Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 Jul

Chroniques de la peur ordinaire en Sarkozie : Houari -suite-

Publié par Circé  - Catégories :  #Droits de l'Homme, des Femmes, Politique

C'est aujourd'hui que Houari Djebbar passait devant le juge aux libertés.
Comme à chaque fois dans ce genre de cas, la façon de procéder pour l'arrestation a été contestée et jugée illégitime par le juge des Libertés.
Comme à chaque fois aussi malheureusement, la Préfecture sure et certaine de son bon (mauvais) droit a fait appel.

Par conséquent, non seulement Houari est maintenu en Centre de Rétention pour tout le week-end qui s'amorce, mais sera de nouveau présenté devant le juge au Tribunal rue de la Bretonnerie Lundi Prochain 21 juillet 2008 à 14 heures, salle 3.

Deux grands jours pour lui à attendre dans l'angoisse, la solitude et tous les sérieux problèmes que lui causent cette rétention.
Car comme je vous l'ai indiqué, précisé précédemment Houari n'a pas l'usage de ses bras.
Dans quelques semaines il devait subir une greffe des tendons à son bras droit (tendons pris sur sa cuisse) afin de retrouver un semblant de mobilité de ce membre .
Ce n'est absolument pas le cas actuellement, tout juste peut-il bouger un peu ses doigts restants.

Hier par exemple, Houari n'a pas pu se nourrir.
Il est incapable de couper ses aliments, ni même de les porter à sa bouche avec une cuillère.
Il se nourrit d'aliments mixés à l'aide d'une paille, ou bien il faut le faire manger .
Autre exemple, ce sont les policiers qui ce matin l'ont aidé pour se préparer et se vêtir afin d'être présenté au juge des libertés.

J'ai eu l'occasion de discuter avec certains d'entre eux qui visiblement réprouvaient ce pour quoi ils avaient été employés.
Ils espéraient vivement sa remise en liberté.
- " Si vous parlez de nous, dites que nous avons été corrects et gentils avec lui..." m'a dit l'un d'entre eux, entendant notre réprobation ( le groupe que nous étions ) quant aux méthodes utilisées par la Préfecture du Loiret qui fait du chiffre à bon compte en créant artificiellement des sans-papiers.

Nous parlions bien alors de la Préfecture, de ceux qui y officient et non de ces policiers.
C'est ce que nous leur avons répondu et affirmé, sans que cela soulage le moins du monde leur mal-être.

Les amis de Houari qui étaient présents espéraient eux-aussi une issue heureuse.
Pour ma part, il ne faisait aucun doute qu'aveuglément et sans état d'âme la Préfecture ferait appel.
Alors qu'il y a quelques jours à peine, l'un de ses responsables se targuait encore avec véhémence, la main sur le coeur d'étudier les dossiers de chacun avec humanité.

Je crois que nous ne devons pas avoir la même définition de ce mot dans nos dictionnaires respectifs, ni sans doute les mêmes conscience et morale.
Parfois, il m'arrive de me demander si ces gens-là peuvent encore dormir sur leurs deux oreilles du sommeil du " Juste", comme auraient dit mes grands-parents ou pouvoir tout simplement se regarder dans un miroir.

A moins qu'à l'instar de Dorian Gray il ne possède un tableau qui se flétrisse au fur et à mesure de leurs exactions de plus en plus détestables et méprisables.
Ou peut-être vont-ils épancher dans le secret d'un confessionnal quelconque leur trop plein de honte et d'indignité ?

En tout état de cause, c'est avec la vie de personne, d'êtres humains qu'ils sont en train de jouer pour une hypothétique reconnaissance d'un pseudo devoir accompli.
Les fonctionnaires de Vichy étaient sûrs de leur légitimité.
Aurions-nous des années plus tard, des relents d'attitude inqualifiable et infâmante ?

Je vous laisse vous faire votre opinion vous-même.

Quant à Houari, un rassemblement est organisé demain :
Samedi 19 juillet à 11 heures à La Source devant l'entrée du marché des chèques postaux.
Ses amis, sa famille et tous ceux qui s'associent à cette démarche seront là. 
Et pourquoi pas vous ? Vous y serez de toute façon les bienvenus.

Un autre rassemblement sera organisé la semaine prochaine devant la préfecture pour protester contre ces méthodes indignes.
La date n'est pas encore définie.
Dès qu'elle sera connue, je vous en ferai part.

Et pour ceux qui le peuvent :
Rendez-vous lundi 21 juillet 2008 à 14 h au tribunal d'Orléans
pour être aux côtés de Houari, lui montrer que nous nous mobilisons, qu'il n'est pas seul.
La France n'est pas le modèle apathique et dénaturé que voudraient nous contraindre à accepter les Sarkozy-Hortefeux.
 
" Liberté, Egalité et Fraternité " ne sont pas, ne seront jamais de vains mots . 

Commenter cet article

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "