Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 Mar

Solidarité Festive

Publié par Circé  - Catégories :  #Droits de l'Homme, des Femmes, Politique

    INVITATION à solidarité festive !

 

Les sans papiers ne sont pas dangereux. Ce sont eux qui sont en danger ! Plaçons les sous notre protection.

 

 

Nous refusons qu’ils soient un objectif chiffré : 25 000 à expulser encore en 2008

Certains vivent à Saint Jean de Braye. Certains, c’est à dire 20 familles logées actuellement par le dispositif d’hébergement d’urgence, dans un hôtel, au cœur de notre ville.

 

Qui sont-ils ?

Ils sont demandeurs d’asile. Ils viennent d’Angola, du Kosovo, d’Albanie, du Congo, d’Arménie, de Géorgie, de Centrafrique… Quand ils ont des titres provisoires de séjour, ils travaillent. Les autres, souvent membres de la même famille, se voient refuser leurs papiers et tombent dans la clandestinité. Alors, ils sont arrêtés et mis en centre de rétention. Et nous luttons pour leur libération et pour la régularisation de chacun.

 

Dans l’angoisse, les enfants de demandeurs d’asile continuent leur scolarité et expriment leurs peurs, à qui veut bien écouter,

«  Si mes parents avaient des papiers, je pense que la vie serait meilleure. Je ne comprends pas pourquoi M. Sarkozy, il veut nous punir des papiers » T, 9 ans.

Nous avons choisi de les écouter et par notre soutien collectif, nous tentons d’apaiser leurs peurs pour qu’ils continuent à vivre et à étudier parmi nous !

 

Si les parents sont sans papiers, ils ne reçoivent aucune prestation familiale et sont donc sans ressource. S’ils ont des titres provisoires de séjour, et même s’ils travaillent, ils n’ont pas accès au logement social.

Ils sont alors logés par le dispositif d’hébergement d’urgence, et c’est là, tout près de nous, qu’ils habitent et vivent. Quand les enfants parlent de leurs conditions de vie, la France, terre d’asile, est mise à mal par leurs mots : « C’est un peu honteux, à l’école, quand on nous demande où on habite. On va dire : j’habite à l’hôtel et après, tout le monde va rire. Quand on me pose la question, je fais comme si je n’avais pas entendu »  I, (8 ans).

Nous avons choisi de les écouter : Nous continuons à exiger des logements décents !

 

 

 

Les sans papiers ne sont pas dangereux. Ce sont eux qui sont en danger !

 

Nous choisissons de placer les enfants, les jeunes et les familles de l’hôtel Abrési’d (et tous les autres).

sous la protection de citoyens et d’artistes,

 

Avec nous, venez participer à cet évènement tout en images, en cris, en poésies,

pour que grandissent nos solidarités et qu’enfin gagnent nos luttes !

 

 

 

C’est à 18 h 30 précises, tous ensemble, le 1er avril,

pour la presse et le lancement de l’évènement.

C’est à Saint Jean de Braye, salle J.B. Clément, rue Danton.

Et cela dure jusque dans la soirée.

(Pour les autres modalités pratiques, n’hésitez pas à nous contacter.)

 

 

 

INVITATION à solidarité festive

 

 

Le comité « Abrésid » soutient de nombreuses familles demandeuses d’asile. Depuis le début de l’année, 8 ont reçu une obligation de quitter le territoire. La Préfecture refusant de leur reconnaître le droit de vivre en France et les exposant ainsi à de graves dangers.

 

Beaucoup ne sont ni expulsables ni régularisables ! Présentes et intégrées parmi nous depuis plusieurs années, souvent par la scolarisation de leurs enfants, elles ne demandent toutes qu’à l’être par le travail et le logement.

 

 

 

A titre d’exemple, parmi ces familles:

 

- Silvana et sa fille sont non seulement en danger si elles retournent dans leur pays (l’Albanie, retirée de la liste des pays sûrs), mais n’ont toujours pas obtenu d’hébergement d’urgence … et ce depuis un an… elles vont de lieu en lieu ce qui est très déstabilisant pour Vanessa pourtant élève sans difficultés particulières auparavant

 

-la famille Latifi qui appartient à la minorité Ashkalie du Kosovo…qui ont perdu

plusieurs membres de leur famille et pour qui la Préfecture ne voit pas pourquoi ils ne pourraient pas y repartir…

Qu’en sera-t-il alors de la scolarité de leur fille scolarisée en collège à Saint Jean de Braye ??

 


-la famille Sali également pourchassée au Kosovo car d’origine ROM…
Leurs frères ont obtenu le statut de réfugiés…pourquoi le leur refuser ??

 

 

Le 1er avril nous serons tous à leurs côtés pour réclamer la régularisation de toutes les familles et affirmer notre soutien.

 

Contacts : association Abraysie Ouverte BP 80 035 45801 St Jean de Braye cedex

 

 

 

Commenter cet article

BCT 28/03/2008 22:27

Avec ça s'ils ne viennent pas !!!

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "