Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 Dec

Santé : malade de la thyroïde, suis-je coupable ? (2)

Publié par Circé  - Catégories :  #Nucléaire, Politique, Energie, Santé,Environnement

Bon, je sais, trois mois se sont écoulés depuis mon dernier billet sur ce sujet .
Le tout premier datant d'il y a maintenant un an, pourquoi poursuivre sur ce thème aujourd'hui  ?

En premier lieu parce que je n'avais pas fini tout simplement, un rien vélléitaire et trop diserte sans doute sur trop de choses à la fois, mea culpa.
En second lieu, parce que je constate d'après les critères de recherches effectués via google que nombre de lecteurs arrivent ici en décrivant des symptômes qu'ils attribuent à tort ou à raison, à un dysfonctionnement de la thyroïde.
La dernière recherche en date étant celle-ci :
- " avoir froid gene pour avaler thyroide "

A cette personne en recherche de réponse, je répondrai tout d'abord oui.
Mais pas seulement, une belle angine par exemple, avec fièvre, peut aussi provoquer ces troubles.
Le mieux étant effectivement de consulter son médecin, de demander une analyse sanguine, faire faire une palpation de la gorge, puis éventuellement si doute il y avait une  échographie pour finir par des cytoponction et scintigraphie avant que de consulter un chirurgien pour avis complémentaire (toujours si besoin était), le tout n'étant pas forcément une partie de plaisir.

Pour ma part, les symptômes que j'éprouvais étaient avant tout des étouffements, qui allaient crescendo.
Avaler ma propre salive devenait problématique et provoquait de grandes angoisses tant la journée à mes filles tout d'abord qui me regardaient consternées et inquiètes alors que j'arrivais encore à contrôler les spasmes de ma trachée, tandis que la nuit, je finissais par refuser de dormir de peur d'être réveillée en pleine crise de suffocation et d'asphyxie.

Les tests sanguins ont bien sûr tardé.
Les premiers étaient "bons" de toute façon et c'est par une simple palpation de la gorge que ma première tumeur a été décelée.
Entre-temps effectivement, j'avais de manière incompréhensible eu froid, même par de tièdes journées d'été et puis la fatigue et les douleurs musculaires dans tous les membres s'étaient installées.
Un peu de magnésium et de fer masquaient pour quelque temps le vrai problème.

Et puis tout s'est enchaîné, mais je vous conseille si vous ne les avez pas lu ou relu les deux articles suivants que vous pouvez consulter ICI et ICI.

Pour en finir avec mes deux précédents articles et poursuivre là où je voulais en venir, et bien le problème est que cette opération est en passe de devenir justement l'une des plus fréquentes en France .
Le traitement substitutif pour les maladies de la thyroïde, le levothyrox pour ne pas le nommé aussi. Sachant de plus que c'est le seul existant sur le marché, comment ne pas flipper par ailleurs en se disant qu'il n'y a qu'un seul laboratoire qui le fabrique et que nous sommes, nous-autres malades de la thyroïde désormais captif à vie de Merck...
Ce médicament, donc, à base d'hormones de synthèse pallie au déficit de cette glande endocrine, tout simplement retirée ou en dysfonctionnement sévère !

"La Republique du Centre", quotidien régional de moindre importance s'était-elle aperçue de la bévue sans doute involontaire qu'elle avait commise en révélant le petit tableau suivant ?

C'est en voulant aller dans le sens de la politique gouvernementale du malade irresponsable mais coupable de l'être " consommateur de  santé " (Aoc notre Rose Bonbon nationale) plutôt que malade qui se soigne avec à la clé une prise de médicaments toujours plus importante qu'il est paru dans ses colonnes.

Sans discernement aucun, la consommation de médicaments avez-vous dit ? 

Vu que tout cela est prescrit par des praticiens chevronnés, on n'est pas près de finir d'entendre les mêmes litanies couillonnes et imbéciles :
" Tous coupables, Malades et Médecins..."
Le pire étant qu'il y a encore des couches d'hurluberlus bien gratinés qui y croient...

A ce propos, sachez que les médecins sont contrôlés, même dans leurs prescriptions d'analyses.
Le mien y a eu droit, justement pour les analyses de la thyroïde.
Il semblerait qu'il faut pour les contrôleurs de la CPAM, suivre un protocole très strict.
Analyse A, puis B, enfin C et D si recherches approfondies.

Il se trouve que mon médecin est allé directement aux deux dernières pour confirmer son diagnostic.
Non seulement cela revenait moins cher à la Sécu et par conséquent à moi au niveau des franchises et participations forfaitaires, mais il se trouve que non, non et non, ce n'est pas ainsi qu'il faut procéder !

Il a eu droit à un beau tableau de statistiques nationales, lui montrant que lui dépassait et largement les recherches incriminées.
Que pour les autres analyses ( A et B), il soit largement en dessous de la moyenne : Rien à Faire !
Et l'histoire pour la CPAM ne va pas au-delà du taleau pour confirmer si ses prescriptions de dosages de TSH étaient utiles, nécessaires voire vitales pour ses patients.

Aors il a recoupé tous ses dossiers et tenté de démontrer au contrôleur qui venait confraternellement lui rappeler les bonnes pratiques en usage, qu'elles étaient primordiales et essentielles pour plus de 87% des patients qui les avaient subies, ces analyses.

Ubu roi, quand tu gouvernes...
Il fallait passer par les deux autres analyses, NA !
Un point c'est tout et tenez-le vous pour dit !

Pour en revenir aux médicaments, paradoxe tout de même que la plupart des médicaments que l'on reproche le plus souvent aux français de "consommer" ne peuvent être obtenus dans les officines pharmaceutiques que par le biais d'une ordonnance.
Délivrée par un médecin, cela va de soi, qui vous a pour le moins ausculter, se trouve être diplômé de la faculté de médecine et se permet de vous prescrire tel médicament ou tel traitement parce qu'il est adapté à votre pathologie .

Par ailleurs, les malades sont-ils des consommateurs de médicaments ou de santé, nouvelle appellation à la mode, ou beaucoup plus normalement des malades qui se soignent, sans langue de bois dialectique et culpabilisante de nos tenants gouvernementaux ?

Mais étudions de près le tableau dont je vous ai parlé plus haut :


Les dix médicaments les plus prescrits en France en 2007 (en quantité)
Nom du médicament Classe Nombre (en millions)
1. Doliprane Antalgique 88,5
2. Efferalgan Antalgique 42,9
3. Dafalgan Antalgique 41
4. Levothyrox Hormones 19,4
5. Kardegic Antiagrégant plaquettaire 17,1
6. Spasfon Antispasmodique 14,8
7. Tahor anticholestérol 11,6
8. Voltarène Antiinflammatoire 11,5
9. Méthadone Psychotrope 11,2
10.Eludril Stomatologie 10,8
Source : Relaxnews

Ainsi, le médicament le plus prescrit et donc vendu après les trois antalgiques que sont le doliprane, l'efferalgan et le dafalgan est le levothyrox, hormone de synthèse palliant aux troubles de fonctionnement de la thyroïde, soit plus de 19 millions de prescriptions par an.

Et quelle communication avons-nous de la part des autorités sanitaires ?
Aucune .

 Tout d'abord nous savons tous que le nuage de Tchernobyl s'est arrêté à nos frontières obéissant aux règles d'immigration en usage dans notre si beau pays.
Pas de cela chez nous !
Ouste, Vilain nuage tout pas beau, tout crado, disparais de notre vue et par conséquent de nos statistiques . 
Et comme il était bien obéissant, il s'est éxécuté .

Je ne vais pas refaire mes précédents billets.
Mes interrogations vont plus loin que le nuage de Tchernobyl.
Savez-vous qu'il n'y a aucune étude sérieuse qui permet de connaître le nombre de malades souffrant d'affections de la thyroïde en France ?

Que le rapport de l'INVS qui date de 2002 dit entre autre ceci et uniquement sur les cas de cancers de la thyroïde déclarés: 


" A la demande de la Direction générale de la Santé, une Commission multidisciplinaire sur le cancer de la thyroïde, coordonnée par l'InVS, a analysé l'augmentation observée de l'incidence du cancer thyroïdien en France et souligné les insuffisances du dispositif actuel de veille sanitaire dans ce domaine. Cette Commission propose des recommandations pour l'amélioration du dispositif de surveillance nationale des cancers thyroïdiens.


La Commission a analysé 4 systèmes de surveillance de l'incidence dont 3 ont été exclus :
- un registre national est jugé trop coûteux au regard des bénéfices escomptés; cependant, la Commission recommande le principe du registre déjà existant pour la surveillance des cancers thyroïdiens de l'enfant et de l'adolescent (=19 ans), (
pour les plus âgés=rien)

- un système national fondé exclusivement sur l'anatomo-pathologie serait pertinent, mais nécessite d'importants aménagements concernant la collecte des données,

- la déclaration obligatoire du cancer de la thyroïde est discutable en regard du bon pronostic de ce cancer.
Un système à 2 niveaux est proposé comprenant :
- un enregistrement continu des cas incidents par le PMSI,
- une collecte et analyse détaillées des cas en cas d'alerte (cluster) dans une aire géographique localisée.

Quel que soit le système retenu, il semble nécessaire de :
- proposer un numéro d'identifiant santé unique par patient,
- faciliter l'accès aux données médicales,
- organiser une collecte nationale et standardisée des données anatomo-pathologiques,
- surveiller les pratiques diagnostiques du cancer thyroïdien ayant un impact sur le taux d'incidence.

En conclusion, une surveillance fiable de l'incidence associée à un suivi des pratiques diagnostiques et des facteurs de risque pourrait constituer un modèle pertinent de veille épidémiologique du cancer thyroïdien en France mais un tel système requiert un engagement politique et financier durable."

Sur un autre site, doctissimo qui n'est pas particulièrement virulent non plus voici ce qui en est dit (toujours et uniquement sur les cancers de la thyroïde ):

Depuis les années 1970, ils ne cessent d’augmenter en France et dans la plupart des pays occidentaux1,2. Selon les données françaises, on est passé de 381 cas chez les hommes et 953 chez les femmes en 1980 à 821 cas chez les hommes et 2 890 cas chez les femmes en 2000. Il n’existe pas d’observatoire national des cancers de la thyroïde en France. Mais plusieurs registres régionaux couvrant près de 10 % de la population nationale permettent d’avoir une idée des tendances. Chez les femmes, l’augmentation annuelle des cas de cancers varie fortement selon les départements.

Et plus de 3700 cas pour les femmes en 2002 (dernier chiffre invs)
Je le répète, ce ne sont que les cas de cancers déclarés.
Rien sur les dysfonctionnements de la thyroïde.
Rien sur l'inflation galopante de la prescription du médicament.
19 millions de prescriptions, ce n'est tout de même pas rien !

En ce qui concerne ces statistiques, sachez qu'elles sont faites sur 11 départements, ayant approximativement 8 millions d'habitants au total soit 13% de la population française.
Ces 11 départements sont les suivants :
-Bas-Rhin, Calvados, Doubs, Haut-Rhin, Hérault, Isère, Loire-Atlantique, Manche, Somme, Tarn, Vendée.

Peu donc concernant le périmètre immédiat des centrales nucléaires ou l'incidence de toutes les pollutions générées par notre mode de vie.

Une récente enquête allemande révèle que les trois cancers les plus fréquents aux abords des centrales sont tout d'abord la leucémie de l'enfant, le cancer du sein, puis celui de la thyroïde.
En France ?
Silence Radio ...

En tant que simple citoyenne, ne me serait-il pas possible de faire des statistiques auprès de la population du Loiret par exemple, du Loir et Cher de l'Indre et Loire et même de la Nièvre pour observer, noter, démontrer ?
Avec l'aide de toutes celles et ceux qui se retrouvent comme moi avec au creux du cou une jolie scarification et quelques soucis concernant l'ajustement des dosages, cela n'est ni banal, ni anodin, ni bénin ...

Sans doute une autre histoire.
Mais c'est une réflexion que je vous soumets.
Après Noël sans doute, je crois que je viens de plomber l'atmosphère !
Mais non, le plomb, c'est encore autre chose .

Allez, Joyeux Noêl à toutes et tous, malades et bien-portants.
Que l'espace d'un instant nous laissions ces considérations pour nous écouter, nous entendre, nous tolérer, échanger et nous respecter.

Bonnes et Joyeuses Fêtes ...


 

Commenter cet article

Margote 09/01/2009 12:39

Bonne année Circé .Je ne suis pas très en avance, mais j'ai passé les fêtes à l'hopital ... de garde !
Encore tous mes voeux de santé et de bonheur !

Circé 09/01/2009 18:28


@ Margote : Heureuse de te lire et d'avoir de tes nouvelles. Très bonne Année à toi aussi et à ton fiston.


Bernard Bonnejean 30/12/2008 00:20

Bon ! Je me décide enfin à me mêler, pour une fois, de ce qui me regarde.

Il y a quelques mois, j'ai tout à coup éprouvé une immense fatigue, avec prise de poids, sueurs, froid partout même en pleine chaleur, étouffements nocturnes, etc. Mon médecin m'a donné des anxiolytiques et des vitamines. Ma nièce, à laquelle j'ai exposé les symptômes, m'a dit : "C'est probablement la thyroïde". Il faut dire qu'elle est secrétaire d'une avocate et qu'à ce titre... elle n'y connaît rien.

Je vais chez le généraliste qui me dit : "Bon ! Vous voulez une prise de sang, si j'ai bien compris. Eh bien, on va la faire !" Résultat : un taux de TSH beaucoup trop élevé donc ma nièce avait raison !!!

Le généraliste, vexé, veut avoir le dernier mot : "On va quand même en faire une deuxième pour confirmer". TSH normale !!! Je proteste et j'obtiens une troisième analyse : TSH beaucoup trop élevée.

Donc, comme le raconte Circé, je me retrouve chez le spécialiste pour faire une échographie. Alors là, c'est le bouquet. Le brave type, pas méchant pour deux sous, me regarde et me dit : "Je ne décèle rien d'anormal mais c'est comme les voitures d'occasion : la carosserie peut paraître neuve, mais à l'intérieur c'est pourri" (sic).

Je rentre chez moi avec ce diagnostic. Deux mois passent : hôpital pour grave incident cardiaque et là, la totale. Au bout de deux jours, après une multitude de prises de sang, le cardiologue me dit : "C'est pas bon ! Il faut dire que vous avez des problèmes thyroïdiens qui compliquent pas mal les choses".

Diafoirus aurait ajouté : "Et voilà pourquoi votre fille est muette".

Coût pour la Sécu énorme. Sans compter que j'ai failli y passer...

Circé 31/12/2008 18:18


@ Bernard : Comme quoi les secrétaires, ce n'est pas aussi inutile que cela, non ?


Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "