Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 Jan

Tempête entre dégâts, manipulations, chiffres et responsabilité.

Publié par Circé  - Catégories :  #Désinformation et Politique

Tempête sur l'hexagone.
Ou plutôt tempête sur le sud-ouest ce week-end avant l'avis d'un nouveau coup de gros temps pour le 29 janvier prochain.
Et bien évidemment, dégâts en cascade avec des rafales de vents mesurées à 172 km/h dans la région de Bordeaux au plus fort de l'intempérie.

Notre thaumaturge, qui cette année ne s'est pas encore fait remarquer par un péremptoire " Casse-toi, pauvre c..." est arrivé à la rescousse, tel Zorro dans son hélico ( vous l'imaginez vous sur Tornado, le cheval ou même l'aspirateur ?).
Et d'y aller de ses habituels rodomontades qui en gros disaient ceci :
- " Les assureurs devront payer..." et  " Nous avons tirés les leçons de la tempête de 1999...",  " C'est pour cela qu'il y a moins de foyers touchés et qu'ils seront rétablis en moins de trois semaines... ".

Ainsi notre héros de pacotille et verroterie en tous genres veut encore nous en mettre plein la vue. Croyant ou espérant sans doute qu'il ait encore une once de crédibilité, il nous fait son show habituel et tente de nous faire gober ses indigestes hâbleries et continuelles menteries .

Car en ce qui concerne les assureurs, en quoi Nicolas Sarkozy peut-il avoir le moindre impact sur les remboursements et prises en charge des dégâts ?
Est-il le patron de ces entreprises privées pour leur dire quoi faire et comment fonctionner ?
A-t-il, à la place des préfets, déclaré les départements et région concernée en " arrêté de catastrophes naturelles " ?


Et que dire des surenchères en logorrhée de certain ne voulant pas être en reste après notre TGH ( aoc la pire racaille )?

C'est un Président de la SNCF 
Guillaume Pépy, en déplacement à Morcenx (Landes), qui n'a pas hésité à qualifier de "vision de guerre", le spectacle qui s'offrait à lui.
Je suis sure que les habitants de Gaza qui ont eux payé le prix fort dans leurs chair, sang et destruction le bilan d'une véritable guerre, apprécieraient ce type de réflexion.

Cependant, chacun de s'autocongratuler dans la gestion des lendemains de tempête avec aide et réparations de toutes sortes déclarant à l'envi que tous ont tiré les enseignements des ouragans de 1999.
«Les leçons de 1999 ont été tirées: beaucoup plus de réactivité, moins de victimes, plus d'efficacité», a lancé Nicolas Sarkozy, en déplacement en Gironde dimanche.

Seulement voilà.
Nécessaire petit rappel et retour en arrière en 1999 à l'attention de ceux qui ont décidément la mémoire chancelante..
Je sais Guillaume Sarkozy est à la tête de la Fondation Alzheimer, mais je n'ai pas l'impression  que son auguste frère en soit atteint même s'il en présente tous les symptômes, certes simulés.
Cela mérite cependant éclaircissements.

1999, tempêtes des 26 et 27 décembre :

L'une le 26 décembre, baptisée Lothar traverse le Nord de la France, 
circulant de la Normandie aux Ardennes. Sa trajectoire suit le 49e parallèle, d'ouest en est.
Cette dépression qui touche d'abord le Finistère vers 2 h se situe sur Strasbourg aux environs de 11 h, elle s'est donc déplacée à environ 100 km/h.
Cette première tempête est issue d'une simple depression, soit de la confrontation de deux masses d'air : une froide qui s'immisce sur une chaude.
Résultat : une dépression dite explosive qui se développe trés rapidement et qui bloque l'anémomètre de la tour eiffel à son maximun enregistrable : 216 km par heure !



Mesures des vents générés par l'ouragan LOTHAR

Station (Météo-France) Vents Station Vents Station Vents
Lann-Bihoué 162 km/h Alençon 166 km/h Paris-Montsouris 169 km/h
Ploumanach 148 km/h Strasbourg 144 km/h Chartres 144 km/h
Dijon 126 km/h Rennes 126 km/h Nancy 144 km/h
Rouen 140 km/h Orly 173 km/h Nantes 126 km/h
Troyes 148 km/h Metz 155 km/h Colmar 165 km/h
Pointe du Raz et Ile d'Yeu 162 km/h Chassiron 198 km/h Cap Ferret 173 km/h


L'autre se situe dès le lendemain, 27 décembre.
Elle est baptisée 
MARTIN.

Elle se déplace aussi à une vitesse proche de 100 km/h, a traversé le pays en rentrant sur la pointe sud de la Bretagne vers 16 h le lundi 27 décembre. Sa trajectoire a suivi une ligne : Nantes vers 19 h, puis Romorantin vers 22 h, Dijon vers 1 h du matin le mardi 28, Alsace vers 4 h du matin. La dépression s’est ensuite évacuée vers l’est le mardi 28 décembre.

Mesures des vents générés par l'ouragan MARTIN
Station (Météo-France) Vents Station Vents Station Vents
Pointe-du-Raz 162 km/h Ile d'Yeu 162 km/h Ile d'Oléron 198 km/h
La Rochelle 151 km/h Biscarosse 166 km/h Cap Ferret 173 km/h
Bordeaux 144 km/h Pau 137 km/h Tarbes 137 km/h
Lyon 104 km/h Limoges 148 km/h Aurillac 137 km/h
Perpignan 140 km/h Clermont-Ferrand 159 km/h Mâcon 126 km/h

Résultats :

Au final, les vents ont atteint des records et les dégâts ont été considérables sur presque toute la France et une partie de l'Europe pour une catastrophe qui est devenue le quatrième sinistre le plus coûteux dans le monde depuis 1970, devant le séisme de Kobé du 17/01/1995 au Japon et après l'Ouragan Andrew du 24/08/1992 aux Etats-unis.
Conséquences en France :
  • 140 millions de m3 de chablis (sur un stock global d'environ 2 milliards de m3
  • 88 morts
  • 3,5 millions de foyers privés d'électricité
  • entre 9 et 15 milliards d'euros de degâts... (sources : notre-planète.info).

Alors comparons maintenant ce qui est comparable.
1999, deux tempêtes qui balaient pratiquement toute la France avec notamment 30 départements complètement dévastés , l'Allemagne, la Suisse, l'Italie, l'Espagne.

2009, une tempête située dans le sud-ouest français, le nord de l'Espagne et en moindre mesure la Corse.
Allez, pour être large, 9 départements dont la surface est d'à peine un quart du territoire français, donc.

Et pourtant 1 million 700 000 personnes privées d'électricité la tempête passée.
Donc pas d'eau potable pour ceux qui sont desservis par des stations de pompage.
Plus de 350 000 foyers sans téléphone et 1500 km de voie ferrée endommagée, sans compter les nombreuses routes impraticables.

Pourtant les propos sont dithyrambiques sur les secours :
- Les assureurs ont tiré les leçons de 1999 et sont déjà pas moins de 900 sur le terrain.
- Les équipes ERDF sont sur le terrain aussi, ainsi que celles des opérateurs téléphoniques qui reçoivent tous, les renforts des casernes de pompiers des autres départements et régions.

En 1 semaine tout devrait être remis en service.
Quel exploit nous dit-on !


1999, tout le monde est sur le pont :
Agents EDF, même en vacances ou retraités, volontaires pour aller prêter main forte à leurs collègues.
Idem chez France Télécom, à la D.D.E, chez les sapeurs pompiers et tous secours d'où qu'ils viennent.
Spontanément les agents se présentent et partent.
C'est leur métier, ils en connaissent toutes les ficelles.
Ce sont des agents de la fonction publique. Ils n'ont pas besoin d'être appellé, ils savent.
Certains ont participé à des actions de reconstruction tant en Roumanie, qu'au Mexique ou en Afrique.

La fonction publique, ce n'est pas le petit boulot peinard, gnan-gnan où seuls des paresseux se font engraisser sur le dos des contribuables comme on le distille savamment depuis des années et sans discernement aucun à l'oreille des contirbuables.

Ces contribuables qui seraient spoliés par tous ces fonctionnaires qui ne foutent rien de la journée, sont toujours en grève et sont par dessus le marché payés même s'ils font grève !
Qu'en peu de mots cela tient depuis des années, qu'en quelques mensonges érigés en vérité tout cela est résumé, qu'en populisme encore et démagogie nous sont assénés ces tromperies.

La fonction publique, c'est aussi un état d'esprit.
Qui a fonctionné en 1999, et pour cause !
EDF encore entreprise d'état, France Télécom en SA depuis janvier 1998, mais avec une majorité de fonctionnaires en son sein et l'Etat encore majoritaire dans son capital, la D.D.E pas encore défunte pouvant débarrasser une route.

Et aujourd'hui ?
Un Nicolas Sarkozy qui félicite le service public, mais lequel ?

Depuis 2001, les investissement d'EDF ont baissé de plus de 30%, privatisation en ligne de mire. France Télécom est seule sur le terrain et ne peut intervenir que dans son domaine de compétence de société privée. Où sont SFR et Bouygues ?

Réseau Ferré de France n'investit plus non plus dans son réseau sinon pour le TGV, et encore l'entretien du matériel et caténaires posent-ils de nombreux problèmes.
Tellement récurrents d'ailleurs que l'on finit par se demander si l'émergence d'une pseudo ultra-gauche dans cette histoire ne serait pas l'épouvantail qui cache les véritables responsabilités dans ces incidents à répétition.

Ainsi est-ce que 1.000 agents renforcés par des équipes venues d'Allemagne, d'Angleterre et du Portugal mobilisés pour rétablir le réseau électrique "d'ici à cinq jours" suffiront ?
Est-ce que la mobilisation d'un millier d'agents SNCF pour intervenir sur les lignes touchées par la tempête suffira ?
Et que dire des 900 agents d'assurances sur le terrain ?

L'argument des remboursements éventuels en chiffon rouge pour déplacer le regard de la population et ne pas mettre en évidence les carences de cet état qui a saccagé ce service public tant décrié mais dont les rares vestiges servent encore d'alibi à un fade et insignifiant satisfecit de circonstances.

La première tempête privatisée.
A lire en nécessaire complément à ce billet d'humeur.





Commenter cet article

Sylvie Tranchant-Rousseau 01/02/2009 20:54

Tempête : des milliers de foyers encore privés d'électricité - liberation.fr

Plus de 70.000 clients étaient hier soir encore privés d’électricité dans le Sud-Ouest, une semaine après le passage de la tempête.
Au septième jour après la tempête, qui a mobilisé jusqu’à 14 000 personnes - pompiers, militaires, ERDF (Electricité Réseau Distribution France), SNCF, France Télécom - plus de 70.000 clients étaient hier soir encore privés d’électricité en Aquitaine surtout, mais aussi en Midi-Pyrénées, contre 1.700.000 sur le grand quart sud-ouest samedi dernier.
Des centaines de groupes électrogènes ont été installés pour permettre notamment de rétablir l’alimentation en eau potable interrompue en raison des coupures d’électricité ayant affecté les châteaux d’eau et les stations de pompage ainsi que le fonctionnement des passages à niveaux.
Environ 1 400 des 1 500 km de voies ferrées endommagées dans le Sud-Ouest ont été remis en service vendredi, et la SNCF espère un retour à la normale du trafic ferroviaire lundi. Dans les Landes subsistaient quelques points noirs en terme de distribution d’eau et d’encombrement d’axes secondaires par des branchages.
Dix ans après la tempête de 1999, le massif forestier paie de nouveau le prix fort. Les toutes premières estimations font état de 300 000 ha touchés, surtout dans les Landes, sur 1 million d’ha de forêt cultivée.

http://www.liberation.fr/societe/0101315947-des-milliers-de-foyers-sans-electricite

Société : Tempête: moins de 15.000 foyers encore privés d'électricité dans le Sud-Ouest - AP | 01.02.2009

Huit jours après le passage de la tempête Klaus, moins de 15.000 foyers étaient encore privés d'électricité dimanche soir dans le sud-ouest de la France, selon un nouveau bilan diffusé samedi soir par Electricité Réseau Distribution France (ERDF).
ERDF recensait ainsi 10.800 foyers privés d'électricité dans les Landes, 3.600 en Gironde et 300 en Lot et Garonne. "La mobilisation se poursuit pour réalimenter au plus vite ces clients", précise un communiqué de la filiale d'EDF.
"Les foyers encore privés d'électricité des département des Pyrénées-Atlantique et du Gers ont été réalimentés, à l'exception d'habitations isolées".
Au total, le courant a été rétabli pour plus de 99% des 1,7 millions de clients privés d'électricité au plus fort de la tempête du 24 janvier, selon ERDF, qui rappelle qu'après les tempêtes de décembre 1999, ce taux au terme d'une semaine était de 88%.
"ERDF poursuit l'installation de groupes électrogènes sur le réseau basse tension afin de ré-alimenter les habitations pour lesquels le raccordement au réseau n'est toujours pas possible du fait des délais de réparation. A l'heure actuelle 6.000 foyers sont ainsi alimentés", précise ERDF qui "travaille en étroite relation avec les pouvoirs publics locaux afin de coordonner ces interventions".

http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/societe/20090201.FAP1937/tempete_moins_de_15.000_foyers_encore_prives_delectrici.html

Bernard Bonnejean 30/01/2009 17:25

La maison B & B, anciennement etsil’oncausait

après rénovation et complet réaménagement

s’appelle désormais

Bonneber

et déménage à

http://bonneber.over-blog.com/

Le propriétaire actuel a en effet jugé
assez judicieux
de joindre l’utile à l’agréable
en s’octroyant
de l’euro sonnant
et trébuchant
des pépettes
de l’oseille
de l’artiche
du grisbi



qu’on appelle chez les snobs

des

DROITS D’AUTEUR


Venez nombreux et invitez du monde :
ça me fera des sous

La boulange 28/01/2009 10:57

Chère collègue,
je dirais que ton propos est plein de bon sens, un blog factuel et tu as raison de taper sur ce qui fait mal.
Un petit exemple: 24000 clients sur orange mobile en rade , 350000 pour SFR et 84000 pour Bouyghes.
C'est ce qu'on appelle le service public.
Je suis assez bien placé pour en parler: j'étais l'ex responsable des interventions Aquitaine pour FT en 99.
Les agents des lignes et les techniciens, il n'a pas fallu leur dire koi faire, ils sont partis pour aller au plus pressé en sachant les priorités.
Dernière anecdote: le voyage de Sarko au Pian Médoc (municipalité UMP à 6km de BOrdeaux et communes aux villas inaccessibles aux classes populaires ou moyennes) , 1ere évaluation 250000€
Autre chiffre: aide immédiate (?)de l'état 3 millions d'€ , la région Aquitaine (président A Rousset PS) 20 millions d'€

Circé 28/01/2009 20:28



@ La Boulange : Merci pour ton commentaire.
Je me rappelle parfaitement bien comment ela s'est pasé en 1999, et combien malgré les rodomontades de NS tout le monde était sur le pont et faisait passer la solidarité avant tout.
Aujourd'hui entre responsabilité définie pour réparer, manque de moyens flagrants du à la destruction des services publics et domaine de compétence ( Bouigues n'interviendra pas sur des cables
SFR ou France telecom, un arbre ne sera pas oté d'une route parce que c'est de la responsabilité du département et non de la commune et vice et versa) la petite semaine promise risque de
s'éterniser.

@ Mini-Jack, Doudoudidon :
Trop facile votre réponse Mini-Jack, bien trop facile.
Quant à vous Doudoudidon, il semblerait qu'il semble souffler du côté de la Guadeloupe quelque ouragan antillais qui n'a rien à envier à ce qui risque de se passer ici.



Guillaume 27/01/2009 20:41

Je tiens tout de même à saluer le travail des prévisionnistes de Météo-France : le système d'alerte mis en place à la suite des tempètes de 99 a bien fonctionné puisque les départements touchés avaient été placés la veille en alerte rouge (tous? je ne sais plus, mais la "zone d'impact" dans ses grandes lignes). Même si prévenir n'est pas nécessairement guérir dans ce cas, c'est déja éviter de s'exposer inutilement!

Circé 29/01/2009 01:41


@Guillaume : Tout à fait d'accord avec vous.
C'est bien là que félicitations il doit y avoir, du moins encore pour l'instant.
Météo France est aussi dans le collimateur et va être re(dé)structuré !


minijack 27/01/2009 17:56

Belle exercice de rhétorique ! En vérité une argutie qui ne mène nulle part.

C'est évidemment la faute de Sarkozy si un vent démonté a fait des dégâts sur des territoires bien plus étendus que la fois précédente et si les services publics (démontés aussi) ne peuvent être partout à la fois.

Il est vrai que certains services publics ont été démantelés ou même privatisés, mais les hommes restent les hommes et privatisées ou pas les Télécoms font face dans la mesure de leurs moyens. Auraient-elles eu davantage de moyens techniques et humains si elles étaient restées un "service public" ? Rien n'autorise à le penser. L'EDF est encore un "service public" mais ses employés ne peuvent pas non plus aller plus vite.

Il y a des causes pour lesquelles il ne devrait pas être permis de susciter ce genre de polémique purement politicienne.

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "