Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 May

La gratuité des transports ? une mesure de santé publique !.

Publié par Circé  - Catégories :  #Pollution, #Santé Publique, #Gratuité des transports

Le groupe FDG en Mairie d'Orléans, défend à chaque fois que cela s'y prête, la Gratuité des Transports à Orléans et dans notre Agglo. De nombreuses raisons et arguments plaident en faveur de celle-ci, notamment , en terme de justice sociale et de santé publique.

 

C'est tout d'abord, une mesure juste et non discriminatoire, qui concerne tout le monde et chaque jour : Scolaires, étudiant-e-s ou retraité-e-s, chômeurs ou salarié-e-s, cadres ou intérimaires, touristes ou habitant-e-s, etc...

 

Nous payons toutes et tous nos transports publics de l'Agglo, aux travers de nos impôts. A celles et ceux qui répondent que seuls 52% des Orléanais-e-s paient des impôts via la taxe d'habitation ou la taxe foncière, nous répondons que c'est faux. Il existe une taxe dont la Municipalité a fait le choix de porter au plus haut taux autorisé, - soit 8% -, qui est la taxe finale sur la consommation d'énergie. Et là, pas de quotients familiaux, de tranches d'imposition, de barème dégressif etc... Et nous la payons toutes et tous plein pot.

 

Cette taxe vous la trouvez sur votre facture d'énergie à la ligne TFCE à côté de celle de la TVA et autre taxes. Aucun foyer n'y échappe, aucun locataire, propriétaire, rsiste ou salarié-e, smicard-e ou cadre, chômeur ou retraité-e...

 

Et ce sont des sommes conséquentes.

 

Au niveau de notre Agglo, la gratuité représenterait 4% de son budget. A titre indicatif, la SEMDO, vient de faire le choix d'abandonner la billetterie et d'opter pour la gratuité, concernant l'accès au parc des expositions pour différentes manifestations, ce qui représente 3% du budget de fonctionnement.

 

Toute Orléanais-e, tout-e habitant-e de l'Agglo financent à hauteur de 80% le coût de nos transports publics (bus et tram), même s'il n'a pas les moyens de payer un abonnement mensuel, l'un des plus chers de France, sans véritable service rendu aux usagers, en termes de dessertes, horaires etc.

 

Alors, plutôt que de pointer les personnes qui frauderaient, qui seraient de mauvais-e-s payeurs, de mauvais-e-s citoyen-ne-s, des personnes sans foi, ni loi, d'allouer des forces de police dans les transports pour simplement accompagner les contrôleurs qui vérifient les titres de transports, et donc défendre des intérêts privés - ceux de Kéolis - plutôt que l'intérêt commun - ils sont rémunérés avec nos impôts -, il est temps d'inverser la charge et de demander comment en payant 80% du titre de transport, nombre de nos concitoyens ne peuvent pas les utiliser faute de moyens financiers. Et pourquoi pas, d'envisager d'intenter, si cela est possible, une simili "class action" ?

 

Par ailleurs, nous subissons de manière récurrente de nombreux épisodes de pollution aux particules fines.

 

Dix jours consécutifs en mars dernier, avec des indices de qualité de l'air mauvais et même très mauvais (9 sur une échelle de 10), une augmentation de la fréquentation des services d'urgence de l'hôpital pour des problèmes respiratoires, mais aussi de graves risques pour la santé de toutes et tous.

 

Ce serait 40 000 personnes supplémentaires, chaque année, en France, qui décéderaient des conséquences de cette pollution. A noter aussi, que celle-ci passe la barrière placentaire et nuit au développement et à la santé de l'enfant jusque dans le ventre de sa mère.

 

La France, en la matière, est pointée du doigt par les instances européennes, car nous ne devons pas excéder chaque année 30 jours de pollution aux particules fines. Nous en sommes, en moyenne à 45 jours, avec de grandes disparités territoriales, bien entendu. La pollution n'est pas la même au fin fond de la Creuse ou en région centre. C'est dire combien nous dépassons allègrement les 45 jours d'exposition à cette pollution dans nombre de régions, dont la région centre !.

 

Nous ne pouvons plus accepter, ni même tolérer cela. Nous devons prendre nos responsabilités quant à ce problème de santé publique.

 

La gratuité des transports permettrait immédiatement de faire baisser de 5% la pollution. Il en va de la santé de toutes et tous. D'autres mesures également sont à prendre : Limiter la circulation des milliers de poids lourds qui sillonnent quotidiennement notre territoire, avec les conséquences que l'on sait désormais sur la qualité de l'air que nous respirons, notre santé, mais aussi sur l'état déplorable de nombre de nos routes, car oui, là aussi cela coûte à la collectivité. Il faut enfin privilégier le frêt, le rail, et même le transport fluvial...

 

Alors la loi Macron qui fait la promotion des cars en lieu et place du chemin de fer, c'est typiquement une hérésie !

 

Vive la gratuité des transports, et respirons enfin un air moins vicié. Il en va de la santé de toutes et tous.

La gratuité des transports ? une mesure de santé publique !.
Commenter cet article

Archives

À propos

" Pourquoi une Femme entière ne serait-elle qu'une moitié ? "