Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
06 Feb

A la soupe populaire des prestations familiales.

Publié par Circé  - Catégories :  #Liberté d'expression, politique

123.jpeg«  Depuis plus de 60 ans, les Allocations familiales accompagnent les familles dans leur vie quotidienne. Acteur majeur de la solidarité nationale, la branche Famille est un réseau piloté par la caisse nationale des Allocations familiales, présent sur tout le territoire grâce aux 123 caisses d'Allocations familiales. Mobilisées au service des allocataires, les Caf prennent en charge les prestations légales et développent une action sociale familiale sur leurs territoires. »


Voici ce qu'en préambule, vous pouvez lire sur le site d'accueil en ligne de la Caisse d'Allocations Familiales. Cette CAF qui aide un nombre croissant de familles, du fait de la crise, à « pallier » à des situations financières de plus en plus lourdes au fil même plus des années mais des jours et des semaines qui passent.


Les raisons ?


Politique ultra-libérale sévissant en France sous l'impulsion de cette majorité UMP qui ne craint nullement d'avantager les plus nantis au détriment des plus pauvres, renflouement des banques avec nos deniers alors que celles-là n'ont pas hésité à spéculer sur tous les marchés avec des « crédits pourris », boursicotant dans un jeu de qui perd gagne qui les a sortis de l'ornière, détruisant au passage des milliers d'emplois, de vies pour conserver à leurs actionnaires dividendes et bénéfices à deux chiffres, bouclier fiscal pour prémunir cette caste de tout mouvement de nécessaire solidarité républicaine en payant les impôts qu'ils DOIVENT payer à la Nation, destruction des acquis sociaux, attaques contre nos services de santé, de protection sociale , d'éducation, services publics, logement, emplois...


Bref, nous sommes dans une période la plus noire qui soit en matière de régressions sociales en tous genres. Retour vers le passé, vers un XIXème siècle flamboyant où nombre de barons d'industrie n'hésitaient pas comme aujourd'hui à nous considérer comme des esclaves des temps modernes. Pour leurs "petits" profits entre amis !


Et comme de toute façon ces salauds de pauvres sont encore une fois les plus nombreux, faisons-les donc cracher au bassinet . Il suffira pour la ènième fois d'agiter devant leur nez, le chiffon umpiste du « bon sens, bien de chez nous », et des pseudos endettements pour leurs descendants pour les décennies à venir, et le tour sera joué !


Ils ont tenté le coup pour la réforme des retraites, et sont passés en force! 

 

 


 


Dans mon dernier billet publié ici et sur le Post, je dénonçais ainsi une situation particulièrement choquante.


Celle de la CAF du Loiret et du nombre important de dossiers,  plus de 16 000, en souffrance . Bien entendu avec les conséquences que l'on peut imaginer pour les familles en difficulté, en attente de leurs prestations.


Ainsi que du prochain mouvement de grève du 08 février prochain qui touchera la majorité des employés qui n'en peuvent plus des conditions de travail qui leur sont faites. Et surtout des situations catastrophiques engendrées par ces retards sur les allocataires, alors qu'il y a un manque plus qu'évident de personnel.


Peu de commentaires à la suite de mon billet, mais des commentaires intéressants quoiqu'il en soit. 


Comme à mon habitude, j'ai tenté d'y répondre au mieux.

Cependant, ma réponse au dernier en date sur Le Post, n'a pas tenu 20 minutes en ligne . Alors que je déteste rien moins que la censure de mauvais aloi, qu'elle vienne de personnes qui préférent museler plutôt que de débattre, ou bien de la modération qui est parfois bien incompréhensible.


Cependant, pour cette dernière supposition, car c'en est une, n'ayant reçu aucun avertissement de leur part, je présume donc que la mise aux oubliettes de mon propos a été faite par un autre canal. Mais quelle était donc cette réponse ?

Geka :

Bien pire que cela.

Des nouvelles que je me dois de vérifier, mais il semblerait qu'après avoir mutualisé leurs pertes et que ce gouvernement ait allègrement renfloué les banques sans contrepartie aucune quant à leurs agissements futurs, voici qu'une "rumeur" ( pour être info il faut que cela me soit confirmé par d'autres canaux ) nous apprend que dans la Loiret, on mutualise les "miettes" de moins en moins importantes à destination des pauvres.

Ainsi, il serait possible qu'une famille ayant bénéficié de bons vacances une année, n'y ait plus droit l'année suivante, non pas parce que son QF ( quotient familial) ait évolué favorablement, mais simplement parce que les Caf n'ayant plus de moyens financiers ( on sait pourquoi !!!) , et bien les "pauvres" n'auront droit à des bons vacances qu'une année sur deux, de même pour l'aide aux temps libres.

Voici qu'on nous créée la "soupe populaire" des prestations sociales.
A la queue, comme tout le monde, vous y avez eu droit l'année dernière , Repassez l'année prochaine, espèce de profiteurs de pauvres !!!!

Censuré donc le commentaire ! 
En réaction, mon sang n'a fait qu'un tour, malgré le peu d'envie d'écrire en ce dimanche, souhaitant profiter un peu de mes filles alors que les journées sont bien chargées à l'approche des élections cantonales. Le conditionnel ne m'est pas autorisé ? Qu'à cela ne tienne !

Vérification illico-presto de ces propos, à force de maints coups de téléphone, mails...Bref tout ce qu'un ou une journaliste fait, alors que je ne le suis pas ( journaliste ).


Et voici ce qu'il en ressort :
- revalorisation des prestations familiales de 1,5% au 1er janvier 2011 ( inflation prévisionnelle pour 2011) ,
- aides au logement revalorisées elles, seulement de 1,1 %,
- revalorisation des plafonds ouvrant droits à certaines prestations ( PAJE, complément familial, ARS...) de
0,1%, vous avez bien lu, 0,1% !


De fait, cette non revalorisation va écarter un nombre important de familles, qui ont tant besoin d'être aidées.
Concernant la prestation VACAF ( aides aux temps libres), cette année encore, l'enveloppe ne sera pas revalorisée. Cependant, dans le Loiret, l'évaluation présentée au CA de novembre 2010 montre que la CAF du Loiret se situe toutefois au dessus de la moyenne nationale. Ce qui pourrait sembler être de bon augure.

Las, chaque CAF définissant sa propre politique d'action sociale, toutes n'ont pas défini le départ des familles en vacances comme une priorité, alors que 51% des français ne sont pas partis en vacances en 2009 faute de moyens financiers.( sources : Déclarations des administratrices CGT de la CAF du Loiret lors du vote du budget de l'action sociale ).

Ainsi, comme je l'ai dit dans mon commentaire, dans le Loiret , on mutualise bien « la pauvreté » : la famille qui a eu droit une année à l'aide VACAF, n'y a pas droit l'année suivante, même si elle répond aux critères de QF. Information confirmée dans le compte-rendu du CA de la CAF.

En ce qui concerne les autres aides, je ne renie rien de ce billet que j'avais fait sur mon blog en 2009. Rien n'ayant changé ou évolué depuis.

Unilatéralement la Caf du Loiret a décidé cette année-là (2007), que les enfants, les ados notamment à partir de 16 ans n'avaient plus besoin de bénéficier de bons vacances. Conséquence, la limite d'âge pour bénéficier des bons vacances eux-mêmes déjà assujettis au quotient familial, a été ramenée de 18 à 16 ans .

Dans le même temps, la fourchette des 30 jours par an d'ouverture de droit a été ramenée à ...15 jours. Faut être réaliste, les pauvres ne partent pas en vacances, alors 15 jours, ils n'ont qu'à s'en contenter ! Olé, mais Tollé !

Cette année, soit deux ans (2009) plus tard et les réactions qui ne se sont pourtant pas faites attendre, le nombre de jours est remonté à 21 jours, mais toujours pour les moins de 16 ans. Doit-on s'en contenter ?

Dans cette société où les solidarités sont mises à mal chaque jour, certains seraient tentés de dire : - "C'est mieux que rien...". Pourtant encore une fois, c'est au grignotage indécent des possibilités des plus démunis à atténuer les effets du manque d'argent que l'on assiste.

Par ailleurs, si vous êtes une famille avec adolescents et si vous n'avez toujours pas compris le crédo :
- Une fois vos enfants devenus ados, qu'ils aient ainsi plus que d'autres besoin de s'aérer la tête, le corps et l'esprit, de partir loin des quartiers d'Orléans (ou d'ailleurs) , où l'ennui le dispute aux dénuements de toutes sortes et bien encore une fois : Tant pis pour eux, tant pis pour vous !

Alors si en plus, ce sont de jeunes adultes de plus de 21 ans, qu'ils n'ont toujours pas de travail, - on ne se demande plus pourquoi tandis que les agences intérim ferment elles-aussi au même rythme que les entreprises du département -, c'est la double punition pour les parents et pour eux :
- Toujours à charge,
- Plus aucune prestation,
- Pas de droit au RMI,
- Encore moins au RSA.


Rajout de cette année 2011 :
depuis 2010, les jeunes de moins de 25 ans ont au droit au RSA, à conditions qu'ils aient travaillé sans discontinuer 2 années durant les 3 années précédant l'année de la demande, autrement dit : quasiment personne ! Pour le Loiret, cela a donc été moins de 100 jeunes bénéficiant de cette mesure pour l'année 2010 !

Bref, les parents désargentés qui n'ont pas plus de moyens pour autant, doivent trouver des trésors de débrouille pour continuer à faire vivre et nourrir dignement leur famille .

Pour en revenir aux bons vacances et leur montant de 11,50 euros journaliers, montant qui n'a pas été réévalué depuis de nombreuses années, la CAF les accorde sous réserve de quotient familial, pour diminuer un peu les frais occasionnés par une inscription en colonies de vacances.

Mais voyons un peu comment une famille peut y envoyer ses enfants, de moins de 16 ans bien entendu.

Car côté tarif, il faut visiblement "nager" dans une autre catégorie !

Exemples ci-contre :
- 879,89 euros pour 15 jours
- Aides CAF 11,50x15 = 172,50
- 707,39 euros à votre charge, pour un seul enfant.
Soit pour nombre de familles, plus de la moitié de leurs revenus mensuels.

Alors celles qui sont en dessous du seuil de pauvreté...



Et comme on pourrait me taxer d'avoir choisi un exemple avec un montant élevé, alors que croyez-moi, c'est loin d'être le cas, j'en ai trouvé un autre qui propose un tarif inférieur à partir du 17 août .

- 604 euros pour 10 jours
- 115 euros bons vacances
- 489 euros à votre charge

Ne pas oublier cependant la participation aux frais de transport.

Alors, n'y a-t-il pas là des questions à se poser ?
Est-ce que lorsque les colonies de vacances ont été créées, il y a bien longtemps, ce n'était pas pour aider les familles qui ne pouvaient s'offrir de vacances, et en conséquence pas à leurs enfants ?

Récupération, détournement, et ce sont les enfants de ceux qui ont le plus de moyens qui partent...

Mais sans doute ai-je mal compris et mal analysé...

Eux, ils créent des richesses, tandis que les autres voient passer la vie.
Jusqu'à quand allons-nous accepter cela ?

Il semblerait que dans notre société, la vérité, celle qui n'est pas auto-proclamée d'état dérange : Il n'empêche, tant que j'aurai de la voix, le pouvoir de décrypter, expliquer et dénoncer : Je ferai !!!

C'est le sens de mon billet.

Commenter cet article

Le ch'timi 06/02/2011 20:28



Bonsoir Circé..






Salauds de pauvres !


de Jacques Deroo


Entre un père alcoolique vivant de menus larcins et une mère immature qui boucle ses fins de mois grâce à quelques passes, la vie de Jacques Deroo était toute tracée. L'Assistance Publique et
son cortège de familles d'accueil plus ou moins bien intentionnées, les chapardages et les centres de correction feront le reste.


Comment trouver sa place dans un monde qui vous a ainsi marqué au fer ? Les deux CAP obtenus par le jeune apprenti — serrurerie et soudure — n'y suffiront pas. Alors, c'est la délinquance, la
prison, la rue et leur compagnon : l'alcool. Jacques Deroo est devenu SDF.


Grâce à quelques rencontres, grâce à l’Armée du Salut, il reprend pied. Dans les centres d’hébergement, il attrape le « virus du social », se transforme en homme de terrain, fait la
connaissance de Patricia.


Il débute une nouvelle vie, guère moins effroyable que la précédente mais, cette fois-ci, il a un but : s’en sortir. Et s’en sortir avec et pour les autres.


C’est ce parcours que Jacques Deroo nous raconte. Récit d’une résurrection, Salauds de pauvres ! est, en même temps, un témoignage sur l’exclusion, la violence urbaine, et un
réquisitoire qui ne dissimule pas que l’humanitaire est également un business gangrené autant par les querelles de pouvoir que par l’injustice.


 


bone soirée d'un dimanche bien triste


Patrick




Circé 06/02/2011 20:38



Bonsoir Patrick,


Et merci pour ce long commentaire si dense et si riche.


Un long dimanche triste...Demain sera un autre jour. J'attends moi-aussi des jours plus lumineux.



Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "