Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 Sep

Accès à la Sous-Préfecture d'Orléans sécurisés ?

Publié par Circé  - Catégories :  #Politique et politique locale

Nombreux sont ceux qui se souviennent, simples anonymes, militants d'associations ou de collectifs de soutien aux sans-papiers du terrible drame qui s'est déroulé en mai dernier aux abords de la
Sous-Préfecture d'Orléans et qui a abouti à la mort du petit Saïd.

La configuration des locaux et les abords de la dite sous-préfecture ne sont évidemment pas adaptés pour recevoir des enfants et en toute logique des adultes durant des heures, tant avant l'ouverture des portes des locaux que dans la journée.

Le manque de personnel ainsi que les conditions d'accueil des étrangers ont été dénoncés par le passé à maintes reprises.

Une polémique était même survenue en juin dernier après que différents collectifs, associations,  syndicats et partis avaient deux mercredis de suite dès 07 heures du matin, dénoncé le mépris avec lequel cette sous-préfecture recevaient les résidents étrangers.


Une élue d'opposition présente ces deux mercredis avait dans le même temps fait passer un communiqué de presse pour mettre face à leurs responsabilités la Municipalité d'Orléans ainsi que la Préfecture du Loiret .

Cela avait fait l'objet de maintes joutes écrites via un journal local des différents intervenants où la main sur le coeur, l'un et l'autre se défendaient de toute négligence et déniaient toute responsabilité dans cette affaire.





Seulement voilà, les habitants riverains de la Sous-Préfecture, les parents d'élèves ainsi que les responsables d'un lycée à proximité immédiate de la dite Sous-Préfecture avaient, même avant ce drame, interpellé les élus et le Préfet pour signaler les risques encourus par tous ceux qui fréquentaient tant cette administration que sa zone de contiguïté.

Il faut tout de même préciser que le passage de la N152 à cet endroit, route extrêmement passante où des véhicules circulent à vive allure après la longue ligne droite des quais du roi est extrêmement "accidentogène".




Sa configuration par ailleurs, à cet endroit précis est telle que les passages piétons situés au bas de la rue Neuve St Aignan ne sont visibles des automobilistes qu'au dernier moment avec son corollaire immédiat, les piétons n'aperçoivent les automobilistes qu'en dernier lieu.

Concernant l'entrée de la Sous-Préfecture, elle est, elle, située près de 50 mètres plus loin.

Le mince trottoir qui jouxte la N152 voit chaque matin une population nombreuse accompagnée d'enfants même très jeunes (leur présence est obligatoire pour la délivrance de certains documents administratifs) attendre l'ouverture de ses portes pour accomplir leurs démarches.


J'en avais d'ailleurs déjà fait un billet en octobre 2007.

Aussi, l'accumulation de tous ces éléments était explosive et le pire est survenu après un moment d'inattention de la part des parents.

Polémique donc suite à cet accident et au décès du petit Saïd.

En tout état de cause, la mairie met des barrières d'urgence avant que de promettre des travaux de sécurisation avant la fin de l'été :
- pose de barrières de protection le long de la N152 côté sous-préfecture,
- création d'un troisième passage piéton surélevé côté sortie des locaux administratifs,
- surélévations des premiers existants côté rue Neuve St Aignan et
- pose de panneaux de signalisation avertissant les conducteurs de la proximité des passages piétons.

Nous voici en automne et qu'en est-il de la sécurisation de ces lieux?

Des barrières ont bien été installées devant l'entrée de la Sous-Préfecture et tout au long de ses locaux, là où se forme une longue file d'attente chaque matin de résidents étrangers qui souhaitent être reçus dans la journée.

Annihilant du coup les dénégations du Préfet qui prétendait qu'il n'y avait jamais de file d'attente devant la sous-préfecture.
Mais l'installation de ces barrières est tout de même un point positif à souligner.

Et puis quoi d'autre ?... Et bien, rien !

Pas de passage piéton à côté de l'entrée de la sous-préfecture alors que les places de parking, tant vélos qu'automobiles sont situés en face.
Pas de surélèvation des passages piétons existants , ni de panneaux lumineux pour attirer l'attention des automobilistes.

Par ailleurs, une autre barrière manque à la sortie droite de la sous-préfecture, ceci afin d'intervenir rapidement pour rattraper un enfant qui lacherait la main d'un de ses parents ou échapperait à leur vigilance.

Alors ? Contre-temps ou bien oubli ?

Il serait tout de même bien de terminer ce qui a été commencé.
Cela permettrait de sécuriser tant les abords de la sous-préfecture fréquentés par les résidents étrangers qui s'y rendent, que les différents riverains qui se plaignent des dangers qu'ils encourent chaque jour en raison de la densité de circulation à cet endroit et de la vitesse des véhicules.

* La première photo date de juin 2008
* les photos attestant des premiers travaux ont été prises peu avant la fermeture des locaux de la sous-préfecture (16H)
* la dernière, un matin à 08h15, cette semaine 


Commenter cet article

BCT 24/09/2008 00:00

Je propose une chose. Puisqu'il y a environ cinq policiers en faction avec fourgon lorsqu'il y a une manifestation à cet endroit ou lorsqu'on des associations accompagnent des sans papiers dans leur démarche, ne pourrait-on pas mettre en permanence un policier devant ou en amont de la préfecture ? Un seul...un tout petit...

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "