Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
05 Sep

Santé : malade de la thyroïde, suis-je coupable ? (1)

Publié par Circé  - Catégories :  #Nucléaire, Politique, Energie, Santé,Environnement

Je suis fatiguée, agacée.
Je suis fatiguée et agacée, agacée d'être fatiguée et fatiguée d'être agacée .
Coup de blues ? Décrochage ?
Rien de tout cela, mais une colère sourde qui monte.
Des dosages TSH qui ne sont pas bons.
Plus du double du maximum considéré comme encore "normal".

Bon, c'est vrai, je n'ai plus de thyroïde.
Opération banale s'il en est, je n'ai qu'à regarder autour de moi, écouter et constater.
Pas une famille pratiquement sans que l'on ne me dise que cela est arrivé à l'un(e) ou plusieurs des leurs, une connaissance amicale ou de voisinage.
Où encore, ennuyant au possible : Dans un magasin quelconque, une vendeuse tente de vous vendre un colifichet type collier pour l'assortir au vêtement que vous venez de choisir sans pour autant faire attention à vous.
Elle relève alors la tête pour vous regarder avec plus d'attention, histoire d'insister un peu sur sa proposition de vente supplémentaire suite à votre refus, puis vous regarde d'un oeil compatissant ajoutant que sa maman ou sa soeur a le même "problème" et qu'il est sans doute effectivement bien trop tôt.

Youpi, la thyroïdectomie en passe de détrôner la sacro-sainte appendicectomie.
Autrefois on exhibait tel un trophée sa belle cicatrice sur le côté droit de son bas ventre, sans omettre de dénombrer le nombre d'agrafes qu'avait nécessité la suture.
Puis est arrivée la coelioscopie.
Moins drôle, ni plus distingué.
Un ventre gonflé comme une baudruche, des gaz, pff...
Tout juste un point de couture presqu'invisible sur le nombril et de chaque côté de l'aîne.

Aujourd'hui, une jolie scarification vous est laissée en souvenir de votre thyroïdectomie au creux de votre cou.
Aucune star n'a encore pensé à valoriser ce charmant collier.
Ni à en faire un tatouage amusant et ludique que chaque enfant se devra d'avoir avant longtemps.

Ben oui quoi.
Les marronniers de la rentrée sont là.
La rentrée et puis au secours, les Français se pochtronnent aux anxiolytiques, anti-dépresseurs et somnifères.
En moins d'une semaine, deux reportages sur la deux.
L'un aux infos du journal de 20H, l'autre lors de l'émission télématin du 29 août dernier.

Vous vous rendez compte tous ces idiots qui s'empiffrent allègrement à coup de lexomil, séroplex, tranxène, prozac et autre pastilles à la mode !
Est-ce qu'il ne pourrait pas aller faire une petite cure thermale ?
Bon c'est vrai que l'assurance maladie rechigne à rembourser, voire même à vous donner des arrêts maladie.

Mais qu'à cela ne tienne, outre les franchises médicales, ils prendront bien cela sur leur temps de vacances désormais, moins les RTT qu'ils se seront faits payés -pour ceux qui en ont- pour financer leur cure, et allez hop, voilà déjà une première solution ! 

Et puis si celle-ci n'a pas l'heur de leur convenir, pourquoi pas une petite psychothérapie ?

Estampillée bien entendu aux
Normes gouvernementales bientôt en vigueur.
Exit les psychanalystes freudiens, lacaniens...
Non 5 courants théoriques :  psychanalytique, cognitivo-comportemental, systémique, socio-environnemental, biologique.
Du moment que le terme "psy" est conservé en guise de paravent à défaut de divan.
Pour ma part, je dirais plutôt psy de rien du tout, psy des clous, des nèfles, du trèfle, des cacahuètes, mais le terme psy est conservé, vide de sens certes, mais conservé.

Bon c'est vrai que vous correspondrez dorénavant à des cases bien précises et répertoriées .
C'est vrai aussi que vous ne serez plus l'individu unique que vous pensiez être:

Dépistage précoce, troubles de conduites, héritabilité génétique, facteurs de risque, facteurs prédictifs, isolation des symptômes, co-morbidité, dressage de comportement, indice d'impulsivité, rééducation psychothérapique, thymorégulateur, expertise, évaluation, sécurité psychique, etc.

Voilà qu'en de bien gracieux et élégants vocables tout cela est dit .
Mais "merdum", c'est tellement "bel et bon " tout cela qu'une
pétition circule déjà, pour que cela ne soit pas.

Revenons donc à mon égo puisque c'est de mon cou superbement tailladé dont je vous parle en fait et des maladies de la thyroïde.
Ma petite et banale intervention chirurgicale, suturée à la colle de surcroît s'est bien déroulée cliniquement le 04 juillet dernier.
Mon "independance day" personnel !

Foin de cette thyroïde multi-nodulaire.
Exit les tumeurs, ne repassez pas par la case départ .
Après l'échographie de contrôle prouvant l'inflation galopante de kystes "froids", cependant déjà visibles à l'oeil nu, inutile de subir de nouveau scintigraphie, cytoponction, analyses hormonales et consultation chez l'endocrinologue.

Bistouris, scalpels et chirurgien délicat et chevronné ont fait leur oeuvre.
Je suis soulagée, merci.
Je n'étouffe plus .
L'une des tumeurs fantaisistes qui compressait ma trachée a été extraite via l'éxérèse de ma thyroïde qu'elle squattait allègrement en compagnie de cinq autres de ses congénères.

Bon, et puis ?
Où est le problème ?

Commenter cet article

aurelie 07/11/2008 14:50

bonjour j'ai eu une abblation totale de la thiroïde mais le problème et que personne n'a trouvé tout de suite mon problème donc je suis encore tres fatiguée enervée angoissée car je ne sais pas j'iari mieux donc je cromprends les personnes qui sontans ce cas

Eric Taillandier 06/09/2008 10:21

bonjour Circé ,
Coupable , surement pas .Que se cache t'il derrière cette proportion énorme et inquiétante de personnes opérées de la thyroïde.Incidents nucléaires cet été au Tricastin , en Belgique , la liste étant longue sur les incidents nucléaires.Reste que nous ne savons pas le pire .Mensonge d'états ? Une manière détournée au détriment de notre santé , de faire del'argent .Il faut vraiment surveillé de très près ce domaine qui a son utilité .Un grand débat devrait être lancé sur ce sujet , pas pour dit un non ferme aunucléaire , mais pour être informé au mieux , que peut on faire pour améliorer laprevention , la sécurité etc ...il ne suffit pas de vendre de l'electricité , des armes , des médicaments !!! Cela coincera tôt ou tard .

Kamizole 05/09/2008 22:18

Si ! Si ! On est toujours responsable quelque part de sa maladie disent les psy... J'ai signé la pétition (grâce à Mamie Tartine - dont le blog "psychanalyse en société" sur le monde.fr vaut plus qu'un détour...). Accoyer (j'ai toujours envie d'écrire "Abboyer" il a d'ailleurs la tête de bouledogue qui va avec !) veut formater les psys modèle "comportemental"... Il est sur le sujet depuis plus de 4 ans et n'est pas prêt de lâcher son os !
Les derniers antidépresseurs et somnifères que j'ai pris m'ont suffisamment pourri la vie pour que je les foute à la poubelle après un détour dans le Vidal. Je devenais complètement "ouf" plus des malaises de type cardiaque et autres étouffements. Je ne saurais dire si c'était en soi ou une interaction avec les deux autres médicaments pour l'hypertension et l'ostéoporose... Au-delà de deux médicaments, faire gaffe ! Je ne prends plus rien du tout et ne m'en porte ni mieux ni plus mal mais les malaises ont disparu.
Il y a incontestablement des "modes" autant dans les maladies que dans les médicaments. tout d'un coup, on en voit prescrire un, souvent le plus récent qui remplacera celui qui faisait fureur le mois précédent. Parfois avec moins de succès sinon plus d'effets secondaires. On se dit que les visiteurs médicaux sont passés par là !
Cela fait 20 ans que j'ai arrêté de travailler mais le phénomène est toujours identique.
Ceci dit, l'automne comme le printemps, saisons de transition, sont souvent difficiles sur le plan de la santé en général (cela se vérifie pour les cardiaques : beaucoup d'infartus et d'embolies) et du moral... Cela passe (comme le café eût dit Madame de Sévigné) et en attendant, il faut mettre plein de soleil dans son coeur.

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "