« C’est la rentrée, avec TAO continuez à perdre du pouvoir d’achat et videz vos porte-monnaies! »

Communiqué de presse des élu-e-s FDG au sujet du coût des transports

à Orléans et dans son Agglo.

Malgré une communication habile de la TAO, autrement dit Kéolis, bien rôdée aux concepts commerciaux, et qui prétend que chaque habitant-e d’Orléans et de son Agglo pourrait gagner 500€ chaque année en utilisant les services publics de la TAO, rien ne saurait effacer le coût exponentiel des transports dans le budget de nos concitoyen-ne-s.

Partir du postulat que chaque habitant-e possède une voiture, ait un travail, fasse deux pleins par mois pour se rendre à son travail justement, est une manipulation intellectuelle particulièrement retorse, faisant fi de la situation réelle des Orléanais-e-s et des habitant-e-s de l’Agglo.

Car la réalité commerciale c’est bien plus on voyage et plus on paie, avec aucune économie à la clé !

Rappelons tout de même qu’il y a :

10 000 familles pauvres à Orléans vivant en dessous du seuil de pauvreté et que chaque membre d’une famille doit avoir un titre de transport qu’il soit journalier, mensuel ou annuel :

Ex d’une famille monoparentale (cas absolument pas isolé !) dont l’adulte ne travaille pas avec 3 enfants à charge : tarif annuel adulte : 428€ pour l’adulte avec abonnement ne pouvant être résilié qu’en cas de force majeure (sic !) + forfaits jeunes à 258€ chacun soit en fait 1202€ pour l’année, set par conséquent plus d’un mois revenus pour cette famille consacrés aux déplacements.

Ex d’une personne seule au RSA d’un montant de 439€, soit là aussi plus d’un mois de RSA consacré au budget transport !

Ex du tarif réservé aux seniors, âgés de plus de 67 ans et pour qui quels que soient leurs revenus consacrent 258 € chaque année pour se déplacer …

Rajoutons qu’en France et la réalité atteint aussi notre territoire, chaque jour plus de 1000 personnes perdent leur emploi et ne bénéficient plus de primes transports de leurs employeurs.

Par ailleurs pour tous les autres habitant-e-s souvent qualifiés de « classes moyennes », la facture est toute aussi difficile à supporter avec des revenus qui stagnent tandis que les prélèvements fiscaux augmentent ainsi que le coût de la facture de l’énergie, de la quittance de loyer et du coût de la vie !

De plus, nous dénonçons la discrimination du coût du ticket à l’unité acheté auprès des conducteurs de bus plus élevé -1€60- que celui acheté à une borne -1€50- située dans chaque station tram. Et le tout au prétexte que le premier serait un « ticket dernière minute ».

Culpabiliser les voyageurs et voyageuses qui paient leur titres de transports, faire la chasse aux « fraudeurs » ou étourdi-e-s qui oublient de composter leurs titres de transports, les abuser en prétendant leur faire faire des économies, mais jusqu’où ira Kéolis ?

Loin donc d’une communication mensongère, Les élu-e-s Front de Gauche rappelle que le droit à se déplacer dans une ville et son Agglo est un droit fondamental, que ce soit pour se rendre à son travail, faire des démarches administratives, se rendre à des RDV médicaux, conduire les enfants à l’école, rechercher du travail, faire ses courses et pour finir pour tous les aspects de la vie, même les loisirs.

La véritable économie pour toutes et tous, c’est la GRATUITE des transports, mesure équitable, égalitaire, juste et qui allègera réellement la facture pour chacun des habitant-e-s d’Orléans et de son AGGLO.

«  C’est la rentrée, avec TAO continuez à perdre du pouvoir d’achat et videz vos porte-monnaies! »

Voir les commentaires

Souvenir, souvenirs...

Souvenir, souvenirs, et si possible, pour rire un peu

Avant que d'amorcer de nécessaires travaux de rafraichissement des papiers, peintures etc de mon appartement, me voici à faire le tri de nombres de documents, articles, livres accumulés depuis bien trop d'années.
Vous savez, le fameux : " Cela peut m'être utile..."

Or avec l'avènement d'internet, bien de ces documents papiers n'ont plus de raison d'être, aussi je déchire, déchiquète, jette etc...

Et au détour d'une vérification avant mise à la poubelle, je tombe sur ceci qui date de 2000.

Un lundi de Pentecôte, alors que je rentrais d'un après-midi passé au Parc Pasteur avec mes deux plus jeunes filles, je m'étais simplement et gratuitement faite insultée par la passagère d'une automobile, que je ne connaissais bien évidemment, ni d'Eve, ni d'Adam, alors de Litith, inutile même d'y penser.

Fort en colère j'avais adressé à La Rep ce droit de Réponse qui à ma grande surprise avait été publié dans le courrier des lecteurs :

" A la personne féminine qui, circulant en voiture ce lundi de Pentecôte rue du faubourg Bourgogne à Orléans, s'est permise de me traiter fort courageusement et anonymement de : " Gros cul ! "

Outre votre lâcheté - vous avez immédiatement fui alors que j'étais à pied en compagnie de mes deux filles respectivement âgées de 4 et 6 ans - votre agression verbale a suscité en moi un grand questionnement.

Car bien entendu, vous avez raison : Dame Nature m'a dotée d'un postérieur généreux, dodu et fessu à souhait. Allons, ne soyons pas modeste, pour tout dire : callipyge !

Las, Madame, sont-ce les œillades gourmandes de votre mari (ou compagnon) sur mon derrière rebondi aux formes si alléchantes que voluptueuses qui m'ont valu cette flèche assassine, voire "bidochonnesque" ?

Ou bien faites-vous partie de ces personnes particulièrement dépourvues d'appâts personnels (trivialement : une planche à pain !) que vous ne puissiez contenir une jalousie bien compréhensible au regard d'une vision bien plus affriolante que le triste et insignifiant spectacle de votre personne ?

En tout état de cause, je vous plains, car j'ai moi beaucoup de chance ! En effet, si l'envie m'en prenait je pourrais à volonté faire maigrir ce fessier avenant qui semble vous faire injure.

Tadis que vous, vous me semblez affligée d'une imbécillité congénitale, maladie ô combien incurable dont seule une improbable greffe de cerveau pourrait vous sauver !

Je vous recommande par ailleurs l'usage d'un bon dictionnaire. Vous appréhenderez ainsi au mieux ce droit de réponse. Peut-être améliorerez-vous aussi de quelques points votre quotient intellectuel qui me parait pour le moment, inversement proportionnel à la taille de mon C...!"

Souvenir, souvenirs...

Voir les commentaires

Quand les luttes paient...

Communiqué de presse de la CNL Loiret du 23 juin 2014.

« Quand les luttes paient… »

De bonnes nouvelles ce matin en Conseil d’Administration de LogemLoiret.

La loi ALUR, enfin parue au journal officiel entérine ce que de nombreuses associations, collectifs et commissions féministes ainsi que La CNL demandaient depuis de nombreux mois. Ainsi et désormais, il suffira pour une personne en instance de divorce de présenter une simple attestation d’avocat confirmant la demande, pour pouvoir faire une demande de logement en son nom propre et la prise en compte de ses seuls revenus.

Rappelons que la loi Boutin imposait expressément qu’une ordonnance de non-conciliation soit prononcée et présentée, tout d’abord pour la désolidarisation du bail, mais également pour faire une demande de logement social.

Compte-tenu des délais importants que génère le manque récurrent de juges dans les tribunaux, cette situation était extrêmement discriminante pour les personnes mariées en cours de divorce, tandis qu’il suffit de 3 jours pour rompre un PACS. Sans compter le risque important et malheureusement effectif dans certains cas, d’engendrer des violences conjugales provoquées par cette situation, qui de fait, imposait à un couple qui ne s’entendait plus, de vivre sous le même toit.

La seconde bonne nouvelle est une mesure que vient d’abandonner le Conseil Général du Loiret. Celui-ci retirait tous moyens aux associations telles l’AHU, l’AIDAPHI, l’UDAF pour organiser et suivre les personnes en grande précarité, en demande de location de logement social : suivi de budget, suivi social, sous-location, etc. Ceci pour internaliser les demandes.

Le Conseil Général a décidé de revenir sur cette mesure, ce qui permet aux associations de continuer leur excellent travail au sein de l’ERL (Espace Ressource Logement) et auprès des personnes, (jeunes, moins jeunes, couples, retraitéEs, salariéEs pauvres …) en grande précarité dans leur parcours pré- et locatif.

Malgré tout, toujours rien du côté du diagnostic amiante, sinon à renforcer la législation pour les OPHLM, sans leur donner de moyens supplémentaires.

Rappelons, là-aussi que la CNL appuyait la proposition de l’USH de demander aux entreprises qui utilisaient ce matériau, d’abonder des fonds spécifiques pour contribuer au désamiantage des logements sociaux (mais pas seulement). La CNL demande quant à elle une grande politique de relance et de rénovation des logements sociaux avec des prêts à taux zéro ainsi qu’une TVA très réduite, et formation de nombreuses entreprises qui seront ensuite qualifiées pour faire ces travaux.

Outre le fait que cela permettrait de relancer le secteur du bâtiment, avec créations de nombreux emplois, cela participerait d’une véritable prise en compte ET solution quant à ce grand problème de santé publique qu’est la présente de l’amiante dans les bâtiments construits avant 1997.

Enfin, les comptes des offices HLM seraient préservés, et ces essentielles et vitales rénovations n’impacteraient pas de manière trop drastique (voire catastrophique) leur capacité à construire de nouveaux logements.

Pour la CNL du Loiret,

Dominique TRIPET,

Administratrice chez LogemLoiret.

Voir les commentaires

Journée Portes Ouvertes du Planning Familial du Loiret

INVITATION à la « Journée Portes Ouvertes du Planning Familial du Loiret »

Samedi 14 juin 2014 de 09h à 12h30


L'association militante, féministe et d'éducation populaire du Planning Familial du Loiret vous invite à sa journée « Portes Ouvertes ».

L'utilité, la légitimité, la nécessité de l'existence d'une Association Militante, Féministe et d'Education Populaire comme le Planning Familial du Loiret, ainsi que ses actions, luttes et combats pour les droits des femmes ne sont plus à démontrer : accès à la contraception, IVG, prévention des IST, VIH, lutte contre les violences faites aux femmes, contre l'homophobie, pour l'égalité des droits...


C'est pourtant dans un contexte difficile que se tiendra cette journée.

Le Planning Familial du Loiret, comme d'autres associations a vu cette année encore, ses subventions baisser ou stagner. Plus 44% d'activités depuis 2010, mais moins 50% de financements de la cohésion sociale, l’ARS, stagnation de celle du CG, etc...

La bonne volonté de toutes et tous, la course perpétuelle aux subventions n'auront pas suffi. En conséquence l'Association a dû la mort dans l'âme se résoudre à licencier économiquement deux des sien-ne-s : Alicia et Julie.



C’est pour nous inacceptable tant nous avons de travail, d’actions à mener, et pourtant…Nous ne pouvons continuer ainsi ! Vous êtes-vous demandé ce que serait une ville comme Orléans, sans l’existence du Planning Familial du Loiret ?

Vous avez besoin de nous ? Nous avons besoin de vous !

Venez nous rencontrer ce jour-là, venez nous soutenir en participant - nous avons besoin de bénévoles -, en adhérant à notre association...

D'autres actions seront à définir ENSEMBLE, l’équipe du Planning Familial et vous, qui chaque jour, venez à notre rencontre !
Parlez-en autour de vous, et venez nombreuses et nombreux !

Journée Portes Ouvertes du Planning Familial du Loiret

Voir les commentaires

IVG, témoigner pour militer : la parole est à vous !

Le Planning Familial lance une grande campagne nationale de déculpabilisation de l'avortement qui est encore et toujours trop tabou dans notre pays.

Pourtant 1 femme sur deux sera confrontée au choix de l'avortement tout au long de sa vie sexuelle et reproductive.

Aujourd'hui encore, rares sont les femmes qui parlent de leur avortement. Le poids de la stigmatisation et la culpabilisation est tel que le sujet reste tabou, même entre ami-e-s, entre proches ou avec les professionnel-le-s de santé.

Si vous aussi, vous souhaitez témoigner, par écrit, par vidéo, écrivez-nous: avortement@planning-familial.org ou bien répondez à cette enquête :

LE SILENCE A PROPOS DES IVG ET LA STIGMATISATION DE L'AVORTEMENT S’ARRETENT ICI ET MAINTENANT!

VOUS AVEZ LA PAROLE.

IVG, témoigner pour militer : la parole est à vous !

Voir les commentaires

Démission de ma fonction de présidente du Planning Familial du Loiret.

Voici la lettre que j'ai adressée ce matin à l'ensemble de l'équipe du Planning Familial du Loiret : CA, animateurEs, équipe de coordination, secrétaire, médecins bénévoles, ainsi qu'aux adhérentEs de l'association :

Mes Chères AmiEs,

Voilà, nous y sommes…

Il y a quelques mois, avant le début de la campagne pour les élections municipales, je vous annonçais mon engagement auprès de la liste Front de Gauche « Orléans, Combatif et Solidaire » mais aussi que je ne pourrai certainement pas, déontologiquement, occuper les deux fonctions, si j’étais élue conseillère municipale.

Depuis le 23 mars dernier, je suis donc conseillère municipale. Et par conséquent, me voici démissionnaire de ma fonction de Présidente du Planning Familial du Loiret, même si je m’engage à en assurer l’intérim jusqu’au 15 mai, date à laquelle aura lieu notre Assemblée Générale et où un nouveau CA sera élu.

Il m’a fallu du temps pour réaliser, mais aussi « redescendre » du rythme soutenu de toute campagne électorale entre réunions publiques, actions, rassemblements etc…Quelques jours se sont écoulés depuis cette élection.

Mais déjà, lors du premier conseil municipal de cette nouvelle mandature qui a eu lieu ce dimanche 30 mars, l’égalité des droits pour toutes et tous a été attaquée. Le mariage des personnes de même sexe a été fustigé par le représentant du FN qui a qualifié ce droit de « dénaturation » de la famille. Sur le site de ce même parti, il est indiqué que le FN défend le droit à naitre, celui-ci étant supérieur à celui de celles qui, déjà nées, ne veulent pas poursuivre leur grossesse. C’est directement le droit à l’IVG qui est ainsi remis en cause.

Comment s’étonner alors, qu’après que notre panneau indicateur « Planning Familial » ait été recouvert l’année passée d’autocollants de la « manif pour tous », notre bus itinérant soit aujourd’hui couvert de peinture aux endroits de nos logo et numéro de téléphone tandis que les mots : féminisme, désir, plaisir, contraception, IST, avortement, genre sont effacés et que ne soit laissé visible que celui de « violences » ?

Quel message subliminal a-t-on voulu nous faire passer ? Que nous serions des gens violents, ou bien comme une menace, que des violences nous attendent ?

Bien entendu plainte a été déposée. Mais ces événements m’ont fait prendre conscience que je devais désormais très rapidement me positionner, pour mieux m’exprimer, mieux défendre le Planning Familial, avoir toute latitude et indépendance d’actions, ne pas me sentir obligée d’amoindrir mon propos.

Car les deux fonctions, celle de Présidente du Planning Familial du Loiret et de Conseillère Municipale Front de Gauche peuvent prêter le flanc à critiques et attaques de la part de nos adversaires. La réaction est de retour, elle qui sans aucun doute possible souhaiterait voir notre association fermer. Et nous représentons une opposition forte à leur projet de réduire les femmes au seul rôle de procréatrices. Alors l’égalité des droits entre femmes et hommes existe-t-elle pour les tenants du patriarcat triomphant ?

Une ambiance délétère a secoué toute cette campagne faite par certain parti sur la théorie du genre qui n’existe pas, les attaques contre le mariage pour les personnes de même sexe, le droit à l’avortement. Comment même s’en étonner alors que des tags de la « Manif pour tous », commis il y a plus d’une année, n’ont toujours pas été effacés dans une ville où pourtant les services de nettoyage sont diligents en ce qui concerne les affichages de partis d’opposition, avec envoi de la facture de nettoyage qui plus est ?

Par ailleurs, notre association, comme toutes les associations va connaitre, connait déjà des turbulences. En effet, nous n’échappons pas aux baisses de subventions successives qui grèvent lourdement notre budget, alors que nous avons, et largement, contraint toute dépense de fonctionnement, remboursement de frais etc… alors que le nombre de personnes que nous recevons croît de 10% chaque année. Nos subventions elles stagnent, ou continuent de baisser. Cf l’ARS qui ne répond qu’à hauteur de 20% de nos demandes de subventions, et qui ne représentent que moins de 5% de notre budget. Et pourtant, notre association est reconnue dans le Loiret centre de santé.

Alors, nous sommes à la recherche de locaux moins onéreux, mais cela ne suffira pas pour que notre association voit ses comptes à l’équilibre. Il va nous falloir cohésion et solidarité sans faille, communiquer, manifester…mener une bataille quant à nos moyens et la possibilité de ne pas impacter l’emploi d’unE animateurE.

En cela, je veux pouvoir compter sur votre soutien, comme vous pourrez vous compter sur le mien. Je m’y engage et vous savez que je suis femme de parole. C’est le sens de ma démission : Donner toute latitude et indépendance tant au Planning Familial du Loiret qu’à ma fonction de conseillère municipale.

Tout commence !

Mes salutations militantes, féministes et amicales les plus sincères.

Dominique TRIPET,

Militante du Planning Familial du Loiret.

Voir les commentaires

Premier Communiqué des EluEs Front de Gauche à la Mairie d'Orléans.

Premier Communiqué des EluEs Front de Gauche à la Mairie d'Orléans :

" Une première séance du conseil municipal à Orléans qui en dit long …"

Ce dimanche avait lieu la toute première séance du conseil municipal nouvellement élu suite au scrutin du 23 mars dernier. Une séance qui en a dit long pour le Front de Gauche ...

Après des propos liminaires du doyen FOUSSIER en guise de bienvenue, lesquels auront versé rapidement dans un réquisitoire sur le soi disant « mille feuilles » administratif de la République, le discours de Serge GROUARD, réélu maire, aura détaillé quelques axes clés de son projet : compétitivité du territoire, vis sécuritaire réaffirmée, lutte contre l’immigration clandestine avec un conseiller en charge exclusive de ce dossier (manière de rassurer le FN et de contenter ses électeurs), continuation de l'embellissement de la ville ou le fameux « développement durable »... Le maire oublie au passage de pointer sa totale irresponsabilité lors des récents pics de pollution pour limiter la dégradation de l'air dans notre ville (en instituant par exemple la gratuité des transports en commun que porte justement le Front de Gauche).

L'intervention de Philippe LECOQ pour le FN a été marquée par des propos volontairement provocateurs à l'encontre de l'élu Front de Gauche Michel Ricoud, de divagations morales et réactionnaires contre la loi instituant le mariage pour tous...Bref d'un galimatias indigeste qui montre bien où se situe la République pour ce parti : au plus bas.

Le Front de Gauche doit aussi dire son étonnement, pour ne pas dire plus, quant à l'attitude des élus PS et EELV au moment solennel de l'élection du maire. Rappelons que trois candidatures étaient proposées : Serge Grouard (UMP), Philippe Lecoq (FN), Dominique Tripet (FDG). On aurait pu attendre de ces élus (qui normalement se disent de « gauche ») qu'ils porteraient leurs suffrages sur la seule candidate de gauche. Il n'en a rien été. Ils ont préféré se réfugier dans l'abstention nettement désignée et fustigée dans l’analyse des résultats du 1er tour faite précédemment par Corinne LEVELEUX-TEIXEIRA ? Cette attitude des élus PS et EELV est incompréhensible, sauf à admettre les propos de Corinne LEVELEUX-TEXEIRA qui, se désolant de « la montée des extrêmes », semble donc situer le Front de Gauche à même niveau de dangerosité pour la République que l'extrême-droite ! Pauvre argument qui montre de nouveau un PS totalement coupé de la réalité de la gauche dans ce pays.

Chacun sait combien le Front de Gauche qui ne lâche rien, ne lâchera surtout pas la République, la liberté, l'égalité, la fraternité et la laïcité qui ne sera jamais avec nous à géométrie variable. Nous serons une opposition résolue, tenace, exemplaire de la gauche. Nous porterons les idées, le débat, la confrontation des arguments et de la raison. Nous n'aurons de cesse de travailler avec toutes celles et ceux qui un jour, le plus tôt possible, auront à cœur de mettre la gauche aux responsabilités.

Front de Gauche « Orléans Combatif et Solidaire »
30 mars 2014

Voir les commentaires

Co-têtes de Liste "Orléans, Combatif et Solidaire" et le refus de France 3 de donner la parole à la "liste".

Deux co-têtes de liste Front de Gauche à Orléans...

Cela ne plait pas à France 3 qui va enregistrer un débat entre : Corinne Leveleux-Teixeira (PS), Serge Grouard (UMP), Philippe Le Coq (FN) et nous normalement : Michel Ricoud et moi-même, ce vendredi prochain pour être diffusé samedi.


Mais France 3 qui nous squeeze dans la présentation de notre liste, n'accepte pas le vote démocratique de La liste du FDG qui pourtant et à l'unanimité nous a choisiEs comme co-têtes de liste. Ainsi nous voici interdits de nous présenter tous deux lors de ce débat.

Drôle de façon de penser la Démocratie, mais est-ce nouveau ?

Réaction :

Des co-têtes de Liste aux Elections Municipales de 2014 à Orléans.

C’est ainsi que s’est présentée la liste du Front de Gauche « Orléans, Combatif et Solidaire », tout au long de cette campagne électorale. Deux co-têtes de liste : un homme et une femme, Michel RICOUD et Dominique TRIPET, en lieu et place d’une seule personne qui concentrerait à elle-seule toute légitimité et pouvoir pour conduire une liste dans notre ville.

Est-ce étonnant que le Front de Gauche, véritable force progressiste de gauche, de résistance et de combat ait pris cette décision ? Même si pour nous conformer à la loi, qui ne reconnaît pas pour l’instant cette possibilité, apparaîtra seulement le nom de Michel RICOUD en tête de liste sur les documents officiels ?

Nous sommes depuis longtemps des précurseur-e-s. Cette décision s’inscrit dans la droite ligne de cette gauche de lutte et de combat qui, dès 1925, a présenté des femmes en position éligible lors des élections municipales en banlieue parisienne. Femmes qui ont été élues, et ont siégé près de 6 mois, en remplissant parfaitement leur rôle de conseillères municipales avant que leur élection ne soient annulées par les tribunaux. Pour rappel, les françaises ont obtenu le droit de vote en 1944.

2014 fête le 70ème anniversaire du vote des femmes dans notre pays. 1944 – 2014 : 70 ans déjà et pourtant …Seulement 21% de femmes élues au Sénat, 27% à l’Assemblée Nationale. Quant à notre département, la première femme élue Députée depuis 1944, l’a été en…2012 !

Alors, parce qu’une ville n’est pas dirigée, gérée par un seul homme ou une seule femme, notre liste est à l’image de ce que devrait être la Démocratie locale : réellement égalitaire, diverse, riche de compétences associatives, syndicales, militantes ou tout simplement de citoyen-ne-s qui veulent apporter pour le temps d’un mandat, leurs engagement et compétences, pour et avec vous, le bien de toutes et tous : le bien collectif, le bien commun.

C’est ensemble, femmes et hommes, les 55 présent-e-s sur cette liste et VOUS, que nous pouvons résister localement à l’austérité que nous applique ce gouvernement, ensemble que nous pouvons mener une autre politique et gestion de notre ville où « L’Humain-e d’Abord » ne sera pas un vain mot !

Alors le 23 mars prochain, c’est le vote Front de Gauche et pour la liste « Orléans, Combatif et Solidaire » et donc pour vous, qui fera la différence dans les urnes. Osez !

" La Liste Orléans, Combatif et Solidaire".

Co-têtes de Liste "Orléans, Combatif et Solidaire" et le refus de France 3 de donner la parole à la "liste".

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog