique et médiatique

- le travail et la justice sociale

- une Algérie démocratique et sociale.

 

Mais du côté des femmes, de celles qui représentent plus de la moitié de la population algérienne et qui ne sont pas pensées, reconnnues comme des citoyennes à parts entières ?

 

Quid de l'abrogation immédiate du code de la famille ?

Qui a porté cette revendication ? Qui a dénoncé ?

Silence...

 

Ce matin, entendue sur France Inter Fadila Chitour, Présidente du réseau Wassila qui annonce des manifestations à venir chaque samedi en Algérie, parle d'égalité...Oui mais laquelle quand pas une fois je ne l'ai entendue demander l'abrogation de ce code inique de la famille ?

 

Les algériennes ont toutes en mémoire Khalida Toumi, qui manifestait dans les années 90 contre la création d'un état islamiste en Algérie. Comment elle a été reçue en France, interrogée et portée par les médias français et comme aujourd'hui même, elle est l'éxécration de nombre de femmes algériennes qui la considère comme trare à la cause des femmes, Ministre de La Culture ( laquelle?) de ce gouvernement corrompu.

 

Alors, marche pour le changement à Alger.

Et en France, pays qui rassemble peu ou prou près de 4 millions d'Agérien-ne-s.

 

En France, à Paris, cela a été...700 manifestant-es.

Pas de forces de l'ordre agressives à proximité, même si les CRS étaient garés quelques rues plus loin, tout en se faisant discrets.

 

700 personnes...Quelle déception, partagée par nombre de celles et ceux dont j'étais, présents place de la République à Paris, en ce début d'après-midi de ce samedi 12 février.

 

Rien à voir avec la manifestation joyeuse, festive des tunisiens qui étaient venus en nombre en janvier dernier.

Certes Ben Ali avait fui la veille le pays.

Mais tout de même. Est-ce cela l'engagement ? Est-ce cela l'envie de changement ? Est-cela la solidarité sur laquelle veut, doit s'appuyer toutes celles et ceux qui veulent que cela change vraiment en Algérie ?

 

Je suis déçue, dépitée, morose.

Les grenouilles sont dans la casserole bouillante depuis des lustres et n'ont plus le courage d'en sortir ?

Pourtant, pas un jour sans qu'un jeune ou moins jeune ne s'immole par le feu en Algérie pour crier son désespoir, son impossibilité à vivre debout, dans la dignité dans ce pays pourtant si riche de tout, mais dont les milliards sont détournés au profit de quelques-uns au détriment du peuple.

 

Tous les services publics à l'abandon.

La santé moribonde, un taux de mortalité des femmes en couche qui explose, de nouveaux-nés, des malades atteints du cancer dans l'incapacité à se soigner comme en cette année 2009 où pas un appareil de radiothérapie ne fonctionnait avec des listes d'attente épouvantables et mortifères d'hommes, de femmes et d'enfants.

 

Celui-là en à payer le prix.

Mais tant d'autres, tant d'autres...

 

Et que dire de l'éducation, des chantiers du batiment confiés aux ouvriers chinois alors que tant de jeunes crèvent de ne pas avoir d'emploi, les secteurs de l'économie livrés par morceaux entiers sans que l'Algérie ne soit souveraine en tout et pour tout. Et la corruption, à tous les niveaux...

 

Samedi 12 février, 14h, place de la République : Rassemblement en soutien à la marche pour le changement qui se déroulait de l'autre côté de la méditerranée à Alger. Et moi qui suis de celles/ceux là qui sont venus, qui se sont dit que c'était important, qu'un espoir naissait, grandissait...

 

Les algériens de France sont-ils donc tous des apathiques ? Des j'men foutistes ?

 

Alors, tour rapide et pour cause de la place de la République où je rencontre cette magnifique jeune femme venue interpeller les passants sur les droits des femmes en Iran.

 

41


Et puis, je retrouve des représentantes des Droits des femmes et me place  bien évidemment sous l'égide de cette pancarte Pour ces droits que je réclame, pour mes soeurs, ma mère de coeur et d'adoption.

Elle qui a du demander l'autorisation de ses 4 fils pour rester dans la maison qui les avait vu naître, lorsqu'elle a eu la douleur de perdre son compagnon tant aimé, son mari.

 

12

 

Mais, moins de femmes que d'hommes. Rien à voir avec la manifestation tunisienne de janvier où tous étaient représentés : Hommes, Femmes, Enfants, jeunes moins jeunes, où la laïcité était portée haut et fort .

 

21

 

Mais heureusement, il y a tout de même des figures emblématiques, des symboles forts.

 

6

 

 

11

 

 

19

 

 

4

 

 

13

 

18

 

 

10

 

2

 

 

14 

 

 

3 

 

 

30

 

0

 

Et que serait une manifestation sans la présence du caricaturiste DILEM ?

 

 

Et puis aussi des mots d'ordre, scandés, chantés :

 

 

 


 

 

Des prises de paroles, des soutiens politiques ( Jacques Fath, responsable PCF des relations internationales ):

39

L'heure avançant, nous avons été quelques-unes, au cours de ce rassemblement à crier pour demander l'abrogation du code de la Famille . Dont Fatiha, à mes côtés qui a fui l'Algérie, la Kabylie parce que son père refusait de lui laisser exercer son métier d'enseignante, et voulait la marier de force avec un "cousin" qu'elle ne connaissait pas.

 

Doit-on rappeler toutes les violences dont les femmes algériennes sont victimes ? Celles d' Hassi Messaoud...


 

 

Et toutes les autres dont le gouvernement algérien musèle la parole.
A l'instar de ce collectif qui avait organisé le 25 novembre dernier, journée internationale de Lutte contre les violences faites aux femmes un colloque sur le thème : « Stop à la violence ! Les Droits aux femmes maintenant » et qui s'est vu interdire de réunion. Comme les intervenantes étrangères venues d'Espagne, d'italie, de France, du Maroc et de Tunisie se sont aussi vues  interdire l'accès du Territoire Algérien.

 

 

Interdiction de se réunir, interdiction d’échanger, interdiction de circuler.

Censure, atteintes à la liberté de réunion, aux droits d’expression, de circulation. Ce n’est pas nouveau pour les Algériennes. 

Quelle hypocrisie que cet l’Etat algérien qui prend des engagements internationaux en ratifiant la Convention sur l’élimination de toutes les discriminations à l’encontre des femmes, mais somme les femmes algériennes de compter silencieusement leurs victimes.

 

 

Alors, oui, l'abrogation du code de la Famille doit être une revendication portée par ce mouvement . Parce qu'une société n'évolue pas en confisquant à la moitié de sa population ses droits de citoyennes à parts entières :


Une voix égale une voix !

 

16

 

 

 

Ce samedi, à Paris, des femmes algériennes engagées, ont fini par prendre la parole. Parole qu'elles se sont vues pour certaine en partie confisquer par une mâle assistance qui n'avait pas envie d'entendre parler du sort qui leur est fait et qui l'interrompait, lui demandant plutôt des slogans que des témoignages....

 

Elle a continué, malgré tout.

Militante avant tout et sur une estrade en ce jour.

 

Mais quel sort sera réservé aux femmes algériennes ?


Seront-elles une nouvelle fois encore, celles qui seront les oubliées de l'Histoire?

 

Comme après la guerre de Libération, où pourtant elles y avaient pris toutes leurs parts, : militantes, résistantes, en en payant elles-aussi lelourd tribut de l'horreur : violées, violentées, torturées, assassinées par les deux camps parfois, parce que supposées avoir trahi...

Puis renvoyées à leurs casseroles, à leurs foyers l'indépendance venue.

 

Dois-je aussi reparler des horreurs des années noires des égorgeurs ?

 

Alors, une marche chaque samedi en Algérie, mais pour toutes et tous sans exception aucune. Pour une Algérie Libre et réellement DEMOCRATIQUE !

 

 

 

* Pendant ce temps-là, de l'autre côté de la place, les Egyptien-ne-s de Paris faisaient la fête. En sera-t-il un jour de même pour les Algérien-ne-s ? Rien n'est moins sur...


 

 

Commenter cet article

emelire 18/02/2011 15:06



Merci pour ton article qui informe vraiment très bien. Tu écris "Il y a ici en France peu ou prou 4 millions d'Algérien-ne-s. Certes tous n'habitent pas la région parisienne ou Paris, mais tout
de même.", ben oui, mais si tu veux voir le drapeau sorti et de la vie qui pulse?  c'est les soirs de match de foot, voilà la vérité, triste peut être, c'est juste un constat blasé que je
fais... J'espère aussi bcp pour les femmes ! c'est surtout à elles que je pense.



Circé 18/02/2011 16:04



Emelire :


Oui, pour les femmes et je crains que ce ne soit pas gagné du tout.


Me suis un peu fritée avec un intégriste qui n'appréciait pas beaucoup pour ne pas dire, pas du tout l'affiche que je portais au dos demandant l'abrogation du code de la famille.


M'a juste asséné que les algériens étaient musulmans et qu'il était donc normal qu'ils appliquent la "loi" musulmane ( sous-entendu le minorat à vie des femmes, le fait qu'en tout et pour tout
elles doivent demander autorisation, et même de vivre ????)...


Les footeux, ceux qui ne sont de sortie que ces jours-là ( jour de match) ne sont pas ce que j'appelle des citoyens, ni même des algériens, s'ils en restent là.


Et malheureusement je crains que tu n'aies aussi raison dans cette analyse.


Il est vrai aussi que les années noires du terrorisme, celles où des bêtes sans nom ( ce ne sont pas des hommes, ils en ont perdu le statut et à jamais) ont répandu tant de sang, dans tant de
massacres ont gravement marqué les consciences et l'inconscient. Rien n'est simple donc.


Mais il y a toujours un jour où il faut que cela s'arrête et je veux garder espoir pour ma mère de coeur, pour mes soeurs et pour toutes les autres...


 



le journal de personne 17/02/2011 19:33



Au suivant !

Et maintenant… A qui le tour ?
Bonjour, bonsoir !
Au suivant… au suivant… au suivant !
Avec ces révolutions à la chaîne… les internautes veulent en finir avec la gangrène…  
Et pour nos autres démocrates à la traîne, il ne s’agit plus de casser la baraque,
mais de briser tous les dictats de tous les empires financiers.
A vos blogs citoyens du monde entier !
http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/au-suivant/



zouzou 15/02/2011 19:32



Personellement moi étant en province, j'ai suivi les événements dés le matin..


Un peu choqué de savoir que l'état algérien avait prévu grans et avait rameuté tous les services d'ordres ..


Dés le debut de la manif, les policiéres ont commencé à arrêter, toutes les femmes, c'était prévu organisé par Boutef..il doit pas aimer les femmes d'ailleurs on à jamais vu la sienne..


Egyptienne par alliance, j'étais ravie de voir les Egyptiens manifester en famille et l'armée soutenir le peuple..


J'aurais aimée que l'Algérie en fasse autant.



Circé 15/02/2011 20:16



Zouzou ;


moi aussi j'aurais aimé, mais les années noires ont fait de cruels et immenses dégâts et Boutef joue sur la peur.


J'ai été particulièrement scandalisé de voir Ali Ben Hadj se retrouver aux infos. Cet assassin..., je n'ai pas de mots assez vifs pour qualifier ce que je ressens...


Pourtant Nul-le n'avait pu prédire ce qui se passerait en Tunisie le 14 janvier, ni en Egypte le 11 février.


Faut-il attendre un 08 mars particulier et éclatant en Algérie, où les femmes prendraient une revanche spectaculaire sur le sort qui leur a été fait depuis près de 50 années ?


Allez, rêvons, voyons et faisons en sorte que nous ne rêvions pas toute éveillée et qu'il devienne réalité...



hakima 14/02/2011 23:45



bonsoir dominique


je tiens d'abord à répondre à ta question, si je ne suis pas partie à cette marche ce n'est pas parceque je suis je m'en foutiste. je suis touchée par tout les événements dans le monde, alors là
mon pays. je ne veux pas que les évenements du printemps noir se reproduisent. à cette époque j'étais encore au pays, je me rappelle j'étais enrager car je ne pouvais absolument rien faire, je
savait que de toute façon personne entendras notre detresse et notre colère, j'ai participé à une marche à béjaia, ils nous ont envoyé des CRS avec le grand chare qui lance de l'eau chaude pour
empécher la marche. 3 jeunes d'akbou sont décédés à cause de ces événements. je ne suis pas pessimiste au contraire je rêve toujours de pouvoir un jour changer le monde même en apportant le
minimum pour mon pays, mais d'ici loin de chez moi je pense que je ne peux rien faire, j'avais beaucoup de volonté quand j'été là-bas, à l'université je faisait partie d'une association
écologique, et politiquement j'étais plus accrocher que maintenant malgré mon jeune âge . depuis que je suis venu en france je me sens détaché du monde.


 pour ce qui se passe maintenant en algérie j'appelle toujours ma mère pour me raconter et j'ai appris aujourd'hui que les batiments recemment construit à akbou juste au dessus de chez nous
ont été skoité par des gens qui n'ont pas de logement ou qui ont demandé depuis x temps ils ont pas encore de réponse, l'état a envoyé des CRS, maman avait très peur car elle étais toute seule à
la maison, les jeunes ont barré la route mais les CRS ont réussi a passé et ils ont fait sortir tous le monde dehors. j'espère seulement qu'il n y a pas eu de blessés.


bonsoir


hakima



Circé 15/02/2011 09:12



Bonjour Hakima :


Je suis désolée que tu te sois sentie aussi atteinte par ce billet.


Il y a ici en France peu ou prou 4 millions d'Algérien-ne-s. Certes tous n'habitent pas la région parisienne ou Paris, mais tout de même. Je crois que comme nombre, et même moi, tu as le mal du
Pays et tu te sens déchirée. Mais il faudra bien que l'Algérie change et pour cela il faudra que tout le monde s'y mette, ne soit pas spectateur, notamment là où on peut encore exprimer sa
volonté de changement.


Tu sais que je suis de très près ce qui s'y passe. je connais cette situation du logement, et je vois avec inquiétude, ici en France, le nombre de personnes SDF augmenter à la vitesse grand "V",
les personnes mal logées, expulsées par manque d'argent, l'impossibilité de se soigner avec des réformes qui sont en train de détruire tout ce qui faisait l'honneur de la France.


je crains...Je crains..Je crains que la France ressemble très bientôt à l'Algérie.


Je me moquais du petit qui tous les soirs suattait la télé d'état. Faisons-nous mieux ici avec son pendant à talonnette? Bien sur que non, et je suis toujours atterrée que des Français-es aient
pu adhérer à son discours populiste sans fond, son discours de caste, sa politique prévisible qui nous mène tout droit dans le mur.


Je refuse que nous ayons ici un Boutef bis. Alors comment accepterai-je qu'il puisse y avoir des dirigeants comme celui-ci et une politique (en est-ce une) comme celle actuelle en Algérie, où les
femmes sont des sous-citoyennes, où les jeunes n'ont pas d'avenir, où les anciens ont de plus en plus de mal à vivre, les familles laissées à l'abandon, les criminels blanchis, les victimes
doublement victimes...et je ne parle pas plus du logement, de la santé, de l'éducation...


Des deux côtés des promesses non tenues avec pour l'un la colonisation pour excuse, pour l'autre finalement celle de la divine crise. Mais la crise, c'est EUX !


Je crois que je sais maintenant ce que ressentait celui qui te manque tant et à moi-aussi, cette déchirure, mais lui n'a pas abandonné. Alors pour lui, pour toi, pour la belle, douce et tendre
D..., ma mère de coeur et d'adoption, pour tes soeurs, pour tes frères, pour tous ceux qui me sont chers, pour cette Algérie que j'aime tant, je n'abandonnerai pas.



le journal de personne 14/02/2011 17:41



Au suivant !

Et maintenant… A qui le tour ?
Bonjour, bonsoir !
Au suivant… au suivant… au suivant !
Avec ces révolutions à la chaîne… les internautes veulent en finir avec la gangrène…  
Et pour nos autres démocrates à la traîne, il ne s’agit plus de casser la baraque,
mais de briser tous les dictats de tous les empires financiers.
A vos blogs citoyens du monde entier !
http://www.lejournaldepersonne.com/2011/02/au-suivant/



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "