Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 Mar

La Barbe !

Publié par Circé  - Catégories :  #Femme, Société et politique

Une petite vidéo que je dédie tout spécialement à certains jeunes étudiants qui n'aiment pas beaucoup que les filles prennent la parole lors des AG, les préférant derrière eux à essuyer le tableau.

Sans doute sont-ils plus habitués à ce qu'elles jouent les pom-pom girls ou les groupies.
Mais au risque de se faire taxer "d'autoritaire", "d'aimer le pouvoir" et de "refuser de faire un strip-ease" pour attirer le chaland couillu, poilu turlututu chapeau pointu, certaine jeune fille, rejetonne d'une amie très chère, refuse vos étiquettes .
Et je lui rends hommage ici.

Mention très spéciale aussi à Serge GROUARD, Député-maire d'Orléans qui s'obstine, comme Eric DOLIGE, Président du Conseil Général, pour son cas, et en cela ils peuvent au moins s'entendre, à répondre à tout courrier émanant de femmes conseillères générales ou municipales en commençant par cette phrase :

" Madame le Conseiller Municipal " ou bien " Madame le Conseiller Général "...

Déjà qu'au niveau démocratie locale, on attend toujours que ce Monsieur veuille bien enfin, laisser les conseillers d'opposition tenir une vraie permanence, dans un vrai bureau et non à l'extérieur avec table et chaises pliantes.
Alors l'attitude sexiste et misogyne...

Au fait les filles, et un comité " La Barbe " à Orléans ?

Au niveau : Conseils Municipal, Général, dans les assemblées étudiantes, syndicales, politiques et autres, il y a du boulot.

Alors, quoi ?

LA BARBE !

Commenter cet article

Didier Goux 21/03/2009 22:07

Minijack : ravi de vous connaître... et bon courage...

Circé 22/03/2009 11:12


@ Didier : Et bien au moins, vous n'aurez pas perdu votre temps, ravie d'avoir pu vous rendre service en vous présentant


minijack 19/03/2009 13:19

@CircéJe n'en rajouterai pas à votre vision hommo-phobe (avec deux m), mais quand vous parlez de cosmétique pour messieurs, avouez que la proportion de messieurs dans les salons d'épilation et de soins corporels est encore très limitée, d'autant que la plupart de ces messieurs sont souvent des "messieurs-dames"... Oui, je suis sexiste. Et je le revendique. Non pas comme moyen de ségrégation (ni positive ni négative) mais comme mode de reconnaissance. Ce n'est pas moi qui l'ai voulu ainsi, c'est Dame Nature... (Encore une femme ! ;c)Je considère que l'homme et la femme sont deux entités très distinctes, différentes par essence, et qu'elles doivent conserver ces prérogatives identitaires. Ca ne veut pas dire que les uns seraient plus doués que les unes pour telle ou telle tâche, ni réciproquement. Un homme peut parfaitement faire la vaisselle sans se dégrader, tout comme une femme peut commander avec maestria un chantier de construction ou faire de la politique comme un(e) chef(taine). (marrant, le féminin retire d'un coup du sérieux et de la puissance au terme...) En dehors de la force physique, et encore, les femmes sont capables des mêmes choses. Nos cerveaux nous permettent d'élaborer des projets identiques, mais il n'en est pas moins vrai qu'ils ne fonctionnent pas de la même façon, et que nos réactions ou initiatives ne sont pas mues par les mêmes ressorts psychologiques. Il est donc essentiel de ne pas tout confondre dans une sorte d'androgynat virtuel que la nature nous refuse catégoriquement depuis des millions d'années. Un poète --de vos amis sans nul doute-- disait : "La femme est l'avenir de l'homme". J'y croirais volontiers. Mais le sera-t-elle toujours si elle se masculinise en prétendant paradoxalement adapter le vocabulaire à son sexe ? Pour le coup c'est vous qui devenez "sexiste".   

Yves CLEMENT 18/03/2009 19:19

J'ai toujours pensé qu'il fallait agir chacun et chacune à sa place pour ce genre de cause. Les petites décisions font beaucoup dans le temps.Sans être exemplaires très certainement, je veux rappeler que le Mouvement Démocrate a organisé toutes ces instances de manière paritaire : A la Présidence Départementale 3 hommes et 2 femmes, au Bureau et au Conseil, parité totale. Et pour les élus, même si nous avons nous aussi des efforts à poursuivre, je signale 6 élus MODEM dans l'équipe municipale d'Orléans : 3 femmes et 3 hommes.

Circé 18/03/2009 21:59


@ Yves Clément :
Merci pour votre témoignage. Nous avons aussi cette parité au niveau secrétariat de section : 3 femmes et 3 hommes, dont une secrétaire de section.  


5050 18/03/2009 18:33

Moi ce qui me gêne dans ce billet, c'est le côté féministe."Sans doute sont-ils plus habitués à ce qu'elles jouent les pom-pom girls ou les groupies. Mais au risque de se faire taxer "d'autoritaire", "d'aimer le pouvoir" et de "refuser de faire un strip-ease" pour attirer le chaland couillu"Sommes-nous tous comme ça ? J'en ai vraiment ras le bol de ce discours qui catégorise les hommes d'un revers de verbe si bref et facile. Si toutes les revendications des féministes s'appliquaient, on en reviendrait à la situation inverse du machisme. Serait-ce un bien en soi ?Alors ok, il y a beaucoup d'expressions qui défavorisent les femmes - conseillère, la ministre, la maire, etc, ok - mais dans la limite du respect de la langue française ; mais il ne faut pas pousser non plus trop loin.C'est cette catégorisation à outrance et cette vision des choses si stigmatisante revenant à ramener les hommes à de simples benêts dénués de tout sens de critique et toutes les femmes à des êtres capables de choses mirobolantes et magnifiques qui m'énerve. Sérieusement.

Circé 18/03/2009 22:07


5050 : En ce qui concerne lr trois premières assertions : autoritaire, aimer le pouvoir et faire un strip-ease, c'est ce qu'a entendu la jeune fille que j'évoquais dans ce billet,parce qu'elle
avait osé demandé la parole, exprimé son opinion qui n'était que divergente mais pas contraire de la part d'étudiants qui comme elle, luttent actuellement.
Enervée parce qu'une décision prise en AG venait d'être changée sans concertation aucune par quelques-uns, c'est ce qu'elle s'est vue taxée.
Concernant le camarade qui l'accompagnait, très encolère et plus remontée qu'elle, on lui a répondu que l'on comprenait sa colère et qu'il avait raison de l'être.
Deux poids, deux mesures pour une meme réaction.
Seule différence l'une est un femme, l'autre un homme.
Et encore a-t-elle eu de la chance qu'on ne lui ait pas demandé si elle avait "ses périodes", alors le reste, permettez que moi aussi je me gausse de la gente masculine.
Visiblement vous n'appréciez pas plus que nombre de femmes ou jeunes femmes d'être réduit à cela, peut-être comprendez-vous en partie ce que nombre de femmes peuvent éprouver, de
l'enfance à l'adolescence puis femme .


minijack 18/03/2009 16:31

@kamizoleSelon vous, il aurait fallu demander au Préfet Poubelle de s'appeler autrement ? Ce genre d'argument touche à l'ineptie. Je suis tout à fait d'accord avec Didier Goux. Il y a des mots féminins qui s'appliquent aux hommes et des mots masculins qui s'appliquent aux femmes. C'est comme ça depuis des décennies, voire depuis des siècles. Pourquoi faudrait il changer les mots ? Ce ne sont pas les mots qui comptent mais les fonctions. Changer les mots --c'est du même coup pervertir leur sens-- n'est que la révélation d'un système qui n'assume plus ses contradictions. Ce n'est pas les résoudre. Quelle importance qu'une femme porte le titre de Un ou Une ministre ? Ce qui compte c'est qu'elle soit BONNE dans cette fonction. Et il y a des hommes qui n'y sont pas BONS simplement parce qu'ils seraient des hommes. Est-ce qu'UNE ministre serait meilleure parce qu'on l'appellerait Madame LA ministre ? J'ai quelques doutes sur la question. Tout ça n'est qu'une cosmétique du langage et la cosmétique est une chose très féminine.  

Circé 18/03/2009 17:58


@ Minijack : Moins sexiste que vous, je ne vois pas.
Question cosmétique, il me semble bien que les hommes s'adonnent dorénavant tout autant que certaines femmes aux délices du lifting, des injections de botox, de lipposuccion, et de tartinage de
crèmes en tous genres.
Sans oublier les poils.
Encore une fois, je ne vois pas en quoi la féminisation de la fonction vous enlèverait quoi que ce soit, sinon d'adapter effectivement des fonctions initialement pas prévues pour des femmes qui
n'avaient pas le droit de vote.
Les choses ont changé, alors conserver ce genre de désuètude, qu'est-ce ?


Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "