Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
04 Mar

Les Malades Solidaires sous les Ors de la République.

Publié par Circé  - Catégories :  #Franchises Médicales, HPST, Sécu cinquième risque


Lundi 02 mars 2009 14H, Assemblée Nationale.
Nous voici donc attendus par un groupe de parlementaires de l'opposition .
Avec nos 250 kgs soit 260 000 pétitions supplémentaires contre les Franchises Médicales et pour la sauvegarde de nos hôpitaux publics.

Nous sommes sept à être reçus.

Avec bien évidemment en tête Bruno-Pascal Chevallier, Eric Taillandier, Sylvie Dubois de la Mutuelle Familiale, engagée depuis le début à nos côtés.
Et aussi Cécile, David, Monique retraitée, et moi-même.


Enfin le magazine Viva qui sous la plume de sa journaliste à relayé l'info.
Sans compter ceux qui s'en sont fait l'écho, dont libéorléans par exemple.

Heureusement que Sylvie, rôdé à l'exercice avait emmené son "roule pratique" !
Car manier tout cela n'a pas été un exercice simple, mais nous y sommes arrivés.

Passage obligatoire devant les détecteurs divers et variés à l'entrée, puis direction la salle où nous sommes attendus entre autres par Catherine Lemorton (PS), Martine Billard (Vert), Jacqueline Fraysse (PCF), Marisol Touraine (PS), Christian Paul (PS) Jean Mallot (PS).

Notre audience va durer deux heures.

Tour à tour nous allons pouvoir nous exprimer concrètement sur ce que sont les impacts :

- des franchises médicales et des participations forfaitaires cumulées ( 100 euros par an et par personne majeur ),

- accrus  avec les pratiques révoltantes des dépassements d'honoraires qui devraient purement et simplement être abolis,

- les déremboursements infondés et sur lesquels les laboratoires font des plus values colossales en multpliant leurs prix par 3, 4 voir 5, 

- des molécules telle l'AZT, largement rentabilisée mais encore commercialisée à 1700 euros pour un mois de traitement en France alors qu'elle est vendue aux alentours de 15 euros dans les pays en voie de développement,

- des dates de rendez-vous inacceptables dans les hôpitaux publics qui repoussent les consultations et soins aux calendes grecques, alors que dans le même temps ces mêmes rendez-vous peuvent avoir lieu en moins de 48H si vous choisissez le secteur privé au sein de l'hôpital...

Comme inégalités criantes voilà matière à réflexion.

Alors que dire des praticiens qui officient en secteur public, avec du matériel public, (sachant par ailleurs que tout matériel même en secteur privé est financé par l'argent du contribuable !), dans un cabinet dont ils n'ont aucune charge à payer, mais qui pratiquent des dépassements d'honoraires dignes des cabinets médicaux hollywoodiens est proprement de l'arnaque pour ne pas dire du racket.

Voilà bien longtemps que le serment d'Hippocrate est devenu le serment des Hypocrites .
Avec la complicité des gouvernements successifs qui ont envisagé, accepté et entériné ce genre de pratiques.

Tout ce que nous avons dit a été noté et dit ensuite lors de la séance qui débutait à 16H.
Nous avons pu assister au début des débats, ne pouvant rester jusqu'au bout, impératif de retour des uns et des autres faisant loi.

Je ne saurai vous dire tout ce que le décorum de l'Assemblée a pu provoquer en moi.

La garde républicaine au garde à vous attendant le passage du président de l'assemblée, les huissiers en veste à queue de pie, tous ces jeunes gens pressés condescendants qui croisaient notre chemin, à n'en pas douter diplômés de ces grandes écoles qui n'ont plus aucune prise avec la réalité, le peu de députés présents, à peine une trentaine pour débattre d'un projet qui va crucifier nombre d'entre nous, la morgue de Mme Bachelot, n'écoutant pas les intervenants, signant des dossiers, répondant à côté, avec des contre-vérités tellement flagrantes que c'en est une honte !

Savez-vous que d'après elle, les femmes ne participent pas ou très peu au dépistage du cancer du sein alors que "tout est gratuit".
La réalité, c'est que deux clichés de mammographie sont gratuits, mais que toutes autres recherches approfondies sont elles payantes.

Simple exemple, découverte de kystes à l'isue de la mammographie et donc échographies à l'appui.
Les échographies sont payantes.
Et si vous avez le malheur d'avoir un cancer, tous les autres examens aussi.
Je ne vous parle même pas des 18 euros des frais de biopsie qui restent à votre charge, des chimios, radiothérapies auxquelles sont appliquées les participations forfaitaires, ni même des transports en VSL qui sont de plus en plus refusés par la CPAM, alors les franchises médicales sur les médicaments...

Bref, tout cela est répugnant pour notre République, pour ce qui fonde nos solidarités.

Me sont venues quelques images en tête dans ce lieu chargé d'histoire.
Celles des révolutionnaires qui ont investi ces lieux à maintes reprises à partir de 1789.
Des fantômes tellement présents qu'ils sont pour ma part, prêts à ressurgir.

Tant de mépris, d'arrogance, de déconsidération du citoyen, d'affront ne pourront plus perdurer ad vitam aeternam...
Quand le peuple n'aura plus rien à perdre, et c'est en passe d'être le cas, alors tout sera à craindre !
Commenter cet article

Kamizole 04/03/2009 15:58

Je recommande particulièrement la lecture de l'article du Monde sur la dégradation des conditions de travail - des médecins aux aide-soignants - à l'hôpital et même en clinique que je viens de lire sur le Monde...

http://abonnes.lemonde.fr/politique/article/2009/03/03/les-possibilites-de-bien-soigner-a-l-hopital-n-ont-fait-que-se-degrader_1162818_823448_2.html

C'est bien simple, les grandes salles communes de 40 malades mises à part, la situation sur le plan matériel et du manque de personnel est devenue à peu près celle que j'ai connue quand je suis rentrée à l'Ecole d'infirmières de l'Assistance Publique en... 1968 !

En pire parce qu'alors les choses commençaient à bouger, on recrutait des infirmières et des élèves, etc...

Et pendant ce temps-là, la mère Bachelot peut aller "faire son intéressante" à l'Assemblée nationale et raconter force sarkonneries !

Du goudron et des plumes (roses ! pour aller avec ses sabots "dondaine") c'est tout ce qu'elle mérite.

Je vais bien sûr pousser un nouveau coup de gueule mais pour l'instant, deuxième journée consécutive le blog se met en rade l'après-midi (ce doit être une "affaire Corse" : la sieste...

Je ne sais si c'est wanadoo ou le Monde (pas de problèmes pour aller sur d'autres sites) mais ça commence à me courrir sur le haricot... Hier soir, pour rattraper mon retard j'ai travaillé jusqu'à 2 h du matin. et aujourd'hui, vasouillarde... je vais aller faire une sieste.

Michèle CAILLET (78480) 04/03/2009 11:28

COUCOU,

Tu as diffusé cet article en y rajoutant ta touche personnelle ... BRAVO pour tout ce que tu as écrit !!!

BISOUS et à très bientôt ;-)

Kamizole 04/03/2009 11:25

Comme toujours, tout à fait d'accord avec toi !

Les pauvres peuvent se fouiller... Bachelot incarne le mépris le plus total envers nous - associés aux gros mensonges et une incapacité à occuper ce poste. J'ai aperçu le titre d'un article du Monde que je n'ai pas encore eu le temps d'explorer sur la dégradation des soins à l'hôpital.

Nous n'aurons bientôt plus une médecine à "2 vitesses" mais à 3 ou 4... Pourtant, on ne fait aucunement grâce aux smicards et autres mal payés de leurs cotisations.

Avant, c'était l'Etat qui prenait en charge intégralement les dépenses liées à ce que l'on nommait "fléaux sociaux", comme la tuberculose.

C'était encore vrai en 1970, ce fut le sujet de mon oral sur l'administration de la santé quand j'ai passé le DE.

Ce devrait être la règle pour le Sida, les cancers et toutes les maladies graves, y compris rares ou "orphelines".

Il y a bien assez d'argent en France : il suffirait par ex. de supprimer le "bouclier fiscal" : 12 milliards par an !

Je te rejoins dans ton pessimisme : à force de désespérer les pauvres, ce gouvernement prend de gros risques. La Guadeloupe ne suffit pas ? Et surtout, je redoute bien davantage les "pétages de plomb" individuels.

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "