Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 Oct

Moqueuse, va !

Publié par Circé  - Catégories :  #People et politique

   882430086.jpg

                C'est au moment où se rendant à la centrale nucléaire de  Penly (Seine-Maritime) pour y défendre son projet de réforme des régimes spéciaux, que l'on apprend officiellement, via L'Est Républicain, sa rupture définitive d'avec Cécilia. 

"Ridicule et grotesque" aurait répondu David Martinon, porte-parole de l'Elysée à l'Associated Press qui l'interrogeait à ce sujet.

Qui a raison ?
Nous le saurons sans doute dans la journée.
1949779994-les-infirmieres-bulgares-liberees-veulent-rencontrer-cecilia-sarkozy.jpg
Comme quoi parler de régimes spéciaux, à défaut de régimes matrimoniaux, dans une centrale nucléaire peut être dangereux et vous exploser à la figure.
Les deux ? Encore une fois, l'avenir nous le dira.

Mais comme le nuage de Tchernobyl, bien poli et discipliné n'a jamais passé la frontière française, je n'ai aucune inquiètude pour Nicolas.

Commenter cet article

danielle 15/10/2007 14:31

oh ! ben de toute façon, vivre avec un type pareil...on doit se sentir bien seul au quotidien. Seul le pouvoir est dans son lit...
Pour ce qui est de chansons antimilitaristes, le "déserteur" de Vian est bien aussi !

johann lauthier 12/10/2007 15:36

Pour tous, puisque l'on parle ici de nucléaire et d'explosion à la figure, je donne deux références à lire et relire, je crois...

La première concerne la "Java des bombes atomiques", écrite par Boris Vian et superbement interprétée par Serge Reggiani (texte disponible sur http://www.paroles.net/chansons/16522.htm)

La deuxième, c'est une chanson de Léo Ferré "Y en a marre", dans laquelle il écrit
" Monsieur Einstein loin des canons
Croyant travailler pour lui seul
A découvert des équations
Qui vont nous tomber sur la gueule
Y'en a marre... Y'en a marre... "

Voila... la culture, c'est comme la confiture, alors je vais arrêter là dans l'étalage ;-)

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "