Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
08 Oct

Plainte contre publicités sexistes pour promouvoir la consommation du fromage cantal banalisant les violences faites aux Femmes à l'ARPP.

Publié par Circé  - Catégories :  #Violences faites aux femmes, sexisme, machisme

Voici la plainte que je viens de déposer auprès de l'ARPP, que j'ai envoyé également à l'association La Meute des Chiennes de Garde contre les publicités sexistes ainsi qu'à la société Polygône, conceptrice de ces spots TV.
Dénoncer sur un blog c'est bien, aller au-delà, c'est mieux :

Pubs pour le fromage Cantal : "L'oublier peut être fatal" ou Comment surfer allègrement sur les Violences faites aux Femmes et les Banaliser !

Ce sont pour l'instant deux spots télévisés qui apparaissent sur nos écrans TV plus deux spots à destination du net.
Le slogan de cette campagne est déjà : " Oublier le Cantal peut-être fatal
", tout un programme effectivement.
Donc deux spots TV.

Le premier nous montre une jeune femme blonde, trentenaire étourdie prénommée Chantal ( pour rimer avec cantal, comme c'est fin et délicat ) nous dit la campagne de pub  qui visiblement part sur la route des vacances avec son compagnon.
Celui-ci s'exclame tout à coup : "Chantal tu n'as pas oublié le cantal ?".
Consternation de la jeune femme (elle l'a visiblement oublié) qui se retrouve éjectée de la voiture, déposée avec ses bagages sur le bord d'une route avec en dernier plan, son sac à main qui vole vers elle tandis que son compagnon démarre et part sans elle.
Le second montre la même jeune femme qui se voit opposer un NON le jour de son mariage à la mairie pour le même oubli.
 
Déjà colère de ma part.
Comment peut-on ainsi surfer aussi aisément et sans complexe sur les violences conjugales que subissent chaque jour nombre de femmes ?
Comment peut-on même les banaliser, les rendre aussi anodines et insignifiantes au sein d'une société ?
Les deux accréditent que c'est parfaitement normal.
Un oubli de nourriture mérite sans doute cela.
De plus, on continue à véhiculer que le rôle d'une femme est de penser à la nourriture et d'être sous tutelle d'un mari ou compagnon .
C'est lui qui conduit, la laisse sur le bord de la route.
La voiture est-elle donc juste à lui ?

Cependant dans la "vraie vie", pour bien moins que cela des femmes reçoivent coups et insultes et certaines y perdent même la vie sous les coups de leurs tyrans domestiques.
1 tous les deux jours et demi selon les dernières statistiques, qui ne prennent pas en compte celles qui succombent au-delà de trois jours.

Je décide donc d'aller sur le net pour voir quelle est la société qui a lancé cette campagne et je découvre avec effarement que cette campagne de pub est non seulement une "oeuvre" de la société Polygône, mais qu'en plus elle est soutenue par :
Le Ministère de la santé, la communauté européenne, le conseil régional auvergne, le département du cantal et les fromages AOC du cantal...
Rien moins que cela.

Mais ma stupeur n'en reste pas là.

Deux autres spots sont diffusés uniquement sur le net.

Le premier de la série web situe la même jeune femme, Chantal lors d'une escalade en montagne.
Même question du énième compagnon .
Il est à noter qu'à chaque fois le personnage masculin est différent tandis que celui féminin est toujours la même jeune femme.
Décidément ces femmes, blondes de surcroît sont des moins que rien, éc
ervelées ou "étourdies" comme dit la campagne, et c'est pour cela qu'elles perdent leurs compagnons et vont finir par y perdre la vie ? n'est-ce pas .
Donc cette jeune femme se retrouve suspendue dans le vide tandis que son compagnon fouille son sac à dos pour vérifier la présence du dit fromage.
Quant au second,  ô humour suprême l'dée est carrément suggérée qu'elle s'écrase au fond du ravin..
Son cri s'estompe en même temps qu'elle tombe alors que le bruit du post-it qui assène "oublier le cantal peut être fatal" est censé couvrir le bruit mat du corps qui se disloque sur le sol..

Voilà, je suis proprement scandalisée.
Je sais ce que l'on va encore dire, que c'est de l'humour, que nous ne comprenons bien évidemment rien, que nous sommes, nous Femmes, des "pisse-froid", mais vraiment il y en a marre.
Apprendre en plus que cette campagne coûte deux millions d'euros par an sur trois ans est proprement insupportable et insoutenable.
Le combat contre les violences faites aux femmes n'est pas gagné.
Cette société patriarcale peut se targuer de civilisation, je ne vois aucune différence dans la banalité de traitement de cette problématique avec les meurtres dits d'honneur d'autres sociétés jugées barbares.

Pubs, sexistes, macistes, reconnaissant implicitement le droit aux hommes de se comporter ainsi.
Celui qui a droit de vie et de mort sur la femme toujours vue comme un objet-punching-ball-défouloir.
Honte à la société Polygone ainsi que ceux que j'ai précédemment cités et qui soutiennent cette campagne de pub.
Quant au cantal...

Vous rendre compte par vous-même :
http://www.oublier-le-cantal-c-fatal.com/pages/films.php
 
Dominique Tripet - Orléans, le 08 octobre 2009.

* J'ai également interpellé le département du cantal, la région Auvergne, les délégations Femmes de l'Assemblée Nationale et du Sénat, le CSA .
Concernant le Ministère de la Santé puisque sont apposées les mentions " Pour votre santé, pratiquez une activité physique régulière
www.bougermanger.fr" ainsi que le logo de la République Française, j'ai tenté de les contacter téléphoniquement ( pas de mail !!!!! alors que Nicolas et Carlita twittent !!!!!), on m'a aimablement raccroché au nez car cela ne les concerne pas !
Commenter cet article

Les auditeurs de france info (enfin pas tous!) 15/10/2009 20:20


Bonjour,
Nous sommes plusieurs à avoir entendu votre combat aujourd'hui sur france info, plusieurs hommes et plusieurs femmes et le premier mot qui nous vient à l'esprit est ridicule.
Ce "combat" si l'on peut appeller cela comme ca est pitoyable ne repose sur rien mais peut être légitimé si l'on considère votre statut de blogueuse en manque de notoriété.
Alors pour reprendre le slogan du Cantal: Oublier de rigoler, ça peut nous tuer...!


Circé 16/10/2009 00:18


Et bien je vais raisonner de la même façon que vous, changez de radio parce que visiblement elle vous diffuse des infos ridicules, autant que votre commentaire ?


Raphaël 15/10/2009 18:35


Je persiste: je trouve la réaction exagérée. Comment pouvez-vous parler de violence conjugale dans cette pub? La seule qui s'en rapproche, c'est la version 2 de l'escalade mais il y a bien le plan
du mousqueton pour montrer qu'elle ne subit pas de violence. Il s'agit juste d'un vieux mécanisme de rire par la chute (même si je souligne à nouveau que le gag me paraît très pauvre). On est à
mille lieues de la violence conjugale. Même pas à la hauteur de la pub de Babette (celle qu'on fouette, j'imagine que vous voyez de quelle pub je parle).

Alors certes, j'imagine bien que les femmes qui ont vécu des violences peuvent, à cause de leur vécu, mal ressentir cette pub (et sa diffusion uniquement par le web, contrairement aux deux autres,
devrait limiter cela). J'aurais tendance à reprendre le vieil adage de maître Desproges: "on peut rire de tout et pas avec n'importe qui". Mais dire que cette pub de mauvais goût est une
banalisation de la violence conjugale (qui je rappelle a aussi des hommes parmi ses victimes), c'est un peu fort de roquefort! (vous remarquerez que j'en profite pour faire de la pub pour un
concurrent)

Evidemment, vous ne pouvez qu'avoir des soutiens des milieux concernés (victimes ou spécialistes des femmes battues) mais ça n'enlève rien à ce que j'ai écrit dans mon premier commentaire: je pense
que vous faites réellement une montagne d'un gag nul au lieu de lutter contre les vraies préoccupations.

Vous semblez relativiser ma remarque sur le rose et le bleu mais elle a à mon avis beaucoup plus d'importance que cette pub marginale car elle perpétue des stéréotypes qui vont dans le sens d'une
grande différence hommes-femmes et les violences persisteront tant que ces différences existeront!


Circé 16/10/2009 00:20


Excusez-moi, mais là, à cet instant et comme les conseilleurs ne sont pas les payeurs, luttez donc vous même contre ce qui vous préoccupe . 


Raphaël 15/10/2009 17:26


Bonjour, je me doute bien que votre message part d'un bon sentiment. Mais il me semble à la fois risible et contre-productif.

Cette pub est certes d'un humour de qualité très moyenne et se base sur une vision qui peut effectivement sembler rétrograde (je note par exemple le commentaire précédent qui voit dans cette pub le
présupposé "c'est donc la femme qui s'occupe de la bouffe", ce qui est une interprétation pertinente mais ça reste une interprétation).

Toutefois, en faire un symbole de rabaissement des femmes et de banalisation de la violence, je trouve ça ridicule! C'est un gag, rien de plus, qui aurait été le même avec un rapport inversé:
"Pascal tu n'as pas oublié le Cantal?" aurait presque marché de la même manière et n'aurait bizarrement pas fait réagir! Le choix de "Chantal" n'a probablement été fait que par la proximité avec
"Cantal", donc dans la recherche d'un slogan percutant qui reste dans les esprits. C'est aussi simple que ça!

Et c'est là où votre appel est contre-productif: faire valoir que c'est la femme qui est la victime soi-disant perpétuelle reviendrait à donner 2 solutions: 1) on renverse les rôles de manière
systématique en mettant l'homme à la place de la victime de ce genre de gag (et le féminisme devient alors un reflet du machisme, ce qui est un comble!) ; 2) on interdit ce genre d'humour (et on va
droit dans un conservatisme qui flirte avec la censure!). Bref, ce genre de remarque peut donc contribuer à renforcer la mauvaise image que produit un féminisme strict qui voit le mal partout et ne
s'autorise aucun sens de la nuance ou de l'humour, au dépens d'un égalitarisme sensé.

Vous vous trompez de lutte! Plutôt que de pointer du doigt une anecdote ridicule (soit dit en passant si votre polémique marche, vous ferez encore plus d'écho à cette pub et elle aura donc un
meilleur impact sur les ventes!) et commencez plutôt par des choses beaucoup plus stéréotypantes et handicapantes comme la présence du "rayon filles" (en rose) dans les magasins de jouets, pour ne
citer qu'un exemple. Ce genre de chose est d'ailleurs d'autant plus essentiel qu'il touche aussi les garçons qui voudraient jouer à la poupée! Donc au lieu de vous focaliser sur la victimisation
féminine, il vaudrait mieux agir dans le sens général pour une société plus homogène (donc plus juste). Ce n'est que dans cette société que pourra exister sans problème et de manière équilibrée ces
gags qui alterneraient alors hommes et femmes comme victimes.

Cordialement
Raphaël, égalitariste militant.


Circé 15/10/2009 17:59


Bonjour Raphael,
Je suis en train de rédiger une lettre ouverte qui sans qu'elle vous soit adressée répond en quelque sorte à votre commentaire.

Sachez d'une part que je ne pense pas que l'on parle de la même chose c'est à dire des stéréotypes ; du rose pour les filles et le bleu pour les garçons, des poupées pour les unes et des voitures
ou reproduction d'armes pour les autres...
Je parle ici de violences faites aux femmes.

Et je sais de quoi je parle, et oui cette publicité les banalise et non ce n'est pas une plaisanterie, et non je ne me trompe pas de combat.

Je vous invite à lire cette lettre ouverte lorsqu'elle paraitra étant très occupée jusqu'à cette fin de semaine, je ne pense pas la faire paraître avant.

Inetrrogez-vous simplement sur ceci, pourquoi ai-je le soutien de psychologue, psychiatre ou psychanalyste qui interviennent auprès des femmes victimes de violences?


Chantal 15/10/2009 16:42


Madame,
C'est tellement facile de tirer sur la pub.
La campagne se moque aussi bien des hommes.
En tant que féministe active, je ne trouve pas cela dégradant.
Nous n'avez donc rien d'autre à vous mettre sous la dent.
Voyez l'humour et le second degré avant de vous attaquez à ce genre de pub !


Circé 15/10/2009 18:09


Madame,

J'aurais aimé il y a quelques années dans une autre vie que ce que j'ai vécu soit de l'humour.
Visiblement celui qui m'a éjecté de sa voiture qui était par ailleurs le père de mes enfants alors que j'avais osé ce jour-là me vernir les ongles dans une couleur tout à fait neutre voire
quasiment invisible, et qui était aussi un tout petit peu à l'époque mon mari ne l'avait pas du tout.
Je regrette que pour l'oubli d'achat d'une baguette de pain il n'ait pas eu non plus le sens de l'humour.
Je regrette de ne pas avoir su esquiver la valise qu'il me jetait au travers du visage, ni d'avoir pu sauver le moindre vêtement ou le moindre livre ou le moindre cours qui brûlaientt tel un
autodafé sur la pelouse de notre domicile au vu et au su de tous nos voisins.
Je regrette que la police n'ait pas pu le coincer lorsqu'il a essayé de me renverser en voiture, je regrette aussi quelle n'ait pu le prendre sur le fait au moment où il défonçait la porte de mon
domicile et pointait une arme à feu sur moi tandis que j'avais réussi à ce que mes enfants s'enferment dans d'autres pièces...
Je regrette...., je regrette....

Tiens si vous le voulez j'ai plein de nouvelles idées pour de futures campagnes de pub !
Comme nous allons bien rire toutes et tous ensemble.

Autrement nous pourrions aussi nous interroger pour savoir qui sera la suivante ,
Ah non, j'oubliais, pas de sens de l'humour, mais j'ai eu de la chance, il ne m'a pas cassé toutes mes dents donc j'ai des pubs à la con à mordre.
Vous comprendrez en ce cas que je sais de quoi je parle, comme toutes les femmes que j'ai rencontrées dans le foyer pour femmes victimes de violences conjugales que j'ai intégré plus tard et qui
peuvent vous raconter des anecdotes tout à fait croustillantes qui j'en suis sure seront aussi de très bonnes idées pour une très bonne campagne de pub, que ce soit pour un frometon à la con, une
bouteille de cola business ou autre !

Sans doute n'ont-elles pas le droit, ni moi non plus d'ailleurs de dénoncer cette banalisation, de voir la réalité de la situation telle que vous n'avez pas envie de la voir;  sans doute trop
dérangeant, n'est-ce pas ?
Peut-être faisons-nous toutes dans le pathos et en tant que victimes après des années de silence et de culpabilité subie; l'indifférence de notre société quant à cette problématique, nous n'avons
encore que le droit de nous taire, parce que c'est vrai, tout cela n'est qu'une énorme plaisanterie.

Allez aussi l'expliquer aux parents, aux enfants des 166 femmes mortes l'année dernière en France.
Vous verrez comme ils ont de l'humour et sauront rire de cela !


Meli 14/10/2009 19:43


Après la réaction de Miguel, je me dois de répliquer. Juste un commentaire pour dire que les sentiments qu'ils me prêtent ne m'ont jamais traversé l'esprit. Il me semblait pourtant avoir pris des
gants pour ne vexer personne. Désolée qu'il n'en ait pas été ainsi.
Une dernière remarque m'est venue à l'esprit : imaginez qu'au lieu d'une femme, nos amis les bêtes aient été mises en scène dans avec un message aussi peu élogieux à leur endroit que celui qui
concerne les femmes, je suis convaincue que les associations protectrices des animaux se seraient immédiatement insurgées.


Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "